Qu’est-ce que le bonheur ?

Qu’est-ce que le bonheur ?

ciblePour beaucoup de gens dans notre société il y a une confusion dans la définition du bonheur. Certains vont même jusqu’à dire que la définition du bonheur est différente pour chacun d’entre nous. Cela met une petite claque à bien des études sur le bonheur, non ?

Comment peut-on dire que le pays où les gens sont le plus heureux est le Danemark, si les Danois disent eux-mêmes « je suis heureux » en tenant compte de paramètres différents des Français qui disent aussi « je suis heureux ». D’ailleurs moi-même quand je dis « je suis heureux » est-ce que je prends en compte les mêmes choses que vous ?

Quand je lis le premier paragraphe de Wikipedia, sur le bonheur, je vois quand même se dégager une tendance qui fait un peu consensus actuellement : « Le bonheur est un état durable de plénitude, de satisfaction ou de sérénité, état agréable et équilibré de l’esprit et du corps, d’où la souffrance, le stress, l’inquiétude et le trouble sont absents. Le bonheur n’est pas seulement un état passager de plaisir, de joie, il représente un état plus durable, un équilibre. »

Dan ce paragraphe je vois plusieurs aspects qui m’intéressent ici :

  • durable
  • plénitude
  • pas de souffrance
  • inquiétude absente

Est-ce que cela voudrait dire que je ne dois pas avoir des émotions désagréables pour être heureux ?

Dans notre société française actuelle (et certainement dans d’autres pas si lointaines) il existe une croyance, que dis-je ? Il existe un mythe selon lequel : « Pour être heureux, il faut supprimer les émotions négatives ».

Cette injonction, nous pouvons la lire sur les réseaux sociaux, auprès des adeptes du « secret » et de la loi d’attraction… (Vous savez ce que je pense de cela et j’ai déjà écrit sur le danger du secret.)

Je ne vais pas ici revenir sur le développement précédent, mais seulement rappeler que pour vivre. Simplement vivre il faut être capable de ressentir des émotions agréables et, désagréables ! Vouloir éliminer de sa vie les émotions désagréables, revient simplement à ne pas vouloir vivre. Or ne pas vouloir vivre, c’est quoi ?

Pour moi la définition du bonheur :

Le bonheur c’est de vivre une vie pleine de sens portée par mes valeurs.

Cela est un peu loin de cette définition alternative : « Le bonheur c’est de me sentir bien »…N’est-ce pas ? Car cela veut dire que pour moi, pour être heureux, il faut pouvoir vivre pleinement les émotions agréables et désagréables. Or tout ce qui a du sens apporte son lot de plaisirs et de souffrances. Pour vivre pleinement sa vie, et donc, être heureux, il est nécessaire de savoir face à ses émotions désagréables.

Faire face ne veut pas dire « éviter », ni « supprimer » et heureusement, car avez-vous essayé de le faire ? Dans un précédent article sur le désespoir créatif, j’explique les conséquences de ces tendances.
Alors que faire ?

  1. Connaître ses valeurs
  2. Défusionner d’avec ses pensées
  3. Être conscient de là où on est
  4. Poser des actions pour aller vers ses valeurs.

Nous avons abordé les valeurs dans des articles précédents. On verra dans un prochain article, comment commencer, à défusionner. On continue le voyage vers le bonheur ?
 
 
 
 
 

Connaissez vous le désespoir créatif ?

Connaissez vous le désespoir créatif ?

tagadaVous avez déjà remarqué comme il est difficile de changer de stratégie quand on a l’habitude d’en utiliser une ?

Je travaille avec deux techniques qui sont très différentes et qui pourtant se retrouvent toutes les deux confrontées au même problème : « Comment vais-je faire pour utiliser cette technique ? Je ne sais pas lâcher prise ! »

  • Une des ces deux techniques est TIPI dont je vous ai parlé dans mes précédents articles et dont j’anime des formations publiques gratuites.
  • L’autre est « Le coaching par l’ACT » (Acceptation et Engagement)

Une des clés de ces deux techniques est l’acceptation de ce qui est dans l’instant où je le vis, par exemple les sensations désagréables, que je ressens, générées par des émotions dites « négatives ». Et dans les deux cas, cela va durer un certain temps puis les résultats parviendront à faire en sorte que ces émotions aient un impact moins fort voire même que l’impact disparaisse.

