Une chance ? Une malchance ? Va savoir ….

Une chance ? Une malchance ? Va savoir ….

StarskyVous connaissez l’histoire de cet homme qui gagne pendant la foire un cheval à la tombola de son village ?

  • Oui ? Passez directement à la fin (là où c’est indiqué) j’en ai une autre à vous raconter.
  • Non ? Alors, lisez juste la ligne suivante …

Ben voilà, il avait gagné un cheval et ses amis lui dire : »tu as de la chance ! » Et il répondit « Une chance ? Une malchance ? Va savoir… »

Quelque temps plus tard, son fils tombe de ce fameux cheval et se brise le bassin. Il restera boiteux toute sa vie. Et ses amis de dire « Tu n’as pas de chance ! » Alors il répondit « Une chance ? Une malchance ? Va savoir… »

Une guerre éclate et tous les garçons sont mobilisés et beaucoup en meurent alors que son fils reste au village où il se marie. Et ses amis à nouveau de dire « Tu as de la chance ! » Alors il répondit « Une chance ? Une malchance ? Va savoir… »

C’est vrai comment savoir ? Vous connaissez l’avenir vous ?

C’est ici que ceux qui ont répondu  « Oui » peuvent reprendre la lecture. Car c’est ici que je vais vous raconter une histoire que nous avons vécue mon épouse et moi. Mon épouse a un travail. Un vrai elle, puisque certains pensent que le métier de coach n’est pas un VRAI métier. Et d’ailleurs ont-ils réellement tort ? Puisque ce sont les clients qui font TOUT ! Je reprends donc mon épouse a un travail très prenant et elle se déplace régulièrement entre les lieux de réunion en voiture. (Avec la sienne…;) La frimeuse !)

J’étais donc moi en « NON travail » puisqu’un client travaillait tandis qu’avec mon fouet préféré je le motivais. Lorsque mon téléphone sonna… C’était mon épouse : « J’ai crevé, et je ne sais pas changer la roue avec ces nouvelles jantes ». N’écoutant que mon courage, je lui répondis « J’arrive ! » (Chance ? Malchance ?)

Et me voilà parti sur mon fier destrier de métal (ma vielle Fazer 600 rouge de plus de 150 000 km) et je m’aperçus qu’une magnifique voiture rouge (genre la Gran Torino de Strasky) me suivait. Je demandais à mon épouse (car j’ai un casque avec kit mains libres) de me guidait et l’informais de mon poursuivant, qui me talonnait. (Chance ? malchance ?)

Et je m’arrête devant mon épouse et … Starsky s’arrête aussi ! Et je suis obligé de déplacer ma moto ainsi que le véhicule de ma femme… En m’excusant d’avoir crevé devant chez lui (Chance ? Malchance?) car il habitait là… Drôle de coïncidence…

Et je vous le donne en mille ? C’était un garagiste qui avait de quoi réparer la roue sur place ! Et il l’a fait ! (Chance ? Malchance ?)

Ce fut une expérience délicieuse que de pouvoir discuter avec un amateur de vieilles machines comme moi… Vous imaginez que mon épouse était aux anges de pouvoir repartir si vite.

Bonne journée et Bonne chance 😉

L’apprentissage change et nous ?

L’apprentissage change et nous ?

vous-etes-ici...

Les nouvelles vont vite !

Avez-vous remarqué comment vos enfants apprennent ? La différence d’accès à la connaissance ? Peut-être êtes-vous comme moi des quinquagénaires voire avez-vous autour de 40 ans ?

Vous pouvez constater que nos enfants et nos petits enfants n’ont pas peur des ordinateurs, des téléphones portables et des tablettes, pour la plupart d’entre-eux. Vous avez remarqué comment ils accèdent à l’apprentissage de ces outils ? Lisent-ils les modes d’emploi ? Les documentations ? Les ouvrages de références ?

Rarement…N’est-ce pas ? Cela ne vous étonne pas ? Ben moi cela m’a surpris au départ puis je me suis réellement penché sur ce sujet. Diverses études sur la psychologie sociale s’y sont penchées elles aussi… (Voir les travaux de Rogers, Maslow, Mills et Morin et bien d’autres….)

Selon notre méthode d’accès à la connaissance que ce soit pour des savoirs, savoirs faire, savoirs être, nous rencontrons des problèmes différents.

