Quand être aidant ne nous aide vraiment pas…

Quand être aidant ne nous aide vraiment pas…

6a00d834209e6353ef013484b876dc970cVous êtes fort ? Vous êtes brillant ? Vous avez une position bien établie ? Vous vous croyez indépendant ? Et vous fréquentez des personnes qui vous admirent ? Vous vous croyez invulnérable ? Vous êtes dits « résilients » par ceux qui n’arrivent pas à sortir de leur trou ? Alors vous pouvez vous retrouver en danger de manipulation à l’insu de votre plein gré, comme c’est souvent le cas de la manipulation, d’ailleurs…

Je vais vous raconter une histoire vraie, mais je vais où je vais changer les noms des acteurs… C’est une histoire que j’ai vécue… Où que j’aurais pu vivre…

J’étais un étudiant brillant, avec des succès féminins innombrables, ou en tout cas que je n’ai pas compté en ce temps-là…

J’ai rencontré une fille, plus jeune que moi, et qui était belle, attirante et gentille. Elle était une de mes admiratrices. Elle était timide, réservée et très douce. Un jour où je travaillais, comme extra pour une soirée de l’armée… Eh oui, j’ai commencé à travailler très jeune pour pouvoir me payer mes études et surtout ma moto, et mes soirées… Donc ce soir là, elle était présente et restait sagement assise sur sa chaise en me regardant de temps en temps. Je finis par remarquer ses regards et à la fin de la soirée, je m’assis près d’elle pour échanger. Elle me fit beaucoup d’impressions de bien être, car elle me montrait à chaque échange son admiration… Nous sortîmes fumer une cigarette ensemble… Et elle se laissa embrasser. Un baiser d’abord timide, puis tendre et voluptueux…

La semaine suivante, elle me proposa de venir ranger mes affaires, et faire mon repassage, gracieusement… Car un certain laisser-aller me pourrissait la vie à cette époque… Et… Ce qui devait arriver… Nous eûmes une relation sexuelle… C’était super…

Ce fut super sur tous les plans pendant quelques mois, puis insensiblement… Elle me parla de SES problèmes… Sa mère, et son père avec un divorce difficile… Et je m’impliquais émotionnellement et dans ma vie… Je m’occupais de SES problèmes de manière de plus en plus pressante… Au point de prendre de la distance avec mon environnement, mes amis, ma famille… J’envisageais de partir avec elle. Je l’aidais à retourner chez son père… À 300 km de chez moi… Je pris un appartement pour me rapprocher d’elle… Je continuais mes études… Mais je n’y avais plus les réussites que j’ai connues… Tout commençait à se déliter autour de moi…

C’est alors qu’elle prit de la distance avec moi… Elle avait mal pendant nos rapports, ne prenait pas de plaisir… Elle n’avait plus envie de moi… Je souffrais, mais je persistais… Je continuais… À prendre soin d’elle, mais chaque jour était une souffrance, je ne lui plais plus ? Que faire pour lui plaire ? Que faire pour qu’elle retrouve le plaisir ?

Cette période fut très éprouvante pour moi au point que j’envisageais même de lui dire d’aller avec un autre que moi pour découvrir autre chose…

Un jour je décidais de continuer ma vie et partis sur Paris, seul… Pour continuer mes études, et préparer SA venue… C’est là qu’elle me quitta pour un autre… Quand elle vit que je n’étais plus sous SA coupe… Elle eut une aventure avec un autre… Elle me dit qu’avec lui au moins c’était bien ! J’ai beaucoup souffert… J’ai mis plus d’un an à m’en remettre…

Je ne pense toujours pas qu’elle était mal intentionnée… Elle avait besoin d’aide et avait vu que je pouvais l’aider… Alors elle m’a manipulé…

3 phases :

  1. Admiration et comblement de tous mes désirs. (Créer l’attachement)
  2. Focalisation sur ses problèmes personnels pour obtenir de l’aide. (Le retournement des rôles)
  3. Prise de distance pour maintenir le lien de dépendance. (La souffrance, voire la dépendance affective)

Et cela de manière consciente ou inconsciente ! Et ça marche !

Combien de personnes, est-ce que je rencontre qui sont dans ce modèle ? Hommes ou femmes…

Comment vivez-vous votre couple ? Si votre état émotionnel vous semble toujours négatif, ne pensez-vous pas qu’il a un danger pour vous ? L’amour peut-être une belle histoire, ou une vraie galère quand les jeux psychologiques s’en mêlent…

Vous croyez que vous allez aider l’autre à se réaliser ? Et si vous le laissiez le faire par lui même… Sans devancer ses désirs ? Vous connaissez le triangle de Karpman ? La victime révèle le sauveteur en nous… Ne prêtons pas le flanc au persécuteur…

Il est nécessaire d’écouter des émotions pour cela… Où en êtes-vous de la compréhension de vos émotions ?
 

