Comment motiver qui ne l’est pas ? (8/10)

Comment motiver qui ne l’est pas ? (8/10)

refusEn cette veille de Noël je vais vous livrer cet article, sur la motivation, il faut bien comprendre que je suis motivé pour faire cela. J’aurai pu après, l’article d’hier, trouver une excuse pour aujourd’hui, non ? Alors aujourd’hui je vais vous donner la stratégie du jour. Il n’y a pas que les chevaux qui font des refus d’obstacles.

STRATÉGIE 8 : DÉFUSIONNER D' »INVOQUER UNE RAISON »

Notre intelligence est une machine à donner des solutions. La façon la plus rapide de trouver une solution est de répondre à la question : « Comment ne pas le faire ? « 

Réponse : « Trouver une raison ».

Dès que vous avez à sortir de votre zone de confort, comme je l’ai évoqué hier, il est très facile de trouver des raisons de ne pas le faire.

Des exemples ?

  • Ce n’est pas si important que ça
  • Je suis trop occupé
  • C’est trop dur, et je ne suis pas assez bon.
  • Je ne peux pas le faire.
  • Je vais échouer.
  • J’ai toujours fait comme ça, alors …
  • C’est ma manière de faire….
  • Le passé m’a prouvé que je suis comme ça.

Et hop ! c’est fini… je reste bloqué… Et nos patients vont nous servir les mêmes raisons qui ne sont que des excuses finalement.

Si fusionner avec « invoquer une raison » est un obstacle majeur à la réalisation de l’action. Il est alors nécessaire d’apprendre à défusionner avec cette idée, peut-être en recommandant au patient de se dire à lui-même :

Teins, voilà la fameuse histoire de « Je ne peux pas ! ». Merci mon cerveau de cette solution. Et d’envisager les autres stratégies de défusion.

 

De la difficulté de faire émerger les valeurs de l’autre (1/3)

De la difficulté de faire émerger les valeurs de l’autre (1/3)

cibleAu coeur du processus de ACT, il y a les valeurs, sur lesquelles, j’ai écrit plusieurs articles auparavant. (Le rôle des valeurs dans ma vie, et si vous vous engagiez pour vivre vos valeurs ? et bien d’autres que vous pouvez retrouver en feuilletant ce blog). La question qui revient le plus souvent est comment être sûr que notre client (ou patient comme vous voulez) n’est pas « à côté de la plaque ? »

Je vous proposer d’explorer dans cet article plusieurs pièges bloquants que l’on peut rencontrer dans la découverte de ses valeurs.

Bien entendu ces quelques exemples ne sont pas exhaustifs et si vous creusez cela, je vous invite à suivre une formation ACT et/ou participer à des groupes d’analyse de la pratique professionnelle, comme ceux auxquels je participe (par exemple le deuxième vendredi de chaque mois de 10H à 12H, heure de Paris, en visioconférence pour en savoir plus écrivez-moi à pierre@carnicelli.fr)

Je commencerai par vous indiquer une liste des blocages et on traitera le premier dans cet article et les autres dans les prochains articles pour éviter de faire un article trop long à la lecture. 🙂

  1. L’objectif peut cacher la valeur
  2. L’évitement expérientiel peut cacher la valeur
  3. Rien n’est important
  4. L’induction du thérapeute (pliance/contrepliance)
  5. L’importance du non vocal

Commençons par le premier :  « L’objectif peut cacher la valeur« 

Lorsque le client fusionne avec son objectif, il arrive que celui-ci masque complètement ce qui est important derrière cet objectif.

Quelques exemples : « Je veux me sentir bien » ou « je veux me marier » ou « je veux avoir un enfant »

Dans ce cas la première méthode est de demander à la personne : « Imaginez que j’ai une baguette magique, et que, à partir de maintenant, vous vous sentiez bien, que feriez vous ensuite ?« 

Il y a de fortes chances que le client fasse sortir rapidement ce qui est important pour lui. Par exemple : « Je serai plus proche de mon épouse, et je pourrai partager avec elle des choses que je ne peux pas aborder » ou «  »je m’engagerai dans une carrière que j’aime » …

HexaflexIl peut arriver que le client soit complètement fusionné avec son objectif et que celui-ci lui paraisse complètement irréaliste.

Il est, alors,  nécessaire de permettre à la personne de prendre de la distance avec son objectif et de le mettre dans un cadre « comme si » (comme précédemment) où la personne peut imaginer que si elle pouvait réaliser cet objectif elle poserait des actes qu’elle se refuse aujourd’hui. Et pourquoi pas commencer par ces actes pour commencer ? Ensuite on travaillera sur la défusion cognitive, et l’acceptation, puis on pourra revenir sur le travail sur les valeurs. ( Voir les processus en jeux en ACT – Hexaflex)

Et hop !
N’oubliez pas inscrivez-vous à un groupe d’analyse de pratique professionnelle où nous approfondissons tous nos blocages entre coach-thérapeutes.