Est-il nécessaire de vivre des émotions pour cela ? OUI !!! C’est nécessaire, car éviter les émotions ne permet pas d’y faire face. Effectivement, ceux qui viennent me voir veulent généralement se sentir mieux pour atteindre leurs objectifs de vie. Tout le monde aime se sentir bien, n’est-ce pas ? Qui aime se sentir mal parmi vous ?

Alors ils mettent en place des stratégies d’évitement, de contrôle, de contournement … Par exemple : Ils apprennent la relaxation ou la respiration qui doit les déstresser, ils font du sport à forte dose, ils fument, ils boivent , voire prennent des anxiolytiques. Ils suivent des cours de CNV (communication non violente). Ils s’inscrivent dans des cours de danse ou de yoga. C’est à dire : ils essayent d’augmenter les « bonnes » émotions et de diminuer les « mauvaises » émotions.

Ils recherchent une forme de bonheur qui serait du type « Je ressens des bonnes émotions ». Personnellement la forme de bonheur que je vis, est plutôt du type : »vivre pleinement une vie riche et proche de mes valeurs à chaque instant ». Il ne s’agit pas de se sentir bien, mais de se sentir vivant pleinement vivant. Ressentir ce que je ressens sans lutte, simplement. Cela change grandement, la donne, sur la recherche du bonheur, non ? C’est vrai ça… C’est quoi le bonheur pour vous ?

Vous êtes dans le contrôle ? Et vous en vous sentez pas heureux ?

Je vous propose de vous poser 3 questions simples pour faire connaissance avec le désespoir créatif :

  1. Qu’avez-vous essayé, pour vous débarrasser de ces émotions négatives, de ces pensées difficiles ?
  2. Comment est-ce que cela a fonctionné pour chaque essai ? Pour chaque méthode ? Combien de temps ? Sur le long terme ? La douleur a-t-elle disparu ?
  3. Qu’est-ce que ça vous a couté ? En temps ? En énergie ? En argent ? En occasions loupées ? En échec d’avoir trop compté sur ces méthodes ?

Faites un tableau pour faire le point ? Et concluez : « Est-ce que cela vous a rapproché d’une vie pleine de sens ? »

Pensez-y le contrôle n’est pas la solution. En fait, c’est le vrai problème !

Je vais vous raconter deux petites histoires pour finir.

  • Imaginez que vous soyez dans des sables mouvants : si vous essayez de lutter contre les sables mouvants vous vous y enfoncez. Si vous acceptez le fait que vous y êtes et que vous vous laissez flotter… Vous pourrez survivre. Mais ce n’est pas facile de le comprendre quand êtes dans la mélasse ! Instinctivement, vous cherchez à vous battre contre la situation… Pas forcement avec la situation.
  • Imaginez vous participiez à un tir à la corde au bord d’un précipice et de l’autre coté une émotion désagréable et forte. Si vous tirez sur la corde, l’émotion tire aussi fort que vous. Que va-t-il se passer ? Vous allez vous rapprocher du précipice, non ? Plus vous tirez fort plus l’émotion tirera fort et vous pourrez finalement tomber ensemble dans le précipice. Et en plus vous serez très fatigué d’avoir lutté conter cette émotion…  Que se passera-t-il si vous lâchez la corde ? L’émotion sera toujours là, mais vous ne vous fatiguerez plus et vous ne risquerez pas de tomber dans le précipice.

Alors ? Qu’est-ce que vous voulez vraiment ?

PS : Pour quoi des Fraises Tagada en photo ? Mes élèves comprendront directement, car c’est le symbole pour moi de la phase 3 du modèle de Hudson. 🙂

Pleine conscience et ACT VS Loi d’attraction

Pleine conscience et ACT VS Loi d’attraction

La défenseParmi les thérapies de 3ème génération qui sont en cours de développement actuellement dans la mouvance de la psychologie positive on trouve l’ACT (Thérapie de l’ACceptation et de l’EngagemenT) dont je décris le principe rapidement à la fin de cet article.

Certains vont mettre en avant, la loi d’attraction comme loi d’accès vers le bonheur et la réussite. Comme vous avez pu le constater à mes précédents articles j’ai tendance à ne pas être en accord avec ceux qui veulent imposer cette théorie à l’ensemble de ceux qui veulent être heureux. Et qui ne veut pas être heureux ?

