Vouloir avoir le contrôle de sa vie est souvent le véritable problème.

Vouloir avoir le contrôle de sa vie est souvent le véritable problème.

surferCombien d’articles de coachs, et autres vendeurs de bonheur que je lis qui vendent l’idée que vous pourriez être heureux en ayant le contrôle de votre vie ? On vous vend l’idée que vous pourriez avec des émotions positives permanentes accéder au bonheur. Vous avez essayé vous ? Et ça marche ? Bien sûr que NON !

On vous vend l’idée que vous pourriez avoir une vie sans douleur ! Et que pour cela il suffirait de « BIEN » penser. Et bien entendu vous n’y arrivez pas ! Vous avez remarqué comme lorsqu’une idée vous passe par la tête vous ne pouvez pas ne pas penser… Que vous voulez ne pas y penser et plus vous y pensez ? Et cela est « NORMAL » ne vous inquiétez pas 😉

Et oui il est normal d’avoir des hauts et des bas, d’avoir des passages à vide, et de rencontrer des moments désagréables. Comme je vous en parlais dans un précédent article sur ACT…  L’ACT s’appuie sur le postulat suivant : « La souffrance est liée de manière inhérente à la vie humaine ». Vivre pleinement amène à vivre  inexorablement des évènements douloureux. 

Je vais vous proposer pour illustrer cela une petite métaphore que j’aime beaucoup. Nous sommes sur la mer de la vie. Comme la mer, la vie peut-être calme comme un fleuve tranquille. Contrairement à ce long fleuve tranquille que certains vous proposent, la mer, elle, est quelquefois démontée.

surfeur tubeImaginez, que vous soyez un surfeur… pas le surfeur d’argent de ma jeunesse, mais un surfeur sur la mer. Pouvez-vous surfer sans vagues ? Pas facile hein ? Et oui vivre une vie pleine de sens c’est surfer sur les vagues, pour le surfeur. Rester sur une mer sans vague ne le permet pas. Est-ce que cela veut dire que vous devez provoquer les vagues ? Comment le pourriez-vous ?

Vous n’avez aucun pouvoir sur les vagues… Mais quand il y a des vagues, vous avez le choix entre rester accroché à votre planche ou en profiter pour faire ce que vous aimez. Vouloir contrôler sa vie c’est comme vouloir contrôler les vagues.  Ce n’est pas possible !

Vous connaissez des gens qui restent chez eux quand il pleut, et ne vivent pas leur vie ? En plus ils se plaignent : « Je veux du soleil !!!! » ou « La pluie, il y en a marre! » Comme s’ils pouvaient avoir un « pouvoir » ou un contrôle sur la météo… Voilà tout est dit !

Vouloir le contrôle de sa vie EST LE PROBLÈME…

Et si vous appreniez à faire du surf ? A danser sous la pluie… Voilà ce que je vous propose avec ACT … Savoir accepter ce qui est pour pouvoir choisir de poser des actions engagées dans votre vie, au quotidien et pas seulement que le temps est clément. Et pour finir je ne peux m’empêcher de vous faire profiter de ce moment d’anthologie… Dansons sous la pluie !

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=3pgJxekKjDc]

IKIGAI : Ce mot qui nous vient du Japon, serait-il la clé de notre réalisation ?

IKIGAI : Ce mot qui nous vient du Japon, serait-il la clé de notre réalisation ?

Ikigai rempliDans de précédents articles, j’ai abordé avec vous la notion de « valeurs personnelles » (j’en ai fait au moins 3…), j’ai abordé la notion de Directions de vie choisies pour être plus clair avec tout le monde.

Je travaille régulièrement avec mes clients et/ou mes patients ( en effet certains de mes clients sont très patients.(Sourire) ) sur cette notion qui est tellement importante dans nos choix personnels.

Au Japon, les gens sont incités à trouver leur « Ikigaï » c’est-à-dire le centre entre ce qui est « important pour eux » et ce qui est « important pour le monde ».

En fait ils prennent en compte :

  • Ce que vous aimez
  • Ce pour quoi vous êtes doués
  • Ce dont le monde a besoin
  • Ce pour quoi on est prêt à vous payer

Vous pouvez ici constater que cela à une correspondance directe avec la recherche d’un emploi c’est à dire une activité qui vous permettra de « gagner de l’argent »
Pour cela vous partiriez d’où ?
Pour ma part je pense qu’il est important de partir de soi avant tout. Et donc partir de ce que vous aimez semble un choix judicieux, mais n’oubliez pas que l’on ne peut pas aimer que ce dont on ne connait pas l’existence.