Comme vous le savez, j’accompagne la naissance de coachs pendant une « formation » à l’acquisition des outils du coaching sur une période de 6 à 24 mois selon le programme (base ou avancée) que le stagiaire choisit. J’ai commencé le type d’accompagnement actuel en 2006. Et le programme évolue d’année en année pour en arriver à une augmentation de la durée de 6 à 9 mois pour la partie de base alors que le reste n’a pas changé de durée ce qui n’augmente la globalement la partie avancée que l’on appelle master de recherche ou de professionnalisation selon le cas . (Voir le programme en suivant ce lien http://nolimit-coaching.fr/formation/formation-de-coach/).

La méthode pédagogique utilisée est mixte :

  1. Au début j’utilise une méthode très directive avec des fiches à suivre de bout en bout que je distribue. les exercices sont faits puis nous en tirons la théorie.
  2. Puis la méthode va passer progressivement à une liberté d’accès à la connaissance par la mise à disposition d’informations à adapter à son mode de pratique personnelle
  3. Puis la méthode va aller vers la mise en place de « recherche des briques de base » par soi-même pour construire ses propres outils d’accompagnement.

Le point 3 illustre parfaitement le décalage entre notre méthode initiale d’apprentissage et la méthode de mes petits enfants.

Avant on apprenait la méthode pour faire une action. Exemple : « J’apprenais une série de codes pour savoir mettre en forme un document sous Word. »

Aujourd’hui je sais « où » chercher l’information pour savoir faire. Et je créé MA méthode… Qui n’est pas forcement la meilleure mais qui correspond à une prise en charge quasi immédiate du nouvel environnement. Finalement j’approfondis uniquement le sujet qui me passionne au lieu de devoir passer par tous les sujets qui sont nécessaire à l’acquisition de la connaissance ainsi acquise.

Je ne vais pas ici discuter du bien fondé de la méthode ancienne et de la nouvelle, mais simplement indiquer les inconvénients immédiats de chacune.

  • Ancien paradigme : la prise en main d’un processus peut-être long et fastidieux. cela freine le changement car les utilisateurs ont peurs de recommencer à apprendre un processus nouveau. Les utilisateurs sont dépendants du formateur et de celui qui « connaît ». C’est l’ère de la rétention d’information et de la création de guilde de la connaissance. On veut être rassuré par l’expérience des anciens.
  • Nouveau paradigme : Prise en main rapide mais tendance à « papillonner ». L’utilisation des produits, est souvent « superficielle » et cela met l’utilisateur en dépendance par rapport, au fournisseur de produits qui fait la pluie et le beau temps, par ses « nouvelles »versions de produits qui « lavent plus blanc que blanc » ! C’est l’ère du jetable ! On cherche la nouveauté et le changement rapide. On cherche à être rassuré par l’accès à l’information facile.

En conclusion :

Avant quand j’avais un problème sans réponse je demandais à Dieu ou à ses représentants sur terre. Maintenant  demande à Google ou Wikipedia….

Et si on recherchait un moyen terme entre les deux ?

Nos résolutions pour 2014 (Partie 1).

Nos résolutions pour 2014 (Partie 1).

vous-etes-iciLes travaux sur la psychologie positive ont permis à Martin Seligman de définir une équation du bonheur. (cf La fabrique du bonheur – Vivre les bienfaits de la psychologie positive au quotidien). J’aime bien le concept. Cela me permet d’avancer plus clairemement dans les méandres de la découverte du bonheur. C’est en effet rassurant de percevoir cela sous cette forme pour moi.

Pour certains cela est terrifiant ! Mettre le bonheur en équation ? Quelle horreur ! Vous vous rendez compte ? les mathématiques imposent encore leur dictature à l’accès à la connaissance.

Bon, n’exagérons rien. cette équation est facile à exprimer :

B = E + C +V

  • B = Votre niveau de Bonheur
  • E = Votre espace des possibles
  • C = Les circonstances de votre vie
  • V = Facteurs variables en fonction de votre volonté

E et C = ne représente que 15 % de variation possible et V tout le reste ! (85 % des variations possibles sont là !) Or beaucoup se focalisent sur les premiers paramètres comme je les ai décrit dans un précédent article. Quel dommage.

On va commencer à explorer le paramètre V. Voulez-vous ? Comment percevez-vous le temps ? Le passé, le présent et l’avenir ? Etes-vous optimiste ? Je ferai un article sur ce sujet.

