Appréciatif ou comparatif ? Choisissez comment percevoir votre vie au quotidien.

Appréciatif ou comparatif ? Choisissez comment percevoir votre vie au quotidien.

« Il n’y a que deux façons de vivre sa vie : l’une en faisant comme si de rien n’était un miracle, l’autre en faisant comme si tout était un miracle » disait Albert Einstein. Cet article illustre parfaitement le choix que nous avons dans notre vie quand nous évaluons la situation dans laquelle nous nous trouvons.
Lorsque j’appréhende la situation actuelle dans le contexte actuel où je me trouve, je peux choisir de comparer cette situation avec la situation idéale que j’ai imaginée un jour, ou que la société m’a poussé à imaginer comme étant la situation idéale, ou bine, je peux choisir d’évaluer ma situation à partir de rien… Mais c’est quoi ce « rien » ? Ce peut-être, par exemple, ma naissance,  vous savez ? Quand je n’avais rien. Que je ne savais rien. Que je n’avais rien vécu. À partir du point de départ de ma vie, comme point de référence.
Faisons l’expérience voulez-vous ?
Voici la carte de vos domaines de vie : (Boussole des valeurs)

Phase 1

  • Installez-vous confortable, le plus confortablement possible.
  • Imaginez dans le contexte de votre choix, par exemple, le couple, la famille, le rôle parental, la vie amicale, le travail….etc. (Voir la boussole des valeurs-ci dessus), la situation idéale selon vous.
  • Puis prenez quelques instants pour comparer avec votre situation à vous…
  • Quelles pensées apparaissent ? Quelles émotions sont présentes ? Que ressentez-vous dans votre corps ?
  • Est-ce agréable ? Ou plutôt difficile à vivre?
  • Il y a du boulot, hein ?

Phase 2

  • Maintenant, imaginez que vous avez TOUT perdu dans ce domaine. Plus de conjoints, plus d’enfants, plus de boulot, plus d’argent, plus de maison avec ou sans jardin… Pour dormir, il reste le 115, ou la rue, pour manger les restaus du coeur, ou la manche…
  • Comment vivez-vous ça ? Que ressentez-vous? Quelles sont les émotions présentes? Les pensées qui sont là ?
  • Puis maintenant, imaginez que TOUT vous est rendu ! Vous avez récupéré votre vie !
  • Quel effet ça fait ?  Quelle est l’émotion dominante ? Que ressentez-vous dans votre corps quand on vous rend tout ?
  • Est-ce agréable ? Ou plutôt difficile à vivre ?
  • Alors votre conclusion ?

Conclusion
Sur le schéma ci-dessous, je résume l’expérience que vous venez de vivre.

  • Dans le premier cas, vous êtes dans la partie « rouge ». Vous comparez votre vie avec la vie parfaite et cela génère de la douleur. Cela génère d’autant plus de douleur que la distance entre ce que vous voulez et ce que vous avez est grande. C’est le mode comparatif.
  • Dans le deuxième cas, vous êtes dans la partie « verte ». Vous évaluez votre vie à partir de rien. Vous mesurez ce qui donne du sens à votre vie. Cela génère de la gratitude et par conséquent de la dopamine, Sérotonine et ocytocine, c’est-à-dire les neurotransmetteurs du bonheur. C’est le mode appréciatif.

 

Alors ? Qu’est-ce que vous en concluez ? Et si vous choisissiez de votre vie comme si TOUT est un miracle, comme le disait Einstein ?
Écoutez ce que vous dit votre cerveau … Quelles sont les idées qui viennent ? Vous avez peur de rester dans votre confort médiocre ? De devenir un bisounours ? Quoi d’autre ? Rappelez-vous que les idées qui viennent sont créées par votre cerveau en fonction des contingences… (Voir la loi du bas dans la présentation de la matrice…)…
Et si vous observiez vos pensées pour changer votre ressenti par rapport à elles… Un exemple qui va dans ce sens. Sentez la différence entre les deux affirmations ci-dessous.

