Les semelles de mon épouse

Les semelles de mon épouse

PorticcioJe viens de vivre une expérience formidable avec mon épouse. Cela nous a rapproché et nous a permis d’analyser notre relation au delà de notre choix initial. je suis vraiment très heureux pendant cette journée de la gentilles de m’apercevoir que notre relation est réellement authentique et orientée vers la gentillesse envers l’autre. Allez ! je vous en dis plus ? oui…

Mon épouse et moi avons partagé cet été un magnifique voyage qui s’appelle « El camino Primitivo ». C’est un voyage à travers les Asturies (Espagne) puis la Galice pour aller vers Saint-Jacques de Compostelle. Nous avons découvert la beauté du soutien mutuel de notre couple dans cette épreuve (très physique)… Un soutien indéfectible qui met mon épouse dans mon camp de base comme je suis dans le sien… (Ce sera l’objet d’un autre article).

Nous avons aussi découvert nos problèmes de pieds ! Et nous avons décidé de faire des semelles orthopédiques pour que l’année prochaine notre périple à travers le Camino Francès soit plus agréable. 😉

J’ai fais faire les semelles chez le Podologue du coin et … c’est magique, mes problèmes de genoux sont réglés ! Aussi, mon épouse a décidé de s’occuper de ses pieds. Et à fait faire des semelles à sont tour… Elle est venue avec ses chaussures (38) alors quelle à des pieds plus petits (37) ce qui s’explique facilement quand on est soi-même randonneur (me contacter si vous voulez en savoir plus). Et le Podologue n’a pas tenu compte de cela et lui a fait des semelles à son pied !

Et donc les semelles ne sont pas adaptées aux chaussures… Il suffit donc de retourner le voir et de lui demander de faire des semelles « correctes » mais voilà ce n’est pas si simple ! Elle a commencé à se plaindre à moi de son problème… 1 fois … 2 fois… 3 fois.. et Là … Je l’ai arrêtée !

STOOOOPPPP mon amour que désirs-tu que je fasse ? Qu’attends-tu de moi ? Que je lui dise ? Tu ne peux pas le faire ? Que crois-tu qu’il va se passer si tu lui demande ? Et là, elle me dit … « Il va me les refaire ! Il me l’a dit » Ben alors tout est réglé non ? Et elle a ri…  Oui bien sûr c’est réglé !

C’est terrible, cette façon, que souvent nous avons de nous plaindre de nos problèmes, auprès de nos proches, alors qu’il suffit de s’adresser directement à celui avec lequel nous avons un problème… Pourquoi charger nos proches de nos problèmes ? Pour se justifier ?

Combien de personnes s’adressent à leur conjoint pour régler un problème qu’ils peuvent régler tout seuls… Nous avons besoin de quoi ?

Je pense réellement que c’est un simple problème de « RE-ASSURANCE » . J’ai besoin d’être validé par mes proches pour prendre une décision. Est-ce une façon de me déculpabiliser ? Peut-être… Je ne suis pas seul à avoir décidé ou Est-ce une illusion, tout simplement. Un moyen de ne pas être seul ? Ou alors la croyance qu’en partageant nos problèmes avec les autres nous allons en avoir moins ? Pourquoi-pas !

Pas facile d’avancer sans un cas de base, hein ?  (Voir prochain article à ce sujet) Et vous, quand vous avez un problème avec quelqu’un, ne vous arrive-t-il pas d’appeler vos proches à la rescousse alors que vous n’en avez pas vraiment besoin ?

 
 
 
 

Je serai heureux quand je serai ailleurs… Une illusion commune

Je serai heureux quand je serai ailleurs… Une illusion commune

OmbresNe vous est-il jamais arrivé de vous dire un truc du genre : « Quand je serai dans le midi (ou ailleurs), je serai bien mieux qu’ici…. » avec bien sûr toutes les raisons qui vous semblent très logiques comme :

  • Là-bas il fait beau alors qu’ici…
  • Là-bas j’ai des souvenirs et des amis
  • Là-bas les gens sont plus sympas et plus ouverts
  • Là-bas ….Etc…

Et pourtant ici vous avez vos amis, les vrais. Ce sont eux qui sont là pour écouter vos envies de départ. ce sont eux qui vous soutiennent dans l’adversité. Ce sont les même qui supporte votre « sale caractère » et votre ego sur dimensionné. Et pourtant ici vous avez la maison que vous avez achetée pour y vivre avec votre famille. cette maison que vous avez entretenue, malgré le « mauvais temps » et où vous avez passé de si bonnes soirées avec vos amis…. ceux que j’ai cité précédemment.