Aujourd’hui je vous propose de balayer vos résolutions pour l’année à venir car c’est d’actualité, en ce 30 décembre 2014. C’est un des composants de V et quel composant. Il s’agit de déterminer

  1. Un ou des objectifs auto-concordants. C’est à dire des objectifs qui ne dépendant pas de mon environnement mais de moi. (Cf L’apprentissage du bonheur de Tal Ben Shahar)
  2. Utiliser ses forces principales et ses talents pour les réaliser car cela nous met dans le Flow (cf article précédent sur le Challenge dans notre vie.)

Mais comment connaître SES propres forces ?

  • Vous avez l’impression que c’est vraiment vous-même quand vous lisez la description de cette force
  • Vous apprenez très vite quand vous utilisez cette force
  • Vous apprenez tout le temps comment exprimer cette force.
  • Vous avez vraiment envie de trouver des moyens d’utiliser cette force.
  • Vous avez l’impression que l’utilisation de cette force est indispensable pour réussir.
  • Quand vous utilisez cette force vous avez l’impression d’être vivifié et plutôt qu’épuisé
  • Vous aimez créer des projets autour de cette force.
  • Quand vous utilisez cette force vous ressentez « enthousiasme, entrain voire extase »

Il suffit d’avoir une ou plusieurs de ces phrases pour déterminer une de vos forces pour que celle-ci par son utilisation augmente votre bonheur ! Alors quels sont les forces à identifier ?

Il y a plusieurs écoles :

  • Les 34 talents de Gallup avec le StrengthsFinder (cf Découvrez vos points forts de Marcus Buckingham attention ne pas acheter le livre d’occasion)
  • Les 6 vertus et 24 forces de caractère de l’être humain de la psychologie positive (Voir Le livre de Martin Seligman). Martin Seligman et Christopher Peterson ont posé un cadre de référence de ces forces, proposant en 2004 une classification de 24 forces de caractères ou qualités personnelles d’une personne autour des 6 vertus internationalement reconnues.

Je vous détaille ici les

SAGESSE ET CONNAISSANCES

  • Curiosité
  • Amour de l’apprentissage
  • Jugement
  • Ingéniosité
  • Intelligence sociale
  • Perspective

COURAGE

  • Bravoure
  • Persévérance
  • Intégrité

HUMANITE ET AMOUR

  • Gentillesse
  • Amour

JUSTICE

  • Citoyenneté
  • Impartialité
  • Leadership

TEMPERANCE

  • Humilité
  • Prudence
  • Maîtrise de soi

TRANSCENDANCE

  • Reconnaissance de la beauté
  • Gratitude
  • Espoir
  • Humour
  • Entrain
  • Spiritualité
  • Pardon

Il est possible de passer un test sur le site http://www.viame.org/ cela vous donnera gratuitement vos 5 premières forces. Si vous voulez avoir le résultat complet vous devrez payer 40$. Le test gratuit est très ressemblant pour ma part et plus facile à comprendre que le test de Gallup. Peut-être ? Attention le site est en anglais mais le test est en Français, si vous le désirez.

Pour moi cela à donné :

  1. Humour et enjouement
  2. Capacité d’aimer et être aimé
  3. Curiosité et intérêt accordé au monde
  4. Gentillesse et générosité
  5. Spiritualité, religiosité, but dans la vie, et foi.

C’est vraiment MOI ! Même le 5 ème point pour ceux qui me connaissent et qui savent que je suis athée savent que cela est vrai… Etonnant non ? Et vous ça donne quoi ?

Bon alors maintenant je vais travailler à mes résolutions… Je vous dirais cela dans quelques jours…

A la recherche du bonheur : Vérités et dangers du simplisme

A la recherche du bonheur : Vérités et dangers du simplisme

3 singesLa psychologie positive s’appuie une étude de 2000, de Kahneman, Diener et Schawrz (The fondations of Hedonic psychology) pour faire la peau à quelques idées reçues.

Vous recherchez le bonheur et une vie satisfaisante ? Alors voici 4 choses qui ne devraient pas vous préoccuper outre mesure, car elles sont sans influence, sur votre niveau de bonheur.