  • Je suis nul(le)
  • J’ai la pensée que je suis nul(le)

Ce n’est pas la même chose, n’est-ce pas ? Lisez un exemple de recadrage de sens : je ressens de la gratitude pour la vie que j’ai aujourd’hui. Que vais-je faire d’important pour moi, qui pourrait donner encore plus de sens à celle-ci ?
Et oui, ce n’est pas parce que je suis content de ce que j’ai que je dois rester dans mon jus, n’est-ce pas ? Et si vous découvriez vos valeurs au quotidien avec ACT ?
 

Une série d’ateliers pour maitriser la pratique d’ACT (thérapie d’acceptation et d’engagement)

Pour cette année, c’est les dernières animations que je vais animer, puisque je vais enfin faire valoir mes droits à pension de retraite. Et je vous propose de découvrir ou d’approfondir la pratique d’ACT (thérapie d’acceptation et d’engagement) sous un format un peu nouveau.
Comment c’est organisé ?

  1. Une série de 4 ateliers de 1:30 heures, pour commencer, au rythme de un par semaine, tous les jeudis. Ce sera le mois d’avril pour le lancement de cette première série, et le 1er avril de 12:00 à 13:30, c’est parti !
  2. Pas de présentiel sauf pour les privilégiés qui habitent près de Saint-Prix qui qui peuvent s’inscrire les premiers (4 places sur place pour respecter les contraintes sanitaires).
    La formation a lieu uniquement en visioconférence, avec le formateur en ligne avec vous, et les exercices pratiques sont faits dans des salles de visioconférences spécialisées puisque nous pouvons le faire. Pour mes amis, du Maroc, c’est pareil.
  3. Je serai animateur (la plupart du temps) et j’inviterai des co-animateurs sur certains sujets. Ce mois-ci, Aude ALLAIN DE OLIVEIRA, viendra m’aider sur le sujet de l’image (elle est coach en Image).
  4. Puisque nous n’avons plus la contrainte de la limite d’accueil de la salle, il est encore possible de s’inscrire ! Avec la visioconférence, je peux étendre le nombre de stagiaires à 20 sur cette formation (la technique permet 100, mais je reste convaincu que c’est trop de monde pour pouvoir répondre à toutes les questions…
    Peut-être que je me trompe… Mais j’assume ! 20 stagiaires max et donc si vous voulez vous inscrire, inscrivez-vous en passant la boutique. Je vous recontacte rapidement. Vous pouvez aussi envoyez un email à pierre@carnicelli.fr. Je reviendrais vers vous, par réponse à votre email, pour vous expliquer le mode d’accès technique aux visioconférences.
  5. Pour voir la liste des ateliers allez sur le lien vers la boutique en ligne : https://carnicelli.eu/boutique.
  6. Le tarif unique est de 10€ par atelier.

Article mis à jour le 11 mars 2021

Appréciatif ou comparatif ? Choisissez comment percevoir votre vie au quotidien.

Vigilance et persévérance pour reconnaitre ses émotions.