Peut-être même qu’ici vous avez VOS clients et anciens clients qui continuent à vous recommander…. C’est ici que vous avez fait « VOTRE VIE » et pourtant vous avez envie de partir.

Quand j’étais jeune (enfin plus jeune seulement car je le suis resté un peu) j’entendais mon père dire…  « Quand je serai à la retraite je partirai en Corse… » Et il l’a fait… Et … Il s’est tellement emmerdé (ainsi que sa femme) qu’il est revenu vous savez où ? A Couzeix juste à côté de Limoges où il avait vécu tant d’année et où il avait ses amis… de longue date ainsi que sa femme. Et il y est mort il y a quelques années.

Personnellement, quand je suis arrivé à Paris, en 1980, la première chose que j’ai voulu faire c’est retourner à Marseille où j’avais vécu une partie de ma jeunesse puis… Le travail aidant je suis resté en région Parisienne, où je me suis marié (3 fois) où j’ai eu pleins d’enfants (7) et où j’en ai élevé pendant 14 ans (3 autres), puis où j’ai rencontré ici mes petits enfants et où j’ai eu tant de joie et de peines…

Dernièrement, je me disais avec mon épouse, et si nous quittions la région la Parisienne à cause de :

  • La pollution de l’air, de l’eau, sonore, lumineuse, enfin juste la pollution
  • Le temps changeant surtout en automne, surtout en hiver, surtout au printemps, surtout en été…
  • la circulation surtout le lundi, surtout le mardi, surtout le mercredi, surtout le jeudi, surtout le vendredi pour quitter Paris, surtout le samedi dans les zones commerciales et à paris, surtout le dimanche pour rentrer sur Paris…
  • Les voisins qui sont trop proche de nous
  • Les voisins qui ne se connaissent pas et qui passent leur temps à courir…
  • La distance avec les enfants qui sont trop loin, nos parents qui sont trop prêt ou trop loin, enfin avec tous ceux qui ne sont pas à la bonne place alors que nous y sommes…

Et oui ! Nous nous sommes dit finalement que nous sommes à NOTRE PLACE juste là où il faut pour rencontrer tous les gens merveilleux que nous rencontrons chaque jour, parler avec nos enfants et nos petit-enfants, où avec nos parents qui prennent de l’âge sans nous prendre la tête.

Oui nous sommes à la bonne place pour rencontrer nos clients et/ou nos collègues qui sont si précieux pour notre bonheur. Et nos amis alors, hein ? C’est vrai ça mes amis, si je pars ailleurs, je ne vais plus vous voir comme aujourd’hui en traversant la rue ou en faisant quelques kilomètres. Ici qu’est-ce qu’il y a … Il y a NOTRE VIE avec ses matins ensoleillés marchant dans le forêt de Montmorency, le Vexin si proche et si magnifique, la forêt de Fontainebleau et celle de Rambouillet avec ses animaux et ses chemins creux. Il y a le Jazz au Fil de l’Oise, les promenades au milieu des jardins de la Basilique St Denis à la Tour St Jacques. Il y a les promenades au bord de la Seine, où à Montmartre, les musées et les spectacles… Le jazz au Baiser salé, ou nos soirées à la Gaité Lyrique et sur les grands Boulevards… Il y a nos discussions place de la bastille, en mangeant des moules avec mes enfants. Il y a les réunions de coachs de la FFCPRO où je croise des personnes si différentes et si proches de moi par leurs valeurs. Il y a les coachs du réseau No Limit Coaching. Il y a le patron du palmier où je vais manger le couscous du vendredi (et parler du Maroc) et Hachemi chez qui je prends plaisir à rencontrer et à discuter avec le patron de l’air du temps (le couscous y est bon et la pizza très sympa) et le patron de la Pizzeria d’à côté de St Leu (Bella Roma) ou le Chinois/Japonais à volonté sous le bureau de mon épouse… Il y a la pharmacie du coin, l’association St Leu Art Expo, Le club des Entreprises… Et j’en passe… Enfin,il y a MA VIE…

