Innovation dans le domaine de l’accompagnement.

Innovation dans le domaine de l’accompagnement.

TableQuand on parle d’innovation, souvent on pense « nouvelle technologie ». Et si on innovait sans une nouvelle technologie ?

Je vous propose d’explorer, gratuitement, pendant le mois de mai, l’innovation dans le domaine de l’accompagnement.

Pour cela je vais m’appuyer sur deux nouveautés :

  • Les thérapies comportementales de 3e génération. En particulier la thérapie d’acceptation et d’engagement qui est basée sur la pleine conscience.
  • La visioconférence accessible pour tous. En particulier Zoom que j’utilise pour mes formations en général et qui est très stable.

Qu’est-ce que ACT ? J’en parle dans plusieurs articles, et vous pouvez obtenir sur le site de référence beaucoup d’informations à ce sujet.

ACT est avant tout un changement de point de vue. Pour accéder à ce point de vue, il est nécessaire de s’arrêter et d’observer. Quand vous roulez dans la montagne vous allez rencontrer des « points de vue ». Ces points de vue sont souvent équipés d’une « table d’orientation ».

Imaginons que vous soyez dans votre voiture et que vous ne vous arrêtiez pas… Profiteriez-vous de ce point de vue ? NON ! Certainement pas ! Pour profiter du point de vue, il faut s’arrêter quelques instants.

Je vous propose d’explorer ce point de vue. Et de vous montrer la table d’orientation. Bien sûr, ce point de vue n’est pas le seul ni forcement le meilleur, je ne prétends pas cela. La table d’orientation n’est pas une représentation de la réalité, c’est tout simplement un point de vue que certains trouvent utile pour pouvoir choisir de faire ce qui est important même en présence d’obstacles.

Pour cela il vous est nécessaire d’avoir :

  • 1 heure de libre entre 9:00 et 18:00 (heure de Paris)
  • Une situation sur laquelle vous voulez que je vous accompagne pendant cette heure
  • Un ordinateur (Windows ou macOS) , une tablette ou un smartphone (Android ou IOS) connecté à internet en ADSL ou 3-4G
  • Le programme Zoom installé (directement sur votre navigateur ou par PlayStore ou sur Itunes Store
  • Puis prenez un RV sur mon agenda en précisant dans votre Nom ACT-2 exemple « ACT-2 Carnicelli » ou appelez-moi pour prendre RV. Nous passerons une heure ensemble où je vous initierai au point de vue ACT.

C’est gratuit ! Vous découvrirez la puissance de la relation d’accompagnement en visioconférence et en utilisant ACT.

ATTENTION : Cette offre est valable du 1er mai au 31 mai uniquement.

Comment motiver qui ne l’est pas ? (1/10)

Comment motiver qui ne l’est pas ? (1/10)

cibleAujourd’hui je vais aborder un problème général que rencontrent les coachs et aussi certains thérapeutes. Quand on rencontre un patient ou un client avec qui on n’avance pas ! Il semble même impossible d’avancer. Nous avons bien des techniques pour entretenir voire développer la motivation. Mais quand la motivation est « absente » … Que la personne n’a vraiment envie de rien…

Vous savez que souffler sur des braises peut ranimer la flamme, à condition de souffler correctement (pas trop, ni trop peu) et que près de cette flamme il y ait du combustible. Car si le feu ne se transmet pas il se consume et meurt.

Là nous partons du point proche du zéro… Pas de braise, pas de flammèche, rien; le calme plat règne en maitre… Je vous propose de balayer ensemble les 10 stratégies de Russ Harris. Ce sont des stratégies qui m’ont souvent permis d’aider à faire naître le feu. Dans cet article nous allons voir ensemble la première stratégie : relier le but aux valeurs.

RELIER LE BUT AUX VALEURS

Comme je vous l’ai décrit dans mes précédents articles sur le sujet, les valeurs sont un puissant moteur pour mettre en mouvement chacun de nous. Avec une certaine difficulté à faire émerger ces valeurs que je détaille dans ces 3 articles.

