Et vous sortiez du trou ?

Et vous sortiez du trou ?

trouJe vais vous raconter une métaphore que nous utilisons en ACT pour aider nos coachés à comprendre où ils se trouvent dans la résolution de leurs problèmes. C’est la métaphore du trou et de la pelle d’après Schoeendorff B, voir sur le site : http://contextualscience.org/

« Imaginez que la vie c’est comme ça : on vous bande les yeux, on vous met en bandoulière un sac contenant un outil et on vous dit «Va, mon fils, c’est ta vie». Vous apprenez à faire votre chemin, à reconnaître le bruit de la rivière pour éviter de vous mouiller les pieds, à mettre les bras devant vous pour repérer les arbres avant de vous taper la tête contre eux. Ce qu’on ne vous a pas dit c’est que, çà et là, il y a des trous dans le terrain. De la même manière que certains gagnent des millions à la loterie, il est bien possible que l’un ou l’autre chanceux fasse toute la route en évitant par simple hasard les trous qu’il ne peut pas voir. Mais tôt ou tard la plupart d’entre nous font l’expérience de la chute dans un trou et c’est ce qui vous arrive. Que faites-vous alors. Vous enlevez le bandeau ? Pourquoi pas. Vous déballez l’outil ? C’est l’occasion de réaliser que c’est une pelle. Que faites-vous à ce moment-là ? »

Et c’est là que tout commence !

Certains de mes clients me donnent des solutions extrêmement intelligentes avec leurs pelles. Comme de creuser en diagonale… Faire des marches… et j’en passe et des meilleures et nous explorons ensemble les solutions intelligentes qu’ils ont mises en places dans leurs vies pour régler leurs problèmes.

Et quand ils s’aperçoivent que cela n’a pas marché puisqu’ils sont avec moi, alors souvent ils me demandent « Et votre solution ? »… Et je leur réponds : « Moi aussi j’ai une pelle, comme vous ». Peut-être que je sais m’en servir depuis plus longtemps, ou peut-être pas d’ailleurs.  Voulez-vous que je descende avec vous dans le trou pour creuser ? »

C’est l’occasion de vérifier ensemble que ce n’est pas de ça qu’ils ont besoin !

Car moi aussi je sais rater une marche, pour moi aussi la terre est friable et s’écroule quand je creuse. Et si on changeait de paradigme ? Et si on changeait de méthode ? Si on innovait ?

Et si nous essayions avec une échelle par exemple pour sortir du trou ? OK d’accord, mais pour attraper l’échelle il est nécessaire d’abord de lâcher la pelle ! Vous savez faire ?

Cela commence par ralentir, observer, et ensuite choisir de poser des actions engagées vers ses valeurs.

Le rôle des valeurs dans ma vie.

Le rôle des valeurs dans ma vie.

cibleDepuis quelque temps je vous parle de ACT et j’ai abordé la différence entre les objectifs et les valeurs. Puis j’ai abordé les objectifs dits « de l’homme mort » dans un autre article. Aujourd’hui j’aimerai explorer avec vous ces fameuses valeurs.

Bien sûr mes valeurs, sont « les miennes » et vos valeurs vous appartiennent. La vraie question est « Savez-vous ce qui est vraiment important pour vous ? »

Qu’est-ce que vous voulez vivre dans les différents domaines de votre vie, pour aller vers le bonheur ?

Pour commencer, il est important de garder à l’esprit que valeurs et sentiments sont deux choses différentes. « Vouloir avoir confiance en soi », ou « se sentir heureux » ne sont pas des valeurs, mais des sentiments. Les valeurs influencent ce que vous voulez vivre et non ce que vous voulez ressentir. Car il existe des moyens « artificiels » et efficaces sur le court terme pour ressentir des émotions. Ces moyens vont de la respiration contrôlée ou le sport contrôlé ou … D’autres moyens qui tous nous amènent vers le contrôle et il se trouve que le contrôle fonctionne sur de courtes périodes, mais rarement dans la durée, comme je l’indique dans un article précédent sur le désespoir créatif.