Comment voulez aimer quelque chose alors
que vous ne savez pas que cette chose existe ?

Alors, par quoi commencer ? D’abord observer, et garder l’esprit ouvert !
Et pour observer, il est nécessaire de ralentir, voire de s’arrêter et de poser sa pelle (voir l’article précédent sur ce sujet)
Vous savez le faire ? Vous savez jeter l’ancre ? Et si vous appreniez ?

Méthode pour s’ancrer en cas de tempête :

  1. Poser ses deux pieds sur le sol
  2. Appuyer sur le sol et sentir celui-ci sous ses pieds.
  3. Poser ses mains sur ses jambes (voire sur ses hanches si vous êtes debout)
  4. Aider avec ses mains à pousser vers le sol
  5. Tenir sa tête droite un peu comme si vous aviez un fils tendu du haut du ciel qui vous tire sur le haut du crâne
  6. Fermez les yeux (si vous pouvez) ou simplement regardez le sol devant vous
  7. Souffler l’air qui se trouve dans vos poumons doucement par les marines bouche fermée jusqu’à ce que les poumons soient vides
  8. Ouvrir la bouche
  9. Laisser le ventre se gonfler (le diaphragme suivra)
  10. L’air entre dans vos poumons rapidement
  11. Fermer la bouche
  12. Recommencer à partir de 7 par 3 fois en observant l’air qui sort par vos narines comme si vous étiez un scientifique curieux qui observe cela pour la première fois.
  13. Continuer à respirer par cette méthode en observant votre respiration pendant 3 minutes.
  14. Lorsque qu’une pensée « vous accroche » remercier votre esprit d’avoir fabriqué cette pensée pour vous et revenir à l’observation.
  15. Au bout de 3 minutes, écoutez un son près de vous, puis un son lointain, puis un son très lointain
  16. Ouvrir les yeux ou relever le regard pour observer la pièce autour de vous.

BRAVO ! Vous êtes revenu dans le présent !

Maintenant vous pouvez observer vos besoins, vos demandes, vos désirs… Que voulez-vous vraiment vivre en cet instant ? Ce n’est que le début du voyage….
Pour chercher ce que vous aimez, le voyage va être une exploration du champ des possibles… Un long apprentissage qui finira seulement à la fin de votre vie… Alors est-ce que cela veut dire que jamais vous ne saurez vraiment ce que vous aimez ? À vous de répondre…
Bon voyage !
 

Performance ? Vous avez dit performance ?

Performance ? Vous avez dit performance ?

Influence Compétences - Challenge sur l'état émotionnelDans le milieu du coaching où j’évolue depuis près de 20 ans maintenant, j’entends souvent parler de performances. Et il y a de la performance à tout les étages du coaching ! Tellement de performances d’ailleurs que certains en arrivent à utiliser le coaching avec des personnes « à l’insu de leur plein gré » comme diraient certains sportifs.

Et on en arrive à de la manipulation de base pour arriver à ses fins avec ses collaborateurs, avec ses partenaires et pourquoi pas avec ses enfants. « Mais c’est pour leur bien ! »  Car bien sûr c’est toujours pour leur bien que l’on veut que les autres changent, n’est-ce pas ?

Je veux que mes collaborateurs soient heureux pour augmenter leur performance ! Bouh… Cela a tendance à me révulser au plus haut point. Et je ne suis pas le seul, manifestement comme j’ai pu le constater lors d’échanger avec mes amis coachs. HEUREUSEMENT ! Sinon je changerais de métier très rapidement.

Quand la performance devient la conséquence du bonheur et que le but est le bonheur, alors je suis partant.  Quand la performance devient le but et que le bonheur devient le moyen utilisé alors je ne veux plus avancer. Et pourtant ce n’est pas si différent n’est-ce pas ?

