Connaissez-vous les UB ? (Handicap et emploi)

Connaissez-vous les UB ? (Handicap et emploi)

Handicap-tousSOUTENEZ notre page Facebook : http://www.facebook.com/rqthub

En France, les entreprises et les fonctions publiques de 20 salariés et plus sont tenues par la loi du 11 février 2005, d’employer des personnes handicapées à hauteur de 6% de la totalité de leurs effectifs. Par personne handicapée manquante (on parle d’Unité Bénéficiaire – UB), la structure se voit dans l’obligation de contribuer à un fonds (AGEFIPH pour le privé et FIPHFP pour le public). Plusieurs solutions sont offertes aux entreprises et à la fonction publique pour répondre à cette obligation d’emploi : l’emploi direct bien évidemment, le recours à des stagiaires handicapés ou encore le recours au secteur protégé.

Faire appel à un travailleur indépendant handicapé ne fait pas partie des recours possibles pour que les entreprises et les fonctions publiques répondent à leur obligation d’emploi. Pourtant, au même titre que le salariat, l’intérim, et les entreprises du secteur protégé, le recours au travail indépendant favorise l’insertion professionnelle des personnes handicapées.

Valoriser la prestation d’un travailleur indépendant handicapé (TIH) en Unités Bénéficiaires c’est offrir la possibilité, pour une petite structure, de répondre à ses obligations d’emploi de personnel handicapé en ayant recours aux services d’un comptable un peu différent, d’un juriste, d’un avocat, d’un formateur, d’un animateur… dont l’une des particularités est d’être handicapé. Ce sont des prestations de conseils, des services de maintenance informatique et tout ce dont le monde professionnel a besoin que proposent les TIH, qui sont plusieurs dizaines de milliers en France.

Forte de ses expériences au travers de ses adhérents, l’Union Professionnelle des Travailleurs Indépendants Handicapés est un acteur majeur pouvant contribuer à la rédaction d’un amendement à la loi du 11 février 2005, n’oubliant personne sur le chemin engageant de l’intégration professionnelle. En 2012 a été formalisée par la présidence de l’UPTIH, une ébauche de proposition de loi portant sur les Unités Bénéficiaires. Cette ébauche inclue une proposition de définition du TIH ainsi qu’une réflexion sur les modalités de valorisation des prestations des TIH en Unités Bénéficiaires (UB).

Soutenez-nous !

Site de l’UPTIH : http://www.uptih.fr

SOUTENEZ notre page Facebook : http://www.facebook.com/rqthub
& Cliquez sur J’aime 😉

Cromwell : un anti-coach ?

Cromwell : un anti-coach ?

6a00d834209e6353ef013488ba4841970cOlivier Cromwell (1599-1658) a dit un jour :  « On ne va jamais si loin que lorsque l’on ne sait pas où l’on va. »
Ce personnage très contreversé par les historiens, soutient que celui qui ne sait pas où il va pourra aller loin.

Mais qu’en est-il réellement ? Et comment expliquer cette assertion ?

En tant que coach je soutiens qu’il est nécessaire pour aller où l’on veut d’avoir un objectif clair. Est-ce incompatible ?

A première vue oui, mais à y regarder de plus près. Cromwell ne dit pas que l’on va où l’on veut ! Il soutiens simplement qu’on va loin ! Et encore quand il doit loin y ne soutiens pas précisément que la distance est en ligne droite ! Dans ce « loin » il y a la notion de distance parcourue depuis le départ…

Vous savez que la terre est ronde ? Oui bien sûr… Alors savez-vous que si l’on était capable de voir à 40 000 Km … Nous verrions notre dos ! 😉

Eh oui ! Aller loin en tournant en rond ? A quoi ça sert ? Aller loin en ligne droite mais… Et si je ne veux pas aller là ?

Et bien voilà le piège !
Quand on ne sait pas où l’on va on peut aller loin… Mais pas forcement où l’on veut !
Alors à qui profite le crime ?

Réfléchissez-y un peu ? Qui veut vous laisser dans l’ignorance pour vous amener où vous ne voulez pas aller ? Alors, je ne vais pas répondre à ces question, bien entendu, car mon métier c’est de poser des questions… Pas d’y répondre ! L’important c’est la question pour MOI. Pour vous l’important c’est VOTRE réponse….

Pourquoi les manipulateurs en tout genre ont un tel pouvoir  sur ceux qu’il manipulent en les laissant dans le noir sur l’objectif vers lequel ils les amène ?

Pour vous aider à réfléchir quelques questions :

  • Savoir où l’on va est-il confortable pour vous ?
  • Que pensez-vous de la peur de ne pas réussir ? La peur de ne pas être parfait ?
  • Combien de fois avez-vous trouvé une excuse pour ne pas vous lancer, par peur de l’échec ?

Quand on regarde son objectif dans le fond des yeux….
On accepte d’abord et avant tout le risque !
Je traite de ce risque dans mon article : Le risque c’est la vie
Pour aller vers SON objectif il y a deux pré-requis :

  • Je me donne le droit à l’échec
  • Je reconnais que je peux apprendre

Pas facile hein ?
N’est-ce pas plus facile d’écouter un marchand de rêve qui nous entraîne vers des lendemains qui chantent ?
Alors ? Cromwell est-il un anti-coach ?
Ma réponse sera double :

  1. Soit, il a été un acteur conscient de sa position et, auquel cas, il appliquait cette formule aux autres car il pouvait en les laissant rester dans l’ignorance pour les manipuler.
  2. Soit il était une simple marionnette ballotée par les évènements, et auquel cas, cette formule était aussi pour lui… Et ….

Alors il était conscient ou non-conscient, d’après-vous  ?
Pour moi c’était une « BETE » politique, et donc j’opterai pour la 1ère option….
Alors, maintenant regardez ce que les hommes politiques actuels nous offrent : « Que sera l’avenir ? »
Un clin de d’oeil de l’histoire à l’histoire …. Nicolas Sarkozy…. François Hollande… Oliver Cromwell … Même combat ?
 Pensez-vous réellement que le but, soit de laisser les gens dans le doute, pour les faire avancer ?
Allons, allons ! Pierre un peu de calme, tu ne vas pas céder à la théorie du complot, non ?
Et tout cela à l’insu de notre plein gré ? 😀