Violence contre les femmes

Violence contre les femmes

stop-violences-femmesIl y a quelques temps… Je ne préfère pas préciser la date pour éviter les problèmes à la personne qui est l’héroïne malheureuse de mon aventure. Je prenais l’avion comme souvent pour le trajet vers le Maroc et retour. Cela se passait pendant le vol de retour, vers Paris CDG. Il y avait une femme qui est entrée dans l’avion avec des lunettes noires. Ce qui m’intriguait c’est que la lumière n’était pas très forte en cette période hivernale, le soir. Et je me suis dit des lunettes noires, le soir ? Tiens donc ?

Puis pendant le vol elle a ôté ses lunettes noires pour lire et j’ai vu son oeil, où plutôt le dessous de son oeil, cerné de noir, comme un boxeur qui aurait pris un coup. Or elle n’avait pas le gabarit d’un boxeur mais elle était assise auprès d’un homme qui lui avait des poings capables de marquer un si beau visage.

Tandis que le boxeur s’est endormi après le décollage, je me suis tourné vers elle et nos regards se sont croisés. je lui ai souri et j’ai aperçu dans ses yeux un gouffre profond de tristesse. Elle m’a répondu par un sourire. Un peu comme un réflexe des ses neurones miroirs tandis que j’étais tendu complètement vers les miens et, c’est là que j’ai senti passer une émotion qui ne m’appartenait pas j’ai senti comme une brisure en moi. Moi qui ne suis pas brisé et que rien jusqu’ici n’a pu briser. Mon empathie m’a transmis ce message de « jouet cassé ». J’ai montré mon oeil discrètement et j’ai regardé le boxeur qui dormait et elle a incliné la tête puis a replongé dans son livre pour que je rompe le contact.

C’est quand elle est allée aux toilettes tandis qu’elle passait près de moi que je lui ai tendu discrètement ma carte de visite en lui disant : « Ceci est ma carte de visite, si vous avez envie de parler à quelqu’un qui sait écouter, c’est mon métier, appelez-moi. Ne prenez pas cette carte si vous ne voulez pas et si vous la prenez sachez que cela ne vous engage à rien. »

Lorsque nous avons quitté l’avion je l’ai laissé passer et elle a incliné la tête en souriant, elle portait à nouveau ses lunettes. Puis je suis rentré chez moi et j’ai raconté cela à mon épouse, qui comme certains parmi vous le savent est responsable d’un service social. Et elle m’a dit : « Il y a un site à consulter sur ce sujet avec des vidéos très instructives pour des professionnels comme toi. C’est http://stop-violences-femmes.gouv.fr/« 

Je ne peux pas m’empêcher de mettre un lien vers la première video : MÉCANISMES DE LA VIOLENCE / REPÉRAGE / PRISE EN CHARGE : Professionnels, un rôle essentiel dans la lutte…par droitsdesfemmes

Et si tous les professionnels de l’accompagnement se donnaient la main sur ce sujet ? hein ? Aujourd’hui je suis triste, je me sens un peu impuissant… Et si elle ne m’appelait pas d’ici trois jours ? En France tous les 3 jours une femme meurt sous les coups de son conjoint…

Je ne connais pas l’avenir et c’est tant mieux !

Je ne connais pas l’avenir et c’est tant mieux !

sens obligatoireDans mon précédent billet « Une chance une malchance va savoir » je décrivais une histoire vécue avec mon épouse, où le hasard (ou autre chose, va savoir) nous avait favorisé.
Vous connaissez la stochastique ? C’est quelque chose d’imprévisible, d’aléatoire, et cela s’oppose à la notion de déterminisme. Et cela me convient bien ! @Hassan àa commenté mon billet en disant « On ne connaît pas l’avenir, et il faut être optimiste. » Et je dois dire que j’approuve cela à 200%.
Il y a quelques années, j’ai lu un roman de Robert Silverberg qui s’appelle « L’homme stochastique » où un homme spécialste du hasard et de l’aléatoire rencontre un certain Carjaval qui est voyant et qui perturbe sa belle organisation en lui donnant un aperçu de l’avenir.
Cela rejoint l’opposition entre le déterminisme où « Tout est écrit » et le libre arbitre où « Chacun fait des choix impliquant son propre avenir et donc peut le construire où en avoir l’illusion si on considère que c’est un être supérieur qui finalement le dirige par l’intermédiaire d’une partie « divine » qui serait aux commandes de l’être sans se laisser découvrir par celui qui est « habité »… Enfin nous nageons ici en pleine science fiction, où en pleine métaphysique c’est comme vous voulez.
Personnellement je préfère croire que j’ai les commandes même si ce n’est pas vrai dans les faits en permanence. Agir en « conscience ». Etre présent à ses choix. Faire des choix impliquant pour construire sa vie. C’est pour cela que je suis coach. Pour permettre à chacun d’avoir en face de lui quelqu’un qui va lui poser des questions sans préjuger de la réponse à venir. (j’y reviendrai un jour dans un autre billet).
Je vais vous raconter pourquoi j’ai fait ce choix un jour.
Lorsque que j’ai été atteins d’un cancer du colon en 1996. le médecin que j’avais en face de moi m’a dit la chose suivante :
« Si vous avez quelques choses d’important à faire, alors faites le maintenant car dans 3 mois ce sera trop tard ! »
Alors j’ai fait… J’ai fait… J’ai fait tout ce qui me semblait important à l’époque puis… Après mon opération et mes traitements, je me suis rendu à l’hôpital pour « mourir » et vous connaissez la suite ! Je ne suis pas mort ! Le médecin n’était pas un voyant extra lucide. LOL
Malgré tout sa phrase a eu un impact sur ma vision de l’avenir et je me suis mis à vivre comme si demain n’existait pas. (Voir mon article sur le Bonheur et réussite) et j’ai arrêté d’avoir des projets. Je ne me suis plus lancé dans aucune tentative de projet de plus d’une journée. Et cela a duré pendant 3 ans puis un jour j’ai pris conscience que cela pouvait changer car je n’étais pas mort et que la vie était la plus forte chez moi et que l’avenir n’est écrit encore. Seul le passé est écrit et encore … On peut le réécrire non ? Mais cela est une autre histoire… Qui s’écrira quand j’aurai décidé de le faire. Et j’ai donc repris le pouvoir sur ma vie… Puis… La vie enfin a repris ses droits.
Alors je ne connais pas l’avenir et c’est très bien comme ça je vais pouvoir écrire une nouvelle page. Et ce sera une page d’amour, avec mon épouse, mes enfants, mes petits enfants et …. VOUS !
Alors comment vous comment pensez-vous que votre avenir va venir ? Déjà écrit ? Vous le connaissez ? Quelle expérience avez-vous de ça ?

