Oser… Ce n’est pas si facile !

Oser… Ce n’est pas si facile !

pierre vole

Oser ! C’est une injonction, à la mode, sur tous les réseaux sociaux et que tiennent à promouvoir tous les coachs ! Et moi aussi d’ailleurs…

Cela à quelque chose de gênant, voire de culpabilisant pour celui qui n’ose pas oser !Aussi je me suis penché sur cela en regardant les choses sous l’angle de ACT. Vous connaissez la thérapie d’acceptation et d’engagement que je pratique.

Oser, tout d’abord c’est quoi ? C’est prendre son courage à deux mains pour faire quelque chose qu’on n’a pas encore fait parce qu’on se l’interdit. Oser c’est braver l’interdit, explicite ou non, qui nous barre la route. C’est franchir la limite imposée par soi-même ou par les autres, la loi, les usages, nos croyances, nos peurs… Et j’en passe.

Bon, alors à quoi ça sert d’oser ? Par exemple pour aller vers ses valeurs et vivre une vie pleine de sens. Ou bien pour faire face à la souffrance et sortir de celle-ci.

Comment cette souffrance se manifeste-t-elle ? Par une douleur persistante… par une dépression continue, par exemple. Ça fait mal hein ? Vous ne voulez plus souffrir ? Ou ne plus avoir mal ? C’est là que le bat blesse !

La confusion qui existe entre la douleur subie et la souffrance choisie… Et sans jouer sur les mots, et les maux… ce n’est pas parce que j’ai mal que cela n’a pas de sens…

Avoir mal c’est naturel ! Je suis vivant donc je vais avoir mal… Tout le temps ? NON ! Bien sûr, mais je vais rencontrer la douleur. Vous connaissez une famille qui n’a jamais rencontré le deuil ? La douleur fait partie intégrante des expériences de la vie. J’ai mal au coeur quand je quitte ma famille pour aller vivre ma vie… Et cela a du sens pour moi !

La où cela est terrible c’est quand cette douleur ne veut rien dire ! Alors on peut parler de souffrance…

J’aime bien la définition de l’entrepreneur… Entreprendre c’est comme de sauter d’une falaise et construire son avion en tombant… Mais que ça fait peur de sauter ! Et puis quelquefois l’avion n’est pas suffisamment construit et c’est le choc avec la réalité !

On s’écrase au sol ! Et on se relève groggy… Entreprendre demande d’avoir la pleine conscience de là où nous sommes ! Avant de sauter, je suis conscient … Pourquoi je saute ? En quoi est-ce important pour moi ? Ça a du sens ? Le jeu en vaut la chandelle ? Et pourtant certains ne sautent toujours pas ! Ils n’osent pas…

Dans la carte heuristique suivante, j’ai résumé pourquoi on n’ose pas oser !

Vert = bien-être
Orange = douleur, inconfort
Rouge = grande douleur
Vous remarquerez que des 2 coté il y a du rouge ! ceux qui veulent sortir de leur souffrance sans douleur en seront pour leurs frais… Mais remarquez comment à gauche le rouge s’installe à long terme, alors qu’à droite le vert s’installe à long terme…

Long terme ? C’est certainement là qu’est le piège du 21e siècle ! Car nous sommes sous le signe de la vitesse non ? J’ai écrit un article sur le Tempstalitarisme… (Totalitarisme du temps) que je vous invite à relire… Et si nous commencions par ROAR comme je l’ai déjà dit ? Et maintenant, place au schéma qui vous parera mieux qu’un grand discours…

 

Stratégies ACT

 

Après quoi tu cours ?

Après quoi tu cours ?

JadeEt si réduire notre quête dans la vie à la recherche du plaisir n’était qu’un leurre ? Je viens d’assister à une conférence qui m’a vraiment consterné. Le conférencier expliquait le fonctionnement du cerveau. Une explication de notre fonctionnement basé sur certaines découvertes issues des neurosciences. Il existe dans notre cerveau certains circuits spécialisés :

  • Un circuit plaisir
  • Un circuit douleur

Jusque là pas de problème puisque c’est une découverte scientifique avérée…. Notre cerveau est capable de pouvoir faire la différence entre ces deux concepts : Plaisir et douleur. Puis il nous explique que notre cerveau recherche le plaisir et s’éloigne de la douleur. Et il ajoute que la recherche de la douleur est un fonctionnement aberrant qui s’apparente à une pathologie, qui va vers le masochisme, alors que la recherche du plaisir est le fonctionnement « normal ». Et il en déduit que notre vie est basée sur ce couple « plaisir-douleur ».

Et de la il en déduit que la motivation est dirigée par la recherche du plaisir …

Et là je suis atterré… Car nous serions des « machines » biologiques, incapables d’autre chose, que cette recherche du plaisir. Or … Ce n’est pas mon moteur personnel et je ne suis pas masochiste.

Suis-je normal, docteur ? Quand je regarde ce qui me motive, je m’aperçois que je ne cours pas après le plaisir mais après le bonheur…

Suis-je seul ? NON ! J’ai demandé autour de moi après quoi tu cours ? Et après un échange avec mes interlocuteurs je m’aperçois que TOUS cours après le bonheur.

Mais en première approche ? Ce n’est pas si évident ! Certains s’imaginent que le bonheur est synonyme de plaisir. Et finalement sont piégés par le discours « Plaisir = Bonheur » or Bonheur n’est pas seulement cela. Les découvertes de la psychologie positive nous permettent de constater que le plaisir alimente seulement un bonheur de « surface », comme l’appelle Tal Ben Shahar (Voir son livre « l’apprentissage du bonheur »)

Ceci est un rappel de mon article de décembre 2013 à relire, où je présente l’équation du bonheur de Seligman :

B = E + C +V

  • B = Votre niveau de Bonheur
  • E = Votre espace des possibles
  • C = Les circonstances de votre vie
  • V = Facteurs variables en fonction de votre volonté

Et oui ! Quand je suis en train de vous écrire cet article, je suis dans un état où je perds le contact avec mon environnement … Et parce que je porte mon attention sur ce point, maintenant, je m’aperçois que l’émission de France Inter où Jean-Claude Amesen explique la loi Léonetti est aussi passionnante, et pourtant je reste à écrire car… Après quoi je cours ? En fait … La notion de flow, intervient… Et là, la notion de plaisir disparaît… Il n’y a plus d’émotions… Il n’y plus de Pierre. Il n’y a plus que l’action en cours… Lorsque je m’arrête … Oui je suis heureux … J’ai l’impression d’avoir grandi… Oui il peut y a voir à ce moment très précis une partie de plaisir, qui va durer l’espace d’un déjeuner de soleil… Alors que le bonheur lui va continuer …. En fait, je ne recherche pas le plaisir mais LE BONHEUR !

Finalement, je ne pense pas que réduire nos motivations à une simple recherche du plaisir soit la bonne approche ! OUUUUFFFF !!!! J’ai eu peur car mon métier de coach serait alors réduit à un travail de « mécano du cerveau »… Quelle réduction ! L’approche, qui se veut neuroscientifique, dans la formation des coachs est une impasse. L’humain ne peut pas être réduit à cette seule approche et heureusement 🙂

Et vous après quoi courrez-vous ?