Ça y est, j’ai été vacciné le 8 janvier 2021 ! Bien sûr, j’ai été vacciné contre la COVID. Enfin je veux dire que j’ai reçu la première injection de ce vaccin (Pfizer-Biontech), et bien tôt la deuxième injection à la fin du mois. Cela veut dire que je dois faire extrêmement attention pendant la période jusqu’au 8 février où j’aurai une protection maximale.
Pourquoi faire attention ? Parce que pendant cette période, je ne suis pas encore complètement protégé et je pourrai donc être infecté et là… Le virus a plus de chance de muter ! Je ne rentrerai pas dans les détails, car ce n’est pas le but de mon article d’aujourd’hui, mais vous pouvez trouver des références de ce que je dis dans les propos du président de l’académie nationale de médecine sur France Info
Bon, bon…. Alors je vous raconte un peu ? (avec quelques jours de décalage)
Et bien je me sentais comme un judoka qui sort du tatami après un combat (et je connais bien ça)…
Je ne pensais pas que la situation m’avait touché tant que ça !
J’ai passé quelques nuits d’enfer ! Des cauchemars toute la dernière nuit avant le vaccin… Et au moment de la piqure un grand PFFFFFFF…. Comme si je sortais d’un grand danger ! Comme si un ballon se dégonflait. En fait je comme au sortir d’un grand danger puisque  sans le vaccin si j’attrapais la COVID j’avais beaucoup de risque de développer, une forme grave de la maladie, et de mourir. C’était comme si j’étais un « survivant » …
Et je ne l’avais pas vu ! Incroyable … Je n’avais pas réalisé l’impact réel de cette peur sur mon état psychologique. Pourtant, je médite pour être présent et je m’aperçois que malgré cela je continue à me raconter des histoires ! Il y a du boulot pour être réellement présent à soi, vous ne croyez pas…
Depuis j’ai fait une petite méditation sur l’autocompassion, pour commencer … Puis j’ai repris mes pratiques quotidiennes… Et je suis apaisé aujourd’hui.
Pendant la crise, je me disais que j’étais courageux … Ben oui je suis courageux, mais cela n’empêche pas la peur d’être là aussi !
Bien sûr, j’ai continué à recevoir mes patients malgré le risque parce que cela à du sens pour moi, mais quelle énergie dépensée ! Et cela sans réellement en être conscient. C’est étonnant de se voir réellement en face ! Une très belle expérience que je partage avec vous mes amis, aujourd’hui.

Matrice ACT


J’étais dans la lutte. Il faut être courageux, il ne faut pas montrer sa peur, il faut… Je dois… J’étais souvent dans la partie gauche de matrice ACT… (Voir ci-contre, en cliquant dessus elle sera en grande taille)
C’est-à-dire que j’étais en mode automatique ! Alors que je croyais que j’étais conscient de mon état…
J’avais oublié, « la honte » … la honte de reconnaitre que j’ai peur de mourir étouffé dans d’atroces souffrances… Oui j’ai peur ! J’ai vu mourir mon grand-père « étouffé » par son emphysème (il avait été gazé à Verdun)… J’ai vu mourir mon frère de son emphysème, suite à sa BPCO… Il est mort d’un simple rhume… J’ai vu la peur dans ses yeux…
Et OUI ! J’ai peur… Avec ma BPCO… La COVID, les images des personnes intubées ventilées dans les hôpitaux…
Et alors, j’ai peur, c’est normal, car je suis un être humain et que les émotions que je ressens ne dépendent pas vraiment de ma volonté… Aujourd’hui j’accueille ma peur ! Aujourd’hui la honte est partie… Aujourd’hui je sais que le courage n’est pas de ne pas avoir peur… Et cela au-delà de la théorie…
Je crois que certains vont avoir des surprises encore plus grandes que la mienne après le vaccin … Comment vont-ils vivre la sortie de ce traumatisme (de type 2) ?
Alors je suis heureux de participer, à cette prévention en offrant chaque semaine 2 séances gratuites de méditation de pleine conscience d’une durée environ 30-45 minutes :

  • les mardis à 9:00
  • les jeudis à 20:30
    Vous voulez venir ? Inscrivez-vous sur Doctolib… C’est gratuit ! (suivez le tuto ci-dessous)


 

Appréciatif ou comparatif ? Choisissez comment percevoir votre vie au quotidien.

L’histoire de la peau de banane…

Comment une peau de banane peut influencer notre perception de la vie ? Je vais répondre à cette question par une question que je pose à mes patients :

Fermez les yeux quelques instants, observez votre respiration sans jugement… Puis…
Imaginez que vous soyez en train de marcher dans une rue.
Voyez ce qu’il y a à voir, entendez ce qu’il y a à entendre, sentez les odeurs du lieu, la température…
En baissant les yeux, vous voyez devant vous une peau de banane sur le trottoir.
Que faites-vous ?
(répondez à la question avant de lire la suite)

Réponse : « ce que vous voulez, bien sûr… »
Voici les statistiques personnelles que j’ai obtenues avec mes patients du cabinet sur les 3 derniers mois : (150 réponses)

  • 70 % : Je fais un détour pour l’éviter ou je l’évite (les deux versions sont dans cette ligne)
  • 20 % : Coup de pied dedans pour la faire glisser dans le caniveau ou je la pousse avec le pied dans le caniveau (les deux versions sont dans cette ligne)
  • 10 % : Je la prends cherche un endroit (une poubelle de préférence pour la jeter) et je me lave les mains… Avec mon gel ! (Sourire… ) J’ai l’habitude maintenant !