  1. Gagner plus d’argent. Une fois que vous êtes à l’aise financièrement, c’est à dire que vous pouvez subvenir à vos besoins (Nourriture, vêtements) et que vous avez un toit sur la tête. Au delà d’un certain seuil les gens matérialistes sont moins heureux.
  2. Modifier votre appartenance ethnique ou aller habiter vers une région ensoleillée. Cela n’a aucun effet sur le niveau de bonheur !
  3. Etre aussi instruit que possible, en effet cela non plus n’a aucune influence sur le niveau de bonheur.
  4. Enfin, rester en bonne santé ! Ce n’est pas la santé qui compte mais bien la perception que l’on a de notre santé)

Etonnant non ?

Voici d’après les travaux de Martin Seligman, 5 choses sur lesquels vous pouvez agir mais cela n’a que peu d’influence (pas plus de 15 %) (Voir La fabrique du bonheur – Vivre les bienfaits de la psychologie positive au quotidien ). Enfin ces paramètres ne sont certainement pas suffisants et à part le premier la causalité n’est pas démontrée !

  1. Vivre dans une démocratie riche et pas une dictature pauvre avec un effet important
  2. Etre marié (Effet important mais… Causalité non démontrée
  3. Eviter les émotions et événements négatifs. Avec un effet modéré
  4. Développer un riche réseau social. Cela un effet important mais… Là non plus, la causalité, n’est pas démontrée.
  5. Etre croyant. Avec un effet modéré.

Etonnant non ?

Courte-echelleLa première partie de cet article m’a un peu surpris mais finalement en y réfléchissant je suis conscient que cela est vérifiable et pour la plupart de ces 4 choses j’ai pu toucher du doigt que cela est réel. Il n’y a pas d’influence sur le bonheur sur ces paramètres. La deuxième série quant à elle me pose encore problème à ce jour. En effet celle-ci tend à montrer que les gens sont plus heureux si… Ils vivent en démocratie. ils sont mariés et croyants, sont membres de clubs divers et font des rencontres et … ne s’occupent pas du malheur des autres ! Pour vivre heureux, vivons cachés et enfermés dans un autisme sociétal ? Les valeurs « famille », « patrie », « religion », « quant à soi » seraient les valeurs phare du bonheur ?

En lisant ce que je viens d’écrire, je sens monter en moi, une colère diffuse. Une de mes valeurs est violée par ce que j’ai lu… Et l’altruisme alors ? Faire et agir pour le bonheur des malheureux, me rend heureux. Je me sens utile en faisant cela, et pourtant cela ne me rend pas malheureux. C’est même l’inverse qui me rend malheureux.

Si je reprends maintenant cela sous l’angle de l’action. Pour vivre heureux, je vais continuer à agir comme je le fais depuis 1999 (et avant, aussi un peu… Mais avec moins de conscience) : « Mettre ma vie en accord avec le sens que je lui donne. »

En lisant la suite du livre je me suis aperçu que cela à véritablement une grande influence sur le bonheur. Heureusement que je ne me suis pas arrêté à la page 93, de ce livre. Cela explique que, sortis de leur contexte, les résultats, même les plus intéressants, des enquêtes de tous poils, ne restent que des informations sans portée universelle.

Attention à toutes ces tentatives de généralisations et de simplifications qui tournent au simplisme.

OUF ! Me voilà rassuré.

 
 

Le rôle des rituels dans notre vie.

Le rôle des rituels dans notre vie.

6a00d834209e6353ef0147e1b1cf35970bQuand on se questionne sur la nature du bonheur, on en arrive souvent à confondre bonheur et réussite. Or les études récentes sur la psychologie positive nous le prouve de manière scientifique maintenant réussite ne signifie pas bonheur. La réussite matérielle (avoir du fric) ne signifie pas « Je suis heureux ». Bien entendu quand la manque de revenus est criant, il nuit à la qualité de notre vie et alors le manque de fric, signifie bien déficit de bonheur mais l’inverse n’est pas vrai.

Les études de Daniel Kahneman, prix Nobel d’économie, n’ont mis que peu d’argument en faveur d’un lien hypothétique entre richesse et bonheur. Les individus ayant des revenus supérieurs déclarent vivre à peine plus de moments heureux que les autres, voire même à contrario, ils sont plus tendus et ne consacrent que peu de temps aux occupations agréables. On peut s’étonner du fait que certains deviennent riches et se mettent à déprimer. Combien de personnes après avoir réussit, sombrent dans la dépression, l’alcool ou la drogue ?