Comment motiver qui ne l’est pas ? (1/10)

Comment motiver qui ne l’est pas ? (1/10)

cibleAujourd’hui je vais aborder un problème général que rencontrent les coachs et aussi certains thérapeutes. Quand on rencontre un patient ou un client avec qui on n’avance pas ! Il semble même impossible d’avancer. Nous avons bien des techniques pour entretenir voire développer la motivation. Mais quand la motivation est « absente » … Que la personne n’a vraiment envie de rien…

Vous savez que souffler sur des braises peut ranimer la flamme, à condition de souffler correctement (pas trop, ni trop peu) et que près de cette flamme il y ait du combustible. Car si le feu ne se transmet pas il se consume et meurt.

Là nous partons du point proche du zéro… Pas de braise, pas de flammèche, rien; le calme plat règne en maitre… Je vous propose de balayer ensemble les 10 stratégies de Russ Harris. Ce sont des stratégies qui m’ont souvent permis d’aider à faire naître le feu. Dans cet article nous allons voir ensemble la première stratégie : relier le but aux valeurs.

RELIER LE BUT AUX VALEURS

Comme je vous l’ai décrit dans mes précédents articles sur le sujet, les valeurs sont un puissant moteur pour mettre en mouvement chacun de nous. Avec une certaine difficulté à faire émerger ces valeurs que je détaille dans ces 3 articles.

Même si la tâche est ennuyeuse, fastidieuse, ou provoque un malaise et de l’anxiété comme c’est souvent le cas. Nous pouvons vérifier avec notre patient : » Est-ce vraiment important pour vous ?  » Et si le patient répond « non » alors, nous pourrions répondre « Pourquoi perdre son temps avec ça, si ce n’est pas important pour vous ? Allons vers quelque chose d’important pour vous ! »

Si par contre le patient dit que c’est important, nous pourrions dire quelque chose comme : « Comme c’est intéressant. Pouvez-vous me dire en quoi cela est vraiment important pour vous ? Je veux dire qu’est-ce qui compte tant pour vous pour que vous pensiez à faire ça ? »

Par exemple : « Pourquoi faire ses exercices ? Que voulez-vous vivre en les faisant ? C’est pour découvrir de nouvelles choses ? Ou par aider les autres ? Ou pour faire une différence positive sur le monde ? »

Si nous pouvons relier le comportement de la personne avec quelque chose qui compte vraiment pour elle, nous sommes susceptibles d’augmenter sa focalisation sur ce but et de faire naitre sa motivation.

Bien sûr pour cela , il est nécessaire que la personne soit consciente de la valeur qu’elle vit à chaque instant où elle la vit. Ce qui nous ramène vers les exercices de pleine conscience, comme jeter l’ancre par exemple.

Dans le prochain article, je vous présenterai la deuxième stratégie : définir efficacement les buts.

Le soi-comme-contexte au coeur de la pleine conscience.

Le soi-comme-contexte au coeur de la pleine conscience.

HexaflexLorsque je présentais ACT à quelqu’un, je rencontrais souvent un problème autour d’un des points de l’hexaflex (voir schéma). Ce point c’est le « soi-comme-contexte« . Qu’est-ce que c’est que cette bête ? Comment expliquer le soi-comme-contexte à un béotien sans être compliqué ? Sans entrer dans un jargon où le poisson se retrouve souvent noyé plus vite que le chien qu’on a trouvé comme excuse….

Bon, comme l’explique Russ Harris, en gros l’ACT cible trois principales séries de problèmes avec le soi. Elles sont le « soi étiqueté« , le « soi sous-développé » et le « soi déconnecté« .

  • Le soi étiqueté est le soi en proie à des pensées collantes comme « Je suis stupide », « Je suis nul », ou « je suis intelligent », « Je suis comme je suis… C’est à dire, je suis figé » et cela donne des résultats comme « Je ne peux pas le faire, car je suis déprimé »… Vous voyez le genre d’excuses que l’on peut se mettre en place ?
  • Le soi sous-développé vient d’un manque de connaissance de soi-même. Ils ne savent pas ce qu’ils aiment, ce qu’ils doivent faire pour aller mieux, ce qu’ils veulent en général. Quand on leur demande « Quelles pensées avez-vous en ce moment, ils répondent « Je ne sais pas ! » ou « Je n’en ai aucune »… Mon oeil ! 😉
  • Le soi déconnecté est manifesté par le manque d’empathie, de compassion, de capacité à voir les choses d’un autre point de vue ou de comprendre comment l’esprit d’un autre peut fonctionner. Pas facile d’avoir des relations interculturelles avec ça hein ?