Les questions à se poser (Référence Russ Harris – Le piège du bonheur – Éditions de l’homme) :

« Si je me sentais heureux, détendu, sûr de moi, aimé, respecté, admiré, en sécurité, qu’est-ce que je ferais différemment ?
Comment agirais-je différemment ?
Qu’est-ce que je changerais dans mon comportement avec les autres et avec moi-même ?
Quelles sont les choses que je ferais davantage et celles que je ferais moins ? »

On creuse un peu ?

Nous allons explorer ensemble plusieurs domaines de vie (la liste est non exhaustive) :

  1. Les relations
    • Quelles relations est-ce que je veux vivre ?
    • Quels comportements je veux avoir ?
    • Quelles qualités est-ce que je veux développer ?
    • Comment est-ce que je veux traiter les autres
    • Qu’est-ce que je veux faire avec les autres ? Et avec qui ?
  2. Le travail et les études
    • Quelles qualités je veux apporter à mon travail (ou mes études)
    • Comment je veux interagir avec mes collègues
    • Quelles relations je veux avoir dans ce milieu ?
    • Quelles sont les compétences que je veux développer ?
  3. La croissance personnelle et la santé
    • Qu’est-ce je veux faire ou refaire comme activités ?
    • Avec quels groupes de gens je veux agir ?
    • Qu’est-ce que je veux changer dans mon style de vie ?
  4. Les loisirs
    • Qu’est-ce que je veux avoir comme loisirs ?
    • Qu’est-ce que je veux faire pour me détendre dans mes loisirs ?
    • Qu’est-ce que j’aimerais faire plus souvent ?

Bien sûr je n’ai pas balayé ici toutes les questions à balayer, mais déjà si vous commencez par ça … Il y a du boulot non ?

Vous voulez aller plus loin ? Appelez-moi 🙂

Ou inscrivez-vous au prochaines sessions à Paris ou à Rabat (Voir le site de No Limit Academy International).

Une approche éléphantesque de la procrastination.

Une approche éléphantesque de la procrastination.

Une bien belle visite à faire

Une bien belle visite à faire

Connaissez-vous des gens qui remettent à plus tard ce qu’elles ont à faire maintenant ? Oui ? Certainement ! D’ailleurs peut-être que vous-même… NON pas vous ! Je suis sûr que vous connaissez des gens qui… Mais pas vous, n’est-ce pas ?

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous raconter une histoire qui pourra vous aider. En tout cas moi, elle m’a aidé. Ah !? Oui ? Moi aussi je procrastine… Ça m’arrive. Car «remettre à plus tard» c’est ce que l’on appelle « procrastiner ». Alors voilà mon histoire….

Il était une fois… C’est bien connu toutes les histoires commencent par cette phrase… Il était une fois un homme qui ne voulait ressentir que des émotions positives dans sa vie. Et il avait testé bien des recettes pour arriver à cela. Il avait lu des livres, bien intentionnés, qui lui expliquaient comment réussir dans sa vie. Il suffit de ressentir du positif, pour que ce qui t’arrive soit positif ! Facile non ? Oui, c’est facile pour toute personne qui n’a pas acquis le langage… Mais voilà pour ceux qui ont acquis le langage il y a un piège ! Et c’est un piège mortel : « Ce piège s’appelle la TCR » (Théorie des cadres relationnels) qui explique pourquoi ce n’est pas simplement impossible de vivre cela… C’est simplement une manière infaillible de terminer « dans le mur » !

Avez-vous essayé ? Penser positif, quand il vous arrive un évènement tragique dans la vie… Vous vous cassez simplement un ongle et… C’est la spirale du malheur qui s’abat sur vous, telle une tornade ! Certains appellent cela, «la loi de Murphy»… «La loi de la tartine…» Oui ! C’est vrai un être vivant qui vit pleinement sa vie va expérimenter obligatoirement « le premier échec » et là… S’il essaye de s’en éloigner… C’est la spirale qui commence… Plus il essaye de s’en éloigner et plus il s’en rapproche !