avion decolleAlors à la grande question est :
« Où est mon bonheur ? »
Personnellement je crois
que le bonheur est « en moi » là où je suis.
Je pense que l’illusion
est de croire que le bonheur est ailleurs…

Vous voulez de la lecture ? De la bonne ? Lisez « L’Alchimiste de Paulo Coehlo » par exemple… 😉 Cherchez l’illusion…

Attention Danger : Voyage et Données mobiles

Attention Danger : Voyage et Données mobiles

20140811_194059_Richtone(HDR)Je rentre de Saint-Jacques de Compostelle où je viens de terminer le Camino Primitivo. Ce fut un beau voyage et je vais prendre quelque temps avant de commencer à vous raconter mon vécu sur ce chemin particulier.

Aujourd’hui je vais vous parler de ce que j’ai vécu avant ce voyage si particulier. Je suis abonné chez SFR. Bon d’accord ce n’est certainement pas le meilleur choix actuellement en matière de réseau et de stabilité du réseau. malgré tout ils ont un service client très réactif et heureusement ! J’ai un contrat « Platine » ce qui me permet d’avoir un accès très rapide au service client, par exemple.

Cet abonnement inclus « Voix et SMS illimités en Europe » 12 Go /mois en France de données Internet et 12Go /an de données internet en Europe ». Avec ça je suis clairement suffisamment équipé au vu de mon utilisation de mon portable.

Début Août nous partons mon épouse et moi faire un petit voyage au Pays de Galles (considéré dans la zone Europe) et en revenant je reçois ma facture avec un dépassement de 50 € sur ma facture. Je me demande pourquoi cela et je m’aperçois que j’ai reçu pendant mon voyage en bateau entre Ouistream et Stockport deux SMS bizarres dont voici le contenu :

« Bienvenue à Malte. Pour appeler la France composez le +33 sans le 0 et pour consulter votre répondeur composez le 123. Tarifs SFR : Vous disposez des appels et SMS illimités vers l?Europe et les DOM inclus dans votre forfait (hors pack séjour souscrit). Pour plus d’informations contactez le service info tarifaire au +33610001914 ou connectez-vous à www.sfr.fr« 

et le second pendant le retour en bateau :

« Bienvenue en Italie. Pour appeler la France composez le +33 sans le 0 et pour consulter votre répondeur composez le 123. Tarifs SFR : Vous disposez des appels et SMS illimités vers l?Europe et les DOM inclus dans votre forfait (hors pack séjour souscrit). Pour plus d’informations contactez le service info tarifaire au +33610001914 ou connectez-vous à www.sfr.fr« 

J’ai bien-sûr appelé SFR service client qui a convenu de l’erreur et m’a remboursé immédiatement mais…

ATTENTION !!!! Je ne sais pas pourquoi j’ai vécu cela mais surveillé vos mobiles quand vous faites la traversé FRANCE – UK !!! Vous pouvez sortir de l’Europe sans le savoir 😉 Désactivez le service de données mobiles pendant la nuit quand vous voyagez en bateau … 

Vous avez des idées sur la question ?

A bon entendeur…

La bonne chaussure c’est le choix sûr.

La bonne chaussure c’est le choix sûr.

Chaussure PierreOn construit sa vie comme on construit son chemin, en marchant. Quoi que certains vous diront que c’est le chemin qui nous construit. Mais au départ qui a commencé ? C’était la poule ou l’oeuf ?

Au départ il y a la volonté, née de la motivation de la prise de conscience que quelque chose cloche et que l’on veut changer sa vie.

Personnellement, je vis une deuxième vie, un peu comme un joueur de flipper reçoit une « extra-ball ». Je n’ai pas couru après cette extra-ball mais je me suis demandé alors comment vais-je jouer cela ? Après les souffrances à l’hôpital, et les souffrances dans mon corps dois-je continuer à vivre cette vie que je subis ?