Souvent les trois problèmes cohabitent ! En ACT nous abordons le soi étiqueté avec la défusion cognitive, nous aidons le patient à défusionner de ses propres autojugements. Pour le soi sous-développé, nous contactons l’instant présent. Nous invitons le patient à apprendre à observer. La clarification des valeurs est particulièrement importante, ici. Pour le soi déconnecté, il est nécessaire de pratiquer, de s’entrainer. le changement de perspective, d’aller vers la prise de perspective « souple ».

Et c’est là qu’intervient le soi-comme-contexte tel que décrit dans la TCR (Théorie des cadres relationnels) d’où découle ACT. Dans cette théorie le Soi-Comme-Contexte est décrit plutôt comme un processus de prise de perspective souple. Et c’est là que nous pouvons voir que le transcendant/observant n’est qu’un des aspects du soi-comme-contexte et cela avec d’autres aspects comme la défusion, l’empathie, l’acceptation et d’autres encore…

Dans le schéma ci-dessous, j’ai résumé l’ensemble des aspects du soi-comme-contexte. (D’après Russ Harris)
le-soi-comme-contexte-en-perspective

Vous pouvez ici voir que soi-comme-contexte est réellement au centre de la pleine conscience. Et cela nous permet de comprendre « Je,ici, maintenant » à la base de tous les exercices de pleine conscience que nous pratiquons. La prochaine fois, je reviendrai sur le soi transcendant/observant et son utilité dans le processus ACT.

Vous voulez apprendre à utiliser les exercices de pleine conscience ? Et si vous veniez à un atelier du lundi par visioconférence ? Écrivez-moi pour vous inscrire.
 
 
 
 

Session de rattrapage à Rabat pour la formation de coach et de praticien en hypnose.

Session de rattrapage à Rabat pour la formation de coach et de praticien en hypnose.

6a00d834209e6353ef0162fd468fb8970dAujourd’hui je reviens vers vous alors qu’hier j’ai déjà commis un article sur la nécessité de la pratique pour intégrer une connaissance. Cela n’est pas courant que j’écrive autant d’articles, en si peu de temps. C’est Bouchra Berrada, ma partenaire à Rabat, de la société Activ For All, qui m’a rappelé que je n’avais pas communiqué sur une information importante voire deux informations. Alors je m’exécute.

En effet, j’ai oublié de vous annoncer que nous organisons, 2 jours de séminaire de rattrapage pour permettre à ceux d’entrevous qui veulent intégrer la dernière formation de coach que j’anime au Maroc ainsi que 2 jours pour la formation de praticien en hypnose.

Bien entendu, ceux qui vont s’y inscrire peuvent dès à présent intégrer les visioconférences du mois de décembre une remise à niveau pour pouvoir suivre ces visioconférences.

Bon alors, j’ai fait mon devoir ? Pas encore, Il faut que je vous donne les dates de ces séminaires et comment s’y inscrire !

Dates des séminaires de rattrapage :

  • Formation de coach (Rabat 3) : 11 & 12 janvier 2017. Les horaires à confirmer par Bouchra Berrada, normalement 15:00 – 20:00 et lieu à confirmer en fonction du nombre d’inscrits.
  • Formation de praticien en hypnose (Rabat 2) : 18 & 19 janvier 2017. Les horaires à confirmer par Bouchra Berrada, normalement 15:00 – 20:00 et lieu à confirmer en fonction du nombre d’inscrits.

N.B. Ces dates sont confirmées dès à présent au vu du nombre d’inscrits, et j’ai même pris mes places d’avion, pour être parmi vous à ces dates.

Pour s’inscrire et/ou pour en savoir plus :

Adressez-vous à Bouchra BERRADA (Activ For All) directement soit par email à bouchra.nolimitcoaching@gmail.com ou par téléphone (Maroc) Bureau : 05 37 70 33 51 ou Portable : 06 16 47 11 12

Alors ? J’ai rempli ma mission ? Oui cette fois c’est fini ! Bonne journée et j’espère vous rencontrer bientôt à Rabat où je vais passer quelques jours avec vous.

N.B. Si vous voulez désactiver une phobie, éclaircir un objectif, ou un autre problème sur lequel je peux vous aider individuellement ou en couple, n’hésitez pas à contacter Bouchra.

 

Le savoir, la connaissance et la sagesse.

Le savoir, la connaissance et la sagesse.

Triflexe ACTDans mon métier, je rencontre de nombreuses personnes qui sont piégées par leur intelligence. J’ai moi-même été dans ce cas de nombreuses années sans réellement comprendre le piège.

La première question qu’on peut se poser à ce sujet c’est qu’est-ce que l’intelligence ? Eh bien, c’est notre capacité à régler des problèmes. Sur ce point tout le monde semble d’accord. Il y a plusieurs types d’intelligence e fonction du type de problèmes que nous voulons régler. L’intelligence cognitive, émotionnelle, situationnelle, et j’en passe. Nous en voyons apparaitre de nouvelles régulièrement, car il n’y a pas de limites à la recherche de nouveaux problèmes à régler pour notre intelligence. Et à chaque fois, on essaye un nouveau type de manière de régler les problèmes.