Pour qu’il y a bonheur il faut qu’il y ait :

  • Plaisir (bénéfice immédiat)
  • Sens (bénéfice futur)

C’est nécessaire sans être suffisant, et il faut bien commencer par quelque chose. Alors si nous nous penchions aujourd’hui sur ces paramètres seulement ? Pour commencer ?

Combien de temps passez-vous chaque jour dans des activités qui regroupent ces deux caractéristiques à la fois ? Vous trouverez sur ce blog un article sur comment évaluer ce que je fais, quand je le fais : « Comment faire ce qui est important ?« 

Comment se fait-il que je ne fasse pas plus souvent ce qui est « Important et non urgent » ? Ce qui fait sens pour moi ? Eh bien souvent c’est la peur qui justifie cela : « La peur du regard des autres », « la peur de la pénurie », « la peur de réussir », « la peur de l’échec ». ce sont toutes les peurs de procrastination qui nous paralysent.

Comment sortir de cet écueil du temps qui passe et qui nous éloigne du bonheur ? Pour répondre à cette question, je vais revenir ici sur un autre article que j’ai écrit sur le coaching :  « A quoi sert le rituel dans le coaching ?« 

Une manière de sortir de là est de créer ses propres rituels pour entrer dans sa zone d’influence. La zone où tout est sous notre contrôle. L’idée de base est de reprendre le sens d’un rituel. C’est quoi un rituel ? C’est un ensemble de procédure dont le but est de passer d’un espace d’un certain type (Exemple : espace normal) à un autre espace d’un autre type (Exemple : espace sacré) en provoquant un changement d’état de celui qui le pratique.

Quelques exemples :

  • Le rituel de la messe pour les Chrétiens
  • Le rituel de la prière pour toutes les religions
  • Les ablutions qui initient le passage à la prière pour les Musulmans
  • Les préliminaires amoureux
  • La mise en situations pour les sportifs par le rebond 3 fois de la balle de tennis ou la respiration controlée
  • D’une certaines manière le rituel du salut quand nous visitons quelqu’un
  • Le rituel du thé
  • Le salut au début et à la fin d’un combat dans les arts martiaux.

En fait dans le cas qui nous intéresse, ce serait le moyen de passer d’un espace non important à un espace important. Passer dans un espace sacré n’est pas anodin. car étymologiquement ce qui est sacré, est « ce », pourquoi, je peux me sacrifier (voir mon article : « Une recette qui donne du sens à la vie ?« ). C’est donc ce qui fait « sens » pour moi.

Le rituel donc va me mettre sur la « voie du sens ». Il ne reste plus qu’à l’entouré de plaisir immédiat et j’ai la recette : « Un rituel agréable, qui me remets dans le sens de la vie » c’est à dire un rituel agréable qui me rapproche de mon essence. Vous connaissez maintenant les activités qui font sens pour vous et la manière de mettre en place le chemin vers elles.

Quelques exemples de rituels qui me sont personnels :

  • Chaque matin me lever avant le soleil pour pouvoir méditer 30 minutes
  • (Rituel de couple) Lorsque mon épouse rentre du travail. J’arrête de travailler, et me déconnecte de mon ordinateur ou de toute autre activité. Tandis qu’elle va se rafraichir pour la soirée, je nous installe confortablement autour d’un boisson chaude ou froide selon la saison. Et  simplement nous nous asseyons pour apprécier notre échange. Elle me raconte ses actions de la journée. Et je trouve une raison de la féliciter sur une/des action(s) du jour et je lui indique pourquoi je suis heureux d’être son conjoint. Puis elle écoute les actions de ma journée, et elle me félicite sur une/des action(s) du jour et m’indique pourquoi elle est heureuse d’être mon conjoint.
  • Chaque soir dans ma salle de bain pendant le brossage des dents, je fais la liste des tous les gens merveilleux rencontrés et de leurs qualités, et je me félicite d’être  qui je suis pour avoir vécu cette journée car j’ai fait cette chose de bien aujourd’hui …. (je la détaille)
  • Chaque semaine je prends mon téléphone et j’appelle ma mère simplement pour lui dire que je l’aime
  • Lorsque je rentre dans mon bureau pour la première fois du jour, je prends le temps de méditer (10 min)  tandis que je brûle une feuille de papier d’Arménie.

Vous pouvez compléter cette liste avec les vôtres ? A vos claviers 😉