D’après la loi d’attraction :

Les émotions et les pensées que je génère attirent leur réalisation au niveau de l’univers. Donc si j’ai des pensées négatives ou des émotions négatives… Je génère le malheur dans ma vie… Donc je n’ai pas le droit de penser des choses négatives, ni de ressentir des émotions (dites) négatives… Et conclusion : Je vais me juger comme mauvais si j’ai une pensée ou une émotion non adaptée…  C’EST UN PIEGE !!!!!!

Qui n’a jamais eu une pensée négative sur soi, sur les autres, ou ressentit une émotion désagréable ?

Et voilà ! Vous êtes condamné à vivre comme un robot sous peine d’attirer sur vous le malheur ! Une épée de Damoclès que je n’aimerais vraiment pas avoir au dessus de la tête. Et vous ? Imaginez qu’il y ait une solution pour ceux qui ont des pensées « négatives » ou des émotions désagréables. Imaginez que la route vers le bonheur vous soit ouverte. Avec l’ACT  et la pleine conscience c’est possible…. Comment ?

Le principe de l’ACT est relativement simple :

  • Acceptation de l’ensemble de mes émotions et de mes pensées pour ce qu’elles sont réellement, avec bienveillance, c’est à dire :
    • Pour les pensées : Défusion d’avec mes pensées, c’est à dire ne pas leur donner plus de place que ce qu’elles sont. En effet mes pensées ne sont une simple formulation de mon esprit conscient de cette même perception de ma croyance sur ma situation présente, passé ou futur. Cela va même sur la projection sur les intentions des autres à travers ce même filtre de mes croyances
    • Pour les émotions : Expansion de celles-ci. C’est à dire, laisser la place nécessaire aux émotions que je ressens pour agréable (positive) ou désagréable (négatives). Car mes émotions ne sont qu’une perception de sensations physiques résultants de ma perception de ma situation actuelle, passé ou futur en fonction de mon système de croyance sur ce présent, ce passé et cet avenir. Et donc en tant que sensations physiques les bloquer va nuire à ma santé (symptôme psychosomatique)
  • Engagement de tous mes actes vers mes valeurs (qui elles-mêmes viennent de mes croyances, cela s’entend 😉 de tous mes actes en me fixant des objectifs liés à mes valeurs. Rester connectés (Connexion avec mes valeurs au présent ). Pour cela je dois vivre en pleine conscience.
    • Donc je dois d’abord faire le bilan de mes valeurs.
    • ATTENTION : Souvent on confond « objectif » et « valeur » … Un objectif est « atteignable » alors qu’une valeur peut se vivre au quotidien. Facile, non ? Bon alors un exemple :
      • Je veux un meilleur emploi (But)
        • Si le but est lié à une valeur, par exemple, « contribuer à l’amélioration de l’humanité » il y a des chances que si j’obtiens cet emploi en restant connecté à ma valeur cela me motive.
        • Si le but n’est pas lié à une valeur ma motivation ne tiendra pas et bientôt j’aurai à nouveau la bougeotte.

REMARQUE sur les croyances :

Bien-sûr mes croyances elles-mêmes existent parce que je les ai acceptées comme telles par la manière dont j’ai vécu mes expériences ou par apprentissage de mes parents, et/ou des figures d’autorités. Et cela m’a permis de construire une « morale » qui elle-même va influencer ma manière d’acquérir les croyances suivantes et de vivre mes expériences suivantes… Hou là là pas simple tout ça hein ? Je peux quand même comprendre que tout ce que je ressens, et reçois de l’extérieur passe par le filtre mes croyances.

Vous voulez en savoir plus ? Quelle application en entreprise ? Appelez-moi !

Numéro masqué et autres joyeusetés.

Numéro masqué et autres joyeusetés.

6a00d834209e6353ef0163005f19a9970dCe matin, je vous écris pour partager avec vous un moment de rire, sur le principe « partage ta joie et elle augmente » (Voir l’article précédent sur le sujet).

Mon téléphone portable est un lieu de rencontre. C’est un outil des plus utiles pour parler avec ceux que j’aime. Il a la particularité de m’afficher le numéro de l’appelant. Mais je recevais régulièrement des appels de personnes qui voulaient me vendre des « fenêtres » de tout poil pour voir le monde à travers des carreaux plus propres. Cela m’indisposait au plus au point alors, je me suis mis à ne plus répondre aux numéros masqués. Et… Mon répondeur lui recevait les « messages vides » et en plus m’envoyait un SMS pour me dire…. « Un numéro inconnu vous a appelé et n’a pas laissé de message ». Très intéressant comme message non ?