A cette époque, je me levais le matin pour prendre un « petit déjeuner » merdique, puis je prenais ma « petite » voiture pour faire un « grand » trajet pour une « grande » journée de travail, puis, je rentrais pour une « petite » soirée devant la télévision et je passais une « petite » nuit avec de « longues » période d’insomnies. Petits plaisirs de la vie en face de grandes déceptions.

Voilà comment se résumait ma vie.

Pourtant quelques années auparavant j’avais déjà vécu une expérience « mortelle ». Surtout mortelle pour Elise, ma première épouse qui décéda d’une rupture d’anévrisme. Alors, je me suis dis, à l’époque, « Il faut que ça change » et j’ai changé … De lieu, mais pas de chaussures ! Et j’ai emporté avec moi les longues journées de travail et les courtes parties de plaisir.

Alors la vie frappa encore à ma porte avec le décès de mon fils Pierre-Simon. Et je me suis dis, « Il faut que ça change » et j’ai changé de voiture… Et toujours pas de chaussures ! Et j’ai continué ma vie comme avant car le besoin de changer n’était pas « URGENT » dans ma tête. Et là mon corps s’est rebellé et m’a montré la route que la vie m’avait montré par deux fois auparavant depuis 1996… Alors ? Que faire ?

Depuis 1991 (année du décès d’Elise) je veux changer, et je ne change pas vraiment… En 2005 je commence le chemin de Saint-Jacques de Paris à Santiago (et j’ai même fais le retour), l’année d’après j’y retourne avec mes enfants puis je prends la route avec mon épouse actuelle. Et j’ai changé de chaussures, de métier, de vie… Enfin !

Et qu’ai-je appris jusque là ?

Que le chemin ne se dévoile qu’à celui qui le fait suffisamment longtemps.

Tant que tu marches, tu apprends. or tu ne peux pas marcher si tes pieds ne peuvent plus le faire. Alors ? Alors, il faut avoir des chaussures à TON pied !

Vendredi, je discutais avec des pèlerins, qui sont tous des habitués de la marche (religieuse ou sportive) et chacun, de donner son avis sur les chaussures :

  • Il faut quelles soient basses
  • Les sandales c’est mieux
  • Semelles Vibram ça c’est sûr
  • Il est nécessaire de protéger la cheville
  • etc…

Personnellement je viens de trouver la chaussure que j’ai mis en photo dans cet article, et c’est la première fois que je suis si bien dans des pompes ! Une paire de chaussure c’est 4000 à 5000 km … c’est au moins 5 mois de marche. Imaginez que je marche avec des chaussures avec lesquelles je ne suis pas bien parce que mon pied souffre. Et bien dans ce cas, je serai obligé d’arrêter ma marche. Pourtant des chaussures doivent se faire à notre pied, non ? Dans l’armée ma fille m’a dit que ce n’est pas la « ranger » qui se fait au pied mais le pied qui s’adapte à la chaussure…

Et vous avec quoi (et qui) marchez-vous ? C’est vous qui vous êtes fait à la chaussure (et c’est elle qui pilote ?) ou votre choix a été sûr ? Pas facile de choisir sa chaussure quand on sort de la métaphore hein?

Dimanche, en marchant avec mon épouse sur le chemin juste avant qu’on se perde j’ai dit : « Mes chaussures frétillent, elles ont senti la pause prochaine » Or, Nous allions exactement à l’opposé de notre chemin. J’en ai conclu que ce ne sont pas les chaussures qui doivent diriger ma vie !

La chaussure symbolise tout ce qui vous sert à avancer dans la vie, votre famille, vos amis, votre métier… Un clou dans la chaussure et c’est l’arrêt forcé, sauf si vous ne savez pas que vous avez un trou parce que vous n’avez pas marché dans une flaque ! Et la vie, quant à elle, vous met sous les pieds toutes les flaques que vous méritez.

Buen Camino.

Le chemin se construit en marchant : La leçon du jour « savoir capituler »

Le