Certains terrains sont des pièges à notre intelligence d’ailleurs, car la méthode la plus simple pour régler un problème c’est … je vous le demande ? C’est de la supprimer !

Par exemple : Vous avez un problème qui est de ne pas être à l’aise quand vous prenez la parole en public … Pour le régler il suffit de … ??? Alors ??? IL SUFFIT D’ÉVITER D’AVOIR A LE FAIRE ! et le tour et joué. 😉 C’est malin, hein ?

Un autre exemple : Je ne sais pas comment a été créé l’univers… J’évite le problème en créant un mythe ! J’appelle cela religion et je mets en place un dogme qui empêche de se poser la question. Et hop ! L’affaire est réglée …. J’ai, d’ailleurs, par ce biais réglé tous les problèmes que je pouvais me poser au niveau éthique… Plus de problèmes puisque c’est écrit dans un livre qui donne la solution… J’évite le problème !

Certains de mes lecteurs religieux vont m’en vouloir pour cet exemple qui illustre bien notre capacité à éviter les problèmes. Et cela illustre bien aussi comment on s’en crée d’autres en voulant éviter les premiers… Puisque maintenant ils ont un autre problème … C’est tous les gens qui comme moi ne croient pas à leur religion… Boooouuuuhhhh… On en sortira jamais ?

Ben si, il suffit pour cela d’aller au-delà du piège de l’intelligence, de dépasser le cap du savoir… De passer au niveau de la connaissance. C’est-à-dire que connaissance est un mot composé de « CO », et de plus loin, « NAISSANCE ». Donc comme si vous aviez eu cela avec la naissance. Comme votre tête, vos bras, vos jambes, etc.. Et donc que cela est complètement intégré à qui vous êtes.

Comment faire ? Simplement comme vous avez toujours fait pour intégrer qui vous êtes. C’est à dire en le vivant !

Un exemple est la « pleine conscience » ! On peut lire un livre sur la pleine conscience, voire sur la méditation de pleine conscience et tout savoir sur celle-ci sans rien en connaitre. Vous n’avez pas essayé ? Vous ne pratiquez pas ? Alors vous ne connaissez pas… C’est pareil que pour le sexe ! Vous pouvez lire des livres à ce sujet, et même voir des films… cela ne remplacera jamais de le vivre ! Et c’est pour cela que tant de jeunes (et de moins jeunes) aujourd’hui se font piéger par les films pornos… Puis après viennent me voir avec des problèmes de libido… Pourquoi ? Parce que ce n’est pas leur fantasme, mais les fantasmes des autres qu’ils ont dans la tête ! Et ils ne savent pas créer leurs propres fantasmes. Ou alors ils se font piéger, par des théories fumeuses sur la liberté dans le couple et le libertinage… Souvenez-vous du livre de Choderlos de Laclos, « les liaisons dangereuses »… Combien de couples viennent me voir après s’être brulé les ailes en croyant tout connaitre… Et s’en mordent les doigts… « Mais dans les livres que j’ai lus, ce n’était pas décrit comme ça… Moi je suis jaloux (se)… Et nous en souffrons tous les deux… » me disent-ils.

Dans un article précédent, je vous expliquais comment jeter l’ancre dans le présent. Donc vous savez le faire…. En théorie ! Mais avez-vous testé ? Vous vous souvenez de la méthode générale de la pleine conscience ? Il suffit d’observer… Vous l’avez fait ?

Comment observe-t-on le présent ? A priori c’est simple, il suffit d’observer 3 choses :

  • Le monde qui vous entoure. (par exemple les sons autour de vous)
  • Vos sensations physiques (sans aucun jugement)
  • Vos idées qui passent, jugements, projets, idées bloquantes, croyances

Puis recommencer… Et prendre conscience que certaines choses sont hors de vous, et d’autres en vous, puis vous apercevoir que vous observez… Votre intelligence… Votre corps… Votre environnement… Donc vous n’êtes pas ce que vous observez… Vous pouvez alors comprendre que vous n’êtes pas « vos pensées »… Alors qu’êtes-vous ? Ça donne le vertige non ?

Essayez… Vivez-le puis … Vous pourrez alors choisir de passer au-delà de cette connaissance et de passer à l’action. La connaissance en action c’est le premier pas vers la sagesse….

Vous voyez le topo ? Savoir puis connaissance et enfin … Peut-être, éventuellement sagesse.

Allez on commence par un premier bout ? Le savoir c’est quoi l’instant présent ? Je vous propose un extrait d’un film « le guerrier pacifique » où cela est magnifiquement illustré. C’est à vous ensuite !

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=pyv6pWP7fsI]