Je vais prendre un autre exemple : « J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé » une citation de Voltaire. Or on peut constater que la santé est un facteur négligeable du bonheur. Alors que la plupart des gens s’imaginent que pour être heureux il faut être en bonne santé. J’ai d’ailleurs écrit un article à ce sujet, très controversé, mais tellement étudié par la psychologie positive. Ce n’est pas la santé qui compte, mais la perception que nous en avons.

Je vais ici faire un rappel pour ceux qui connaissent les études sur Flow, il n’y a rien de nouveau, pour les autres… Regardez la courbe ci-contre. (Dans l’illustration de cet article – en haut de l’article – si vous cliquez dessus elle s’agrandira)

Vous pouvez constater que l’état de flow s’obtient en augmentant le challenge et les compétences. Challenge fort et compétences fortes nous permettent de rentrer dans le flow et là… TOUT est possible ! Challenge sans compétence = Anxiété … Voilà la source de beaucoup de stress….

Performance ? Vous avez dit performance ? Et si cela passait par là ?

Personnellement e me suis aperçu que mes patients et clients pratique ACT avec d’autant plus de plaisir qu’ils ont compris le jeu, qu’ils se le sont approprié et que le challenge, c’est à dire la capacité à changer et d’autant plus grande. Et là… Il n’y a pas photo.

Dans notre vie, souvent nous ne passons pas à ce niveau, car nous évitons « l’entrainement »… Et si nous allions nous entrainer … Pas forcément longtemps, mais souvent… Je vais de ce pas aller méditer quelques instants… Tandis que le jour décline doucement sous le ciel plombé de Saint-Prix.

 

La simplicité et la pleine conscience

La simplicité et la pleine conscience

P_20160419_163410Aujourd’hui j’aimerai aborder avec vous ce qui fait la différence entre les TCC de 3e génération et les autres thérapies comportementales. La grande différence est l’introduction de la pleine conscience dans la pratique thérapeutique.

Mais comment intégrer celle-ci facilement dans notre vie ?

Vous avez tous entendu parler de la méditation de pleine conscience. Vous aimez cela ? Personnellement j’aime cela et effectivement j’y vois beaucoup d’intérêt. Mais cela n’est pas aussi « évident » pour tout le monde.

  • Tout d’abord il faut son espace de méditation avec son assise (ou non si vous pratiquez la méditation en marchant) ou vous avez un coussin de méditation (ou un siège adapté où vous êtes installé confortablement, mais pas avachi)
  • Puis il faut « du temps » pour la pratique… Entre 10 et 30 minutes par séance (voire une heure, pourquoi pas ?)
  • Et enfin les effets de cette pratique ne se font réellement sentir qu’au bout d’un certain temps de pratique assidue.
  • Pour les débutants une guidance est nécessaire (mais pas indispensable)

Introduire la médiation de pleine conscience (ou un autre type de méditation) dans notre vie c’est introduire dans celle-ci une certaine ascèse qui n’est pas toujours facile à mettre en place dans notre monde sous l’emprise de la vitesse de l’économie, de l’information, du quotidien.

Et si on commençait par introduire la pleine conscience dans notre vie de manière plus « souple » d’abord faire des exercices de pleine conscience courts et faciles à mettre en place. Puis on verra plus tard comment introduire la méditation de pleine conscience.

Bien entendu pour mettre en place un processus, quel qu’il soit il est nécessaire d’âtre en conscience de la nécessité pour nous de le faire (nécessité ou envie d’ailleurs). Cela nécessite d’être conscient pour mettre en place le processus.

Or la méditation de pleine conscience vise justement à notre mettre en conscience. Bouuuhhh est-ce que tout est perdu ? NON !

Commençons par faire de petits pas faciles, car « tout grand voyage commence par un premier pas ». Et si on commençait aujourd’hui ?

Comment construire ses propres exercices de pleine conscience ?

Je vous propose de commencer par comprendre les 3 phases d’un exercice de pleine conscience vu par ACT (au quotidien). Fondamentalement la pleine conscience commence par l’observation !

1) Observer X

Observons X (X étant ce que vous voulez. Par exemple

  • votre main…
  • Ou une fleur…
  • Ou l’eau de la douche qui coule sur votre corps…
  • Ou la mastication d’un fruit
  • ou la danse d’un insecte autour des fleurs du jardin

2) Laissez aller vos pensées

Cette phase est très souvent présente dans les exercices élaborés. Au début nous n’en avons pas besoin puis… On introduire cette phase.