Je vous propose un exercice simple pour le vérifier :

  • Pensez à un éléphant bleu
  • N’y pensez plus
  • Mettez-vous dos au mur dans une pièce et avancez d’un pas vers le mur opposé
  • Chaque fois que vous pensez à un éléphant, quelque chose qui s’y rapproche comme de «animal»,»trompe», «grande taille», «bleu», «Curacao», «Drapeau Français».. etc… Faites un pas en arrière…

Il y a peu de chance que vous atteignez un jour le mur d’en face…Essayez ! (Puis revenez lire la suite…)

Essayez d’éloigner les problèmes de nous ne fonctionne pas et pourtant … Quand quelque chose nous gêne, nous trouvons toujours quelque chose à faire pour remplacer ce qui nous gêne… Nous reportons à demain.. Voire plus loin.

Une bien belle visite à faire

Une bien belle visite à faire

Alors, pensez à nouveau à un éléphant … C’est gros, hein ? Par la pensée, éloignez-le … envoyez-le vers l’horizon… Il est loin ? Il vous semble petit ? Mais rationnellement, vous savez que l’éléphant n’est pas petit… Il n’a pas changé de taille… Il est seulement loin.

Voilà pourquoi la procrastination ne sert à rien ! Éloigner un éléphant ne change pas sa taille ! Votre problème reste entier. Et maintenant savez-vous comment on mange un éléphant ?

Non ? Petits morceaux, par petits morceaux… Et si vous changiez de méthode ? Et si vouloir contrôler ses émotions, où les éviter, ne résolvait rien ? Et si au lieu d’être la solution c’était là que se trouvait une partie du problème ?

Vous avez essayé des méthodes pour éviter vos émotions ? Pour les contrôler ? Et sur le long terme, ça ne marche pas ? C’est normal… 🙂  Et si vous essayez ACT ? Contactez-moi, on en parle !

Je lance une formation à Paris et Rabat bientôt… Si vous êtes coach, venez ? Ou bien, peut-être que vous préférez envoyer votre éléphant vers l’horizon…. 😉

Marcher en couple ? Qu’est-ce que ça change ?

Marcher en couple ? Qu’est-ce que ça change ?

Nous-SantiagoDepuis le mois de juin, je ne suis plus très présent sur le net. Enfin ce n’est pas réellement ça. Depuis juin, je ne suis plus présent à mon blog 😉 Car je suis resté en contact avec mes amis et ma famille par les réseaux sociaux. Et certains parmi vous ont pu voir les photos de mon périple à Santiago de Compostella.

Eh oui ! Pour ceux qui ne le savaient pas, j’ai encore fait le Camino et c’est la 4e fois que je marche sur ces magnifiques chemins. Cette ambiance si particulière. Et cette fois j’ai marché avec… Mon épouse ! Cette fois nous avons fait le grand saut. Le Camino Francès entier et ensemble. 🙂

Nous pamplonaL’année dernière nous avions « essayé » de marcher ensemble et nous avions parcouru 380 km (environ) par le Camino Primitivo en 15 jours. Et bien cette année nous avons doublé la mise en faisant 720 km (environ) de Pamplona, juste avant Puente la Reina qui est le début du Camino Francès, jusqu’à à Santiago.

Alors ? Quel bilan ?

C’est un plaisir de marcher avec elle 🙂 Et oui nous n’avons pas divorcé,et je dirai même que nous avons resserré les liens du mariage. J’avais entendu dire que marcher avec son conjoint c’est une épreuve qui met le couple à rude épreuve.

Je aujourd’hui convaincu que c’est vrai ! Et je rajouterai que : « Marcher avec l’autre, met le couple face à l’épreuve de la vie en continu et en concentré, et si ça passe, quel pied ! »

Nous-camino1Pourquoi ?

Parce que marcher c’est une épreuve physique. Nous ne sommes pas dans notre tête… Enfin si au début certainement, puis petit à petit la conscience du chemin vous prend. Petit à petit vous êtes à la marche et à ce que vous faites… Et petit à petit vous devenez enfin conscient du moment présent.

Pour moi, et pour Brigitte qui sommes des adeptes de la méditation de pleine conscience, ce fut une expérience extraordinaire où la conscience vient en marchant… sans aucun effort, elle s’impose à nous.

J’avais fait le chemin seul auparavant, et j’avais déjà touché cela du doigt. Mais avec la présence de l’autre, la présence à l’autre est nécessaire pour se comprendre, se supporter, s’aider… Sans envahir l’autre, sans le priver de SON expérience.