Après avec recueilli la réponse initiale, je vais orienter le dialogue vers les directions de vie choisies ? (valeurs – voir l’article expliquant ce qu’est une valeur)

Dans ma relation avec les autres, comment est-ce que je voudrais me comporter si j’étais celui (ou celle) que je veux être vraiment ?
Si j’étais la version idéale de moi-même, qu’est-ce qu’on me verrait faire avec les autres et dans mes interactions avec eux ?
(répondez à la question avant de lire la suite)

Puis je repose la question numéro 1 … Avec la peau de banane… Que j’appelle version 2 dans la suite de cet article.
Et voici les statistiques que j’ai obtenues avec le même public :

  • 50 % : Je la prends cherche un endroit (une poubelle de préférence pour la jeter) et je me lave les mains… Avec mon gel ! (Sourire… ) J’ai l’habitude maintenant !
  • 40 % : Coup de pied dedans pour la faire glisser dans le caniveau ou je la pousse avec le pied dans le caniveau (les deux versions sont dans cette ligne)
  • 10 % : Je fais un détour pour l’éviter ou je l’évite (les deux versions sont dans cette ligne)

Puis j’ai échangé avec tous ceux qui ont changé d’avis entre la version 1 et 2. La réponse est unanime, entre les deux réponses j’ai changé de côté de la matrice, je suis passé de la partie gauche vers la partie droite.
Vous pouvez constater que la partie gauche est « automatique » alors que la droite demande d’être en pleine conscience » de ses valeurs… Et dans le cas de la peau de banane, il a suffit simplement de se poser la question sur la relation avec les autres… De se repositionner dans le contexte finalement.
La pleine conscience, c’est facile finalement ! Il suffit de s’arrêter de courir, d’observer le présent puis de se poser la question suivante : « dans la contexte actuel, qu’est-ce que je veux vivre vraiment et qui donne du sens à ma vie ? »
Mais est-ce vraiment si facile ? NON ! Bien-sûr, car sans entrainement, pas de question… Et sans question pas de changement de stratégie. Et hop !
Alors, Vous voulez vous entrainer ? Je vous propose un exercice de 3 minutes à faire au moins 3 fois par jour pendant au moins 15 jours… Et constater ce qui change dans votre manière de vivre au quotidien… N’hésitez pas à faire un retour, en commentant cet article ou en m’écrivant.
Exercice : Espace de respiration.

Je vous mets un Espace de respiration détaillé qui dure 5 minutes pour vous aider à comprendre le mécanisme complet… (à faire la première fois)

Bonne écoute !
 
 
 

Appréciatif ou comparatif ? Choisissez comment percevoir votre vie au quotidien.

Impact du confinement et ACT

Vous tournez en rond ? Personnellement, depuis 15 jours je suis confiné dans mon environnement de vie habituel, et des millions de Français sont confinés depuis 8 jours quand j’écris cet article.  Pourquoi ai-je une semaine d’avance ? Parce que je fais partie de ces personnes dites « à haut risque » avec ma BPCO stade 2 (perte de 50% de mes capacités respiratoires), mon âge, ma tension artérielle… Enfin je fais parie de ces gens « à risque » qui sont vivants ! Quelle chance  que j’ai, de ne pas encore, avoir été contaminé !

Depuis 15 jours, je ne tourne pas en rond… Je travaille tous les jours… J’ai des journées très chargées. Je commence le matin vers 5:00 comme d’habitude et je termine vers 20:00… Rien ne change de ce coté… Sauf que je ne croise personne en chair et en os, à part mon épouse qui reste, elle aussi, à la maison grâce au télétravail…

Je commence par ma méditation du matin, puis ma ballade de 10 à 20 Km… dans la salle de sport… Enfin je veux dire mes 30 min à une heure de vélo d’appartement, dans la chambre d’amis ! Et après ma douche, je vais prendre mon petit déjeuner avec mes amis… de 8:00 à 9:00 grâce à Zoom… 😉

Et la journée de travail commence !