Ceci est un exercice de défusion cognitive par excellence. Vous observez vos pensées qui passent, un peu comme on observe passer des voitures dans la rue… Apprendre à ne pas monter dans chaque voiture qui passe.

3) Laissez vos émotions être ce qu’elles sont…

Cette phase est aussi optionnelle. Elle introduit la notion d’acceptation. Apprendre à accepter ce qui est et non vouloir ce qui pourrait être.

Vous voulez apprendre à créer vos propres exercices ? Alors, surveillez ma page Facebook, je vous y invite régulièrement, à découvrir au cours d’une fin d’après-midi sympa comment faire. (http://www.facebook.com/pcarnicelli) ou suivez la formation ACT avec moi j’en anime une, bientôt, à Paris et à Rabat. (Voyez le calendrier)

En attendant, je vous offre ce petit MP3 tiré d’un exercice de Russ Harris : L’observation de la main (avec ma douce voix … LOL) : 

Les croyances se justifient par l’expérience.

Les croyances se justifient par l’expérience.

declaration posterEn décembre 2014 j’ai écrit un article sur « La conscience au quotidien : le piège des croyances » où j’ai abordé ce problème de la vie quotidienne par le biais d’un entremets à la noix de coco. Aujourd’hui je reviens sur ce problème par le biais du quotidien des déclarations autour de la « mode ». Certaines enseignes connues ont créé des lignes de vêtements pour certaines parties de leur clientèle. On y retrouve pêle-mêle des foulards, et des robes longues…

Pourquoi ces femmes sont-elles intéressées par ce type de vêtements ? En cherchant le pourquoi du comment j’ai trouvé deux arguments « massue » »: Parce que la femme serait une perle qu’il faut préserver précieusement » et « parce que  dont il faut cacher les attraits de la femme pour qu’elle puisse vivre en toute sécurité ».

Bon bon bon… Qu’en penser ? Que la femme et l’homme ne seraient pas égaux en face de la vie dans monde. Et pourquoi cela ? Parce que les hommes seraient des bêtes qui ne seraient pas capables de surmonter leurs pulsions.

Mais comment en sommes-nous arrivés là ?

Par ailleurs j’ai lu un texte de 1948 adopté par pas mal de pays dans le monde et même « ratifié » par d’autres dont je vous donne quelques parties (vous pouvez trouver l’intégralité de ce texte en suivant ce lien : « La Déclaration des droits de l’Homme« 

Article premier
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.
Article 2
1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.
Article 3
Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.
…/…
Article 18
Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

La question qui me vient immédiatement est la suivante : Et si la religion que la personne choisit restreint l’application de l’article 2 (voire l’article 1) ? Ben, alors quel est l’article qui prime ? Et là on en revient au début de mon article. Quand une religion affirme que en conclusion :

  • Les femmes doivent se cacher !
  • Les hommes sont tous des salauds de violeurs ! Et il faut protéger les femmes de leurs agissements en les cachant…

Quand depuis tout jeune on entend cela alors, la croyance que cela est vrai s’installe ! Et les habitudes liées à ces croyances perdurent… Remarquez que cela va plus loin que le port d’un voile, mais cela engendre une manière de penser globale. Souvenez-vous de mon article sur le fait que je suis un anti Mars-Vénus. La croyance que l’homme et la femme ne seraient pas égaux en droits et en devoirs parce que physiquement ils seraient différents. Et hop… Les salaires différent, les positions dans les poste de responsabilités sont inaccessibles … etc…

Vous comprenez donc qu’heureusement que l’Article 18 existe ! Et je vous renvoie à l’Article 23 pour l’égalité des salaires entre homme et femme….

Alors qu’en penser ? Pour ma part, je pense que c’est par l’observation, et en pleine conscience, qu’on peut commencer à réfléchir sur nos choix de vie. Mais ce n’est pas facile de faire la différence entre toutes les idées qui traversent notre esprit anarchiquement. Et pensez-vous que toutes les idées se valent ? Pour ma part non… Je pense que toutes les idées ne méritent pas le respect.

Cela me renvoie à une chanson qui a bercé ma vie. C’est une chanson de Michel Delpech « Wight is Wight » en 1969. Bonne route.

 [youtube https://www.youtube.com/watch?v=sJuFkpIYfUk]