Les épreuves du chemin viennent à vous sans que vous les appeliez :

  • La fatigue de la montée pour nous deux
  • L’épreuve de la marche au-delà de 20KM à cause de ses pieds ultra sensible
  • L’épreuve des descentes pour mes genoux (et les siens)
  • L’épreuve de la chaleur pour moi qui me déshydrate si facilement
  • L’ongle du pouce qui devient bleu pour moi
  • Chinche, les punaises de lit, pour elle
  • Les coliques néphrétiques pour moi
  • La gastro pour elle
  • Ma diarrhée permanente, moi qui n’ai plus de colon
  • Sa difficulté à s’endormir ailleurs que chez elle

En rajoutant, tout ce qui pourrait nous séparer :

  • Les rythmes de marche différents, car je ne peux pas manger de « toute » la marche donc… Je préférerai éviter les pauses. Alors qu’elle a besoin de pauses toutes les heures.
  • Le besoin de silence de l’un quand l’autre voudrait parler
  • Celui qui chante tandis que l’autre reste attentif à sa douleur.
  • Celui qui se tait quand l’autre aimerait l’entendre.

Pas facile, hein ?

On pourrait se demander « mais qu’allaient-ils faire dans cette galère ? » comme le dirait si bien Géronte, dans les fourberies de Scapin de Molière… (remarquez le pluriel).

Et c’est là que revient la question fondamentale sur le bonheur : c’est quoi le bonheur pour vous ?

Pour moi je le répète : le bonheur c’est de vivre une vie pleine de sens portée par mes valeurs. (voir l’article qu’est que le bonheur ?)

nous-ombreEt c’est là revient la méthode ACT que je pratique maintenant, assez souvent. Quelles sont mes valeurs ? Qu’est-ce que je veux vivre dans ma vie ? Dans mon couple ? Être conscient de ce que je vis.ralentir,  observer, accepter la réalité et poser des actions engagées et connectées à mes valeurs….

Alors quelles sont-elles ces valeurs ? Et pour vous ? Que voulez-vous vivre dans votre vie de couple ? Dans votre vie de tous les jours ? Qu’est-ce qui est réellement important pour vous ? Êtes-vous dans la réalité du moment présent ou vivez-vous des rêves dans votre tête et qui vous illusionnent ?

Être libre ou être heureux ? Être libre en étant réellement heureux…  Ne pas courir après des ombres en s’imaginant que c’est la réalité…. Moi j’ai choisi, et vous ?

 

Psychopathologie pour les coachs – Nouveau

Psychopathologie pour les coachs – Nouveau

symbole-psyNous avons la joie de vous annoncer l’ouverture des inscriptions à nos sessions de du module de psychopathologie pour les coachs animés par Agnès PICCINI à Paris et à Rabat pour bientôt.

  • Paris : 16-17_18 octobre 2015
  • Rabat : 20-21-22 novembre 2015

En effet, depuis plus d’un an, un certain nombre d’entre-vous réclamaient que nous prenions en charge l’animation de ce module. La réorganisation de l’école nous donne l’occasion de la faire.

À quoi sert ce module ?

  • Savoir repérer des mécanismes de fonctionnement psychologique pour avoir une approche plus adaptée à ses clients
  • Reconnaître ses propres mécanismes de fonctionnement.
  • Identifier ses limites en tant que coach pour éviter de mettre en danger nos coachés et d’engager notre responsabilité en cas de problème.

Lire le programme détaillé
Et comment ça marche ?

  • 3 jours en présentiel
  • 3 visioconférences autour de cas pratiques 

Qui est l’animatrice ?Agnès
Agnès PICCINI est psychologue, master-coach certifié.

  • Elle a son cabinet de psychologue à L’Isle-Adam et à Saint-Prix.
  • Elle est membre fondatrice du réseau de coachs professionnels No Limit Coaching
  • Vous pouvez retrouver sa fiche descriptive sur ce site

Vous voulez en savoir plus ?

  • Écrivez à contact@nolimit-academy.fr
  • ou appelez :
    • Paris :  +33 (0)9 70 40 58 15 demandez Pierre
    • Rabat : +212 (0)6 16 47 11 12 demandez Bouchra