Même si la tâche est ennuyeuse, fastidieuse, ou provoque un malaise et de l’anxiété comme c’est souvent le cas. Nous pouvons vérifier avec notre patient : » Est-ce vraiment important pour vous ?  » Et si le patient répond « non » alors, nous pourrions répondre « Pourquoi perdre son temps avec ça, si ce n’est pas important pour vous ? Allons vers quelque chose d’important pour vous ! »

Si par contre le patient dit que c’est important, nous pourrions dire quelque chose comme : « Comme c’est intéressant. Pouvez-vous me dire en quoi cela est vraiment important pour vous ? Je veux dire qu’est-ce qui compte tant pour vous pour que vous pensiez à faire ça ? »

Par exemple : « Pourquoi faire ses exercices ? Que voulez-vous vivre en les faisant ? C’est pour découvrir de nouvelles choses ? Ou par aider les autres ? Ou pour faire une différence positive sur le monde ? »

Si nous pouvons relier le comportement de la personne avec quelque chose qui compte vraiment pour elle, nous sommes susceptibles d’augmenter sa focalisation sur ce but et de faire naitre sa motivation.

Bien sûr pour cela , il est nécessaire que la personne soit consciente de la valeur qu’elle vit à chaque instant où elle la vit. Ce qui nous ramène vers les exercices de pleine conscience, comme jeter l’ancre par exemple.

Dans le prochain article, je vous présenterai la deuxième stratégie : définir efficacement les buts.

Le consentement éclairé pour un bon accompagnement.

Le consentement éclairé pour un bon accompagnement.

matrice-client-nuea4Lorsqu’une personne se présente à mon cabinet pour que je l’accompagne une des premières questions est : « Vous avez fait l’effort nécessaire pour être ici avec moi. Vous avez pris un RV. Vous avez attendu le jour et l’heure de ce RV. Vous vous êtes organisé pour venir ici. Peut-être avez-vous déplacé des choses à faire. Peut-être que le fait d’être ici provoque en vous des émotions désagréables, telles que la peur, la honte, l’ennui. Peut-être aussi que vous préféreriez être ailleurs, par exemple à la piscine, ou au cinéma, que d’être ici. Et malgré tout cela vous êtes ici. Si vous êtes ici, c’est donc que cela vous semble important d’âtre ici. Peut-être espérez-vous quelque chose d’important pour vous en venant me voir. Pouvez-vous m’en dire quelques mots ? »

 Je pourrais aborder ici la notion de valeur, mais ce n’est pas le sujet de mon article. Ici je voudrais vous parler de la manière dont on va aborder la présentation de cette magnifique thérapie qu’est la thérapie d’acceptation/engagement.

 ACT  est une thérapie comportementale et cognitive de troisième génération qui s’appuie sur la pleine conscience. Elle ne promet pas de faire des miracles contrairement à ce que l’on peut lire dans certains livres qui vous promettent que vous pouvez obtenir tout ce que vous voulez à condition de penser de la bonne manière, avec ACT nous ne promettons rien de tel. Dans les livres de développement personnel, nous pouvons trouver deux catégories comme le dit Russ Harris, dans son livre, le choc de la réalité. La première catégorie vous dit que vous pouvez avoir tout ce dont vous rêvez dans la vie, si vous mettez dans la tête de l’obtenir. La deuxième catégorie vous dit que vous ne pouvez pas avoir tout ce que vous voulez, mais que cela ne vous empêche pas de mener une vie pleine et enrichissante. ACT est une thérapie qui est à classer dans la deuxième catégorie comme cet article d’ailleurs.