Et si je me donnais des objectifs autoconcordants

Et si je me donnais des objectifs autoconcordants

6a00d834209e6353ef01538fc332d6970bVous connaissez Tal Ben Shahar ? Il a écrit un livre (L’apprentissage du bonheur). J’ai bien aimé le lire mais pas seulement lire. J’ai aimé le mettre en action. Or un livre en action donne son maximum car vous transformez le savoir (livresque) en connaissance (acquise définitivement comme si vous étiez né avec). Il y parle de la construction du bonheur durable autour des « objectifs auto-concordants ».

Alors c’est quoi un objectif auto-concordant ?

« C’est un but que l’on se donne par pure conviction personnelle et/ou par le fait d’un intérêt marqué pour tel ou tel domaine »

Il peut être agréable à atteindre (ou peut-être pas immédiatement agréable voire franchement désagréable à vivre) mais surtout il permet de construire une satisfaction pour un bonheur durable car cet objectif fait réellement sens pour nous. Et en plus il nécessite de réellement se challenger en utilisant ses points forts dans la vie. (Voir l’article précédent sur le sujet).

Alors on commence par quoi ?

Tout d’abord travaillons sur les objectifs qui développent l’ambition c’est à dire les objectifs à très long terme dans chacun des domaines de notre vie (1 à 30 ans). Ces objectifs doivent mettre nos limites à l’épreuve en utilisant si possibles nos points forts. N’oublions pas que l’important n’est pas seulement de réussir à atteindre ces objectifs mais surtout de vivre le chemin à parcourir pour les atteindre. Et Si nous les atteignons un jour alors tant mieux sinon nous aurons construit tout de même une vie dans le « Flow » (Activité autotéliques) et cela construit notre bonheur durable.

Par exemple : Je veux écrire un livre, planter une forêt et élever un enfant.

Ces objectifs sont à long terme voire vraiment très long terme… Et développent mon ambition ! Mais cela est loin … Alors que faire ?

Découper chaque objectifs en sous objectifs à atteindre et qui seront plus proches puis encore jusqu’à l’action à poser ! (Et ainsi le plan d’action hebdomadaire, voire journalier) La première action…. Que je vais poser Quand ? où ? Comment ? Et c’est parti !

Par exemple : Si je prends le premier « Ecrire un livre »

  • Choisir un sujet qui me passionne
  • Faire la scénario de ce livre
  • Ecrire de 5:00 à 7:00 chaque matin à la fraîche
  • Acheter un carnet pour prendre des notes partout quand je le veux
  • Avoir sur moi un stylo « qui écrit »
  • Lire sur la géographie du lieu
  • Voyager sur les lieux de l’action
  • Lire des ouvrages d’histoire sur l’époque
  • Vérifier les spécificités de la culture locale
  • Annoncer mon projet
  • Chercher un éditeur
  • Faire un synopsis

Etc… Quand ? J’achète le carnet ce soir… je commence 😉

Et demain ? Pourquoi je me lèverai ? Pour creuser un trou dans mon jardin … Il faut bien planter le premier arbre de la forêt 😉

Cette méthode permet de passer d’un pilotage de sa vie par l’extérieur et par l’urgence à un pilotage de sa vie par l’importance et une motivation intrinsèque. On va vers la motivation 3.0 de Daniel Pink (La vérité sur ce qui nous motive)… J’y reviendrai bien-sûr.

Vous avez des objectifs auto-concordants vous ?