Je me suis dis donc et si je filtrais les appels anonymes. Et j’ai activé un programme qui me permet

  • De filtrer les SPAMS identifiés comme tel sans autre forme de procès
  • De filtrer les numéro masqué et de les envoyer vers un répondeur, non enregistreur où je précise que « mon téléphone n’accepte pas les numéros masqués et donc si vous voulez me joindre, démasquez votre numéro ou appelez d’un autre poste non masqué. »

Et la semaine dernière j’ai reçu un message d’un numéro que je ne connaissais pas. la personne me disait : « Je m’appelle XXXX, et je vous ai appelé avec un numéro masqué. Mon numéro de portable est le YYYYYYY. Vous pouvez me joindre dès que possible ? »

LOOOOOOOLLLLL…. Voilà ce que j’appelle quelqu’un de précis. Croyez-vous que je vais le rappeler ? Et la marmotte met le papier alu….

Belle journée à vous.

Miser sur ses forces plutôt que sur la loi d’attraction

Miser sur ses forces plutôt que sur la loi d’attraction

ForceDepuis que j’ai commencé à pratiquer le coaching, j’ai pris à mon compte l’idée que c’est plus efficace de miser sur ses forces que de corriger ses faiblesses.

Tout d’abord qu’est-ce qu’une force ? La mouvance issue de la naissante « psychologie positive » du courant de Seligman et Csikszentmihalyi, s’est sont focalisée sur ce qui forme les vertus, et les caractéristiques positives de l’être humain. Pour certains ses forces sont « pré-existantes » en ce qui concerne les talents par exemple, pour les autres cela permet d’atteindre un niveau de performance quasi parfaite dans les domaines concernés.

Il en ressort trois composantes d’une force :

  • c’est naturel (authenticité), performant (on peut observer des réussites dans la facilité,
  • apprentissage rapide, et fonctionnement en mode optimal) et
  • l’énergie (vitalité, enthousiasme)

Il y a une confusion entre forces et talents, les deuxième seraient présent uniquement dans une petite quantité de gens alors que les forces seraient présentes chez tout le monde. Et cela selon les définitions de chacun pour le talent. En attendant que le talent soit mieux défini, je me tourne plus vers la notion de force. ce qui représente pour ceux qui me connaissent un véritable changement de paradigme. 😉 Mon idée est que la notion de « force » peut aider tout le monde alors pourquoi s’en priver en attendant que la notion de « talent » soit éclaircies par les « spécialistes » 😉

Avant d’aller plus loin je vais tordre le cou à deux mythes :

Mythe numéro 1 : Faire des efforts mène à la réussite

Selon ce mythe « il est possible d’atteindre n’importe quel rêve ou ambition, si vous y croyez et que vous mettez en place les efforts nécessaires« . C’est une histoire qui est véhiculée dans les livres, les films de réussite, et certains parents ou professeurs, et qui fait partie de notre culture.Alors que les personnes qui réussissent sont celles qui se sont réellement appuyés sur leurs forces personnelles, et distinctives, nous prouve les études menées par la psychologie positive. Cela tord le coup à la fameuse « loi de l’attraction » que j’ai pris l’habitude de fustiger dans mes posts.

Qui n’a pas été un jour obligé de recadrer sa propre croyance sur ce cette fameuse loi, qui est véhiculée dans les groupes sur le Marketing Multi Niveaux – MLM (par exemple). Attention au piège de l’illusion de la facilité qui est présentée dans ces groupes.

Mythe numéro 2 : Corriger ses faiblesses mène à la réussite.

71% des Français pensent que corriger ses faiblesses lui permettra de réussir. Or les recherches actuelles sur la psychologie positive montre que cela est une perte d’énergie. Dommage non ? C’est en connaissant nos forces et en s’appuyant dessus que nous avons le plus de chance de réussir. Malgré tout investir sur ses forces ne veut pas dire ne plus s’occuper des éléments critiques de notre vie, bien entendu.

Alors comment reconnaitre ses forces ? J’y reviendrai dans un prochain articles en attendant je vous renvoie déjà passer le test de VIA en Français

(La suite … bientôt)