 Je suis toujours surpris que des gens puissent acheter la première catégorie de livres, moi aussi. Et pourtant en son temps moi aussi je me suis fait piéger, avant de prendre conscience que cette catégorie de livres était culpabilisante, par sa simple formulation, et que finalement, ceux qui obtenaient tout ce qu’ils voulaient, c’était ceux qui écrivaient ce type de livre. Si vous regardez la peu plus près la vie de n’importe quel être humain, qu’il s’agisse de Bill Gates,  de Marilyn Monroe, de Brad Pitt, deux Angelina Jolie, de personnes riches et célèbres, célèbres et influentes ou encore de jeunes athlètes, vous vous apercevrez que personne n’obtient jamais tout ce qu’il désire. Tout le monde peut connaître des frustrations, des échecs, la vieillesse s’ils ne sont pas morts avant, le rejet et la mort. Plus le fossé entre la réalité rêvée et la réalité vécue et grande et plus la frustration est grande, elle aussi. Quand ce fossé est petit, on peut avoir l’illusion que l’on peut le combler facilement. Mais plus le fossé s’élargit et plus nous risquons d’éprouver des difficultés à le faire.

 Je fais partie de la catégorie des gens qui ne vous promettront pas la lune et c’est peut-être pourquoi je n’attire pas les foules. On n’attire pas les mouches avec du vinaigre, bien sûr ( Sourire).

Lors de notre premier entretien, je vais souvent commencer avec mes patients ou mes clients par aborder la notion de désespoir créatif que je vous ai décrit dans un précédent article.

Cela fait je vais aborder la notion de consentement éclairé en indiquant la méthode que j’utilise de manière claire les limites de celle-ci ainsi que les performances avérées quand je les connais. Comme je l’indiquais au début de cet article ACT s’appuie sur la pleine conscience. Or la pleine conscience nous ramène au présent. Donc je vais expliquer à mon patient que nous allons nous appuyer sur les exemples des interactions que nous avons lors de nos entretiens de préférence à des exemples tirés de son passé.

Cette méthode s’appuie sur la FAP ( Analyse Psychologique Fonctionnelle) et m’oblige à être transparent sur nos interactions, avec la personne, qui se trouve en face de moi. Cela a mis, l’accompagnant que je suis dans une situation quelquefois désagréable, car je n’étais pas pas habitué à partager mes ressentis avec mes patients. Heureusement, ACT  met à notre disposition un outil remarquable de partage :  la matrice ( voir le schéma en illustration de cet article). Je partage avec mon client ma matrice, et celui-ci va naturellement tester le partage de la sienne avec moi. Cela le rassure de voir que je ne suis pas dans une position haute par rapport à lui, mais que moi, aussi j’ai mon intelligence  qui peut me jouer des tours.

J’ai appris à me tromper depuis tout petit, et vous ?

Puis je vais lui remettre, une lettre d’engagement sur laquelle nous allons indiquer ensemble les objectifs de son accompagnement et la méthode. Par exemple je vais indiquer sur cette lettre que nous allons utiliser des exemples tirés de nos interactions plutôt que des exemples tirés de ce qui s’est passé pendant sa semaine. Lui indiquer que dans la méthode je lui demanderai quelquefois de faire des exercices ou de ne pas les faire. J’en profiterai pour lui demander de préciser ce qu’il a compris de cette méthode.

Si vous êtes intéressés par un exemple de cette lettre, alors envoyez-moi un e-mail et je vous renverrai par retour un exemplaire de celle-ci.

 Belle et bonne journée à vous.

L’aide peut venir d’où on l’attend le moins.

L’aide peut venir d’où on l’attend le moins.

forza-noireHier, j’allais à la signature du contrat-cadre entre la région IDF et l’Agefiph, au siège de la région 57 rue de Babylone à Paris.

Je voulais me garer dans la rue au plus près du 57 et il y avait deux parkings motos très proches. J’ai choisi le plus proche où les motos et scooters étaient garés  en épis dans le sens de la marche. Cela m’obligeait à rentrer dans la place de parking en marche arrière or mon scooter n’étant pas équipé de marche arrière cela m’oblige à pousser mon scooter soit en descendant à côté de lui, soit en poussant en restant assis ce qui n’est pas si facile pour moi, au regard de la longueur de mes jambes et mon état de santé général.

Pour entrer dans cette place, j’ai donc décidé de monter sur le trottoir et de prendre place en descendant de celui-ci. En faisant cela, je n’ai pas fait attention à un truc très dérangeant sur les scooters. C’est que la béquille centrale est équipée d’un ergot (comme les coqs) qui dépasse à droite du véhicule. Et ce qui devait arriver arriva ! Et j’ai accroché le pot d’échappement du scooter à côté en descendant du trottoir. Me voilà bloqué !

Si j’avance, je fais tomber le scooter à ma gauche, et, j’imagine, la suite… Toutes les motos par terre ! Et je ne peux pas reculer, car le trottoir bloque ma roue arrière !

Je réfléchis très vite et je décide d’appeler à l’aide pour éviter la catastrophe. Je crie donc « Au secours ! Aidez-moi ! J’ai besoin d’aide ! »

Je vois arriver deux jeunes en survêtements et je me dis in peto « Je suis sauvé ! » Eh bien, non ! Je ne suis pas sauvé, car ils se mettent à rigoler. Parlent entre eux. Puis ils tournent le regard et s’éloignent de moi en se moquant de ma situation.

les-parisiennesAlors je recommence « Aidez-moi ! J’ai besoin d’aide ! » Et je vois deux femmes habillées en tailleur et chaussures à talon aiguille. Deux Parisiennes comme on les imagine. Et l’une d’elles me demande, « On peut vous aider Monsieur ? » Et je leur explique ma situation. « Je suis coincé, il faudrait légèrement bouger le scooter d’à côté sans le faire tomber pour que je dégage l’ergot de ma béquille, du pot d’échappement du scooter d’à côté. » Et hop…

L’une dit « j’ai mal au dos, mais je vais essayer »… L’autre la suit et les voilà toutes deux en train de tirer le scooter. Et ça marche ! je suis libéré…

Merci beaucoup mesdames ! J’en reste abasourdi… je suis heureux. J’ai à nouveau espoir en l’humanité, mais je le savais… Il y a du bon en chacun de nous. Et cela me conforte dans mon idée initiale. L’apparence c’est vraiment un truc d’idiot… Regardez la beauté du coeur… C’est le plus important.

Attention dans cette histoire, il y a un piège… Vous le voyez ? Que vous des jeunes en survêtement ? Et bien voilà, il est là le piège ! Tous les jeunes ne sont pas comme ça ! Je suis sûr qu’il y a du bon aussi sous les survêtements… Je vais de ce pas allez chercher où… je vous raconterai… Pas de généralisation abusive !

À bientôt

 
 

Groupes de travail ACT (Pleine conscience) plus de souplesse pour y accéder.

Groupes de travail ACT (Pleine conscience) plus de souplesse pour y accéder.

groupeLes problèmes que rencontrent ceux qui veulent intégrer un groupe de travail de type thérapeutique ou de coaching collectif, c’est le manque de souplesse d’accès à ces groupes. Je propose dans cet article de vous expliquer comment j’ai levé tous les obstacles. J’ai pu recenser quelques obstacles et soi d’autres se présentent pourquoi pas  réfléchir ensemble pour gagner en souplesse.

Voici la liste que je vais traiter ici :

  • Le prix
  • Le lieu et les déplacements
  • Les horaires de travail et les soirées en famille, ou les week-ends bloqués
  • Le planning
  • Et bien sûr le premier  d’entre tous : Le travail collectif.

Travail collectif

Je vais commencer par traiter le dernier ou plutôt ne pas le traiter ici, car j’en ai déjà parlé dans mon précédent article sur le sujet. Donc je vous invite à lire cet article sur le sujet. Pourquoi travailler en groupe ?

Le prix

Je ne pense pas que le prix soit réellement un problème, mais je vais quand même en parler ici. Une séance d’accompagnement avec ACT est de 75€ /séance d’une heure environ.

Si l’on fait un groupe de 4 personnes, cela reviendrait donc à moins de 20€ par personne pour une heure soit sur 2 heures de travail, c’est le temps de travail d’un groupe pour être efficace, la somme de 37,50 € par personne, ce qui peut paraitre assez cher finalement. Et si l’on envisage un groupe de 8 personnes ce qui est optimal pour ces groupes de travail cela revient à environ 20€ par personne ! Et là cela devient très correct : 10€/heure de travail collectif… Or pour apprendre à utiliser correctement ACT il faut environ 4 séances ce qui revient à dire que pour chaque participant cela lui coûte seulement 80 € pour le cycle de 4 séances complet !

Vous pensez que le prix est toujours un problème ? Alors, écrivez-moi en privé et nous trouverons une solution.

Le lieu et les déplacements

Alors là je vais innover vraiment !  Quplanoi que je pratique déjà comme cela depuis des années comme le savent mes patients et mes clients. J’utilise pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, mais qui veulent continuer de travailler en groupe « Zoom » qui est un système de visioconférence qui permet de connecter suffisamment de points d’accès pour supporter un certain nombre de personnes sur place et d’autres en visioconférence et même de Rabat, si besoin ;). Et ça marche très bien, d’autant mieux que je suis maintenant connecté par la fibre optique. 🙂

Pour ceux qui veulent venir, j’ai maintenant un cabinet proche du RER et ce qui posait problème à ST PRIX qu
i était l’éloignement des transports n’est plus un problème. Je suis au RER Cergy préfecture facile non ?

Pour ceux qui auraient des doutes sur leurs capacités à utiliser Zoom. Écrivez-moi à pierre@carnicelli.fr et demandez-moi une invitation. Et je vous envoie ça par retour du courrier et nous testons ensemble.

Les horaires

Alors là ! Je suis très embêté, car chacun d’entre-nous à ses propres contraintes. Pas facile de trouver le jour et l’heure qui va convenir à chacun. Je vais commencer par le lundi de 19:00 à 21:00 (heure de Paris) et ensuite ? Et bien ce sera à la demande ! Si j’ai une demande pour le mercredi par exemple je lancerai un appel pour cet horaire sur ce blog, où sur ma Page Facebook, et Twitter et Google, etc. Jusqu’à création d’un groupe pour ce créneau, à priori tout est possible, mais en pratique nous verrons ma capacité à communiquer sur ce point.

Peut-être qu’un formulaire sera disponible… (À suivre…)

Le planning

On a gagné !!! J’ai trouvé comment faire en sorte que chacun puisse intégrer un groupe ACT à n’importe quel moment et j’en suis très heureux. Le planning est organisé autour de 4 séances comme je l’indiquais plus haut… Eh bien vous pouvez démarrer par n’importe laquelle de ces séances.  Par exemple : lundi 1 : séances 1 puis lundi 2 : séances 2, etc. jusqu’à 4.

Vous voulez commencer par la séance 2 c’est OK ! La refaire c’est OK ! Commencer dans l’ordre 1-2-3-4 c’est OK. Voilà pourquoi j’ai réglé le problème du planning … Il n’y a plus de planning … LOL

Conclusion

Et maintenant ? Vous voulez en savoir plus sur ces groupes de travail ? Qu’est-ce que ACT ? Comment ça marche ? Est-ce que cela vous concerne ? Qu’est-ce que cela peut vous apporter ?
Et si nous échangions par téléphone ? Appelez-moi au cabinet au 09 82 44 44 12. Et répondrez à toutes vos questions sur ce sujet ou écrivez-moi par email en m’indiquant quand et où je peux vous rappeler et je vous rappellerai… Bien sûr !