Depuis quelques jours je reçois des appels à l’aide de personnes qui souffrent du confinement, directement ou indirectement par effet rebond.

  • Directement
    • Des personnes me disent avoir des troubles du sommeil.
    • D’autres sont anxieux, voire angoissés.
    • Certains ont des réactions incontrôlables aux émotions qui d’habitude ne les gênent pas plus que ça…
    • Des symptômes de dépression apparaissent chez d’autres
  • par effet rebond
    • Des femmes qui sont victimes de violences de leur conjoint qui boit
    • des personnes qui sont addicts et qui constatent que leur addiction augmente…

Une analyse, des études scientifiques effectuées en Chine depuis le début de l’épidémie et dans d’autres pays avec le SRAS, autres cas de confinement, effectuée par Catherine Tourette-Turgis confirme ce que je présentais depuis ces quelques jours : le confinement va avoir des effets très marqués même sur les personnes non atteints par le COVID-19.

Nous (les psychologues) allons avoir à gérer des syndromes post-traumatiques, mais pas que… Des rechutes d’addiction, des dépressions, des TAG (troubles anxieux généralisés provoqués par le confinement lui-même !

Le confinement provoque un grand changement dans nos vies, en fonction de la manière dont nous avons choisi de vivre le bonheur. Choisit-on de vivre du bonheur d’une manière ou d’une autre ? Oui ! Car on choisit le bonheur à vivre… On le choisit de manière consciente ou inconsciente. Le plus souvent c’est de manière inconsciente d’ailleurs. Je reviendrai sur cette notion de bonheur dans une capsule vidéo ou un article à venir. Et dans cet article je vais revenir sur le schéma suivant qui va vous expliquer d’une manière très simple pourquoi pour lutter contre le confinement et ses effets, la thérapie d’acceptation et d’engagement peut être une manière efficace de passer ce moment qui nous est offert, de travailler sur nos valeurs.

Matrice ACT
Remplacer dans ce schéma la douleur par : le confinement….
Explorons les 3 stratégies automatiques (gauche du schéma)

  1. Lutte : je refuse le confinement, je veux être libre ! Alors ? je mets ma vie et celle des autres en danger. Je me prends une amende de 135€… Puis 1500€… Puis 3700€ et prison ! J’augmente ma souffrance… Directement et indirectement, je rumine, je ne dors plus… je suis en colère, je suis frustré…
  2. Évitement : Pour ne pas penser à mon confinement, je joue et je m’abrutis de jeux vidéo, puis de séries, puis.. d’alcool ou de drogue… Je rentre dans l’autodestruction et la destruction de mon environnement…
  3. Résignation : Je reste apathique… Je déprime… Je n’ai envie de rien. J’ai des idées noires… La dépression, voire le suicide !

Alors que faire ?
Regardez la partie droite de la matrice ci-dessus…

LA PAIX INTÉRIEURE NE DÉPEND QUE DE MOI !

Elle passe par la mise en oeuvre de ce qui donne du sens à ma vie… Alors qu’est-ce qui donne du sens à votre vie, maintenant ? Oui maintenant que vous êtes confiné… Alors ? Il n’y a rien ? Tout est à l’extérieur de vous ? Vous êtes frustré ? Que vous dit cette frustration ?

Elle vous dit que vous êtes en train de courir après une chimère ! Que les moyens utilisés pour atteindre votre objectif ne sont pas adaptés ! Le bonheur n’est pas dans cette direction…

Alors que faire ? Commencez par réfléchir sur vos valeurs… Quelles sont-elles vraiment ? Vraiment, vraiment… Vraiment ….
Les valeurs ou directions de vie choisies :

  1. Elles donnent du sens à ma vie
  2. Elles sont intégralement sous mon contrôle
  3. Je peux les vivre au quotidien dans le domaine de vie concerné…

Profitez de ce confinement pour y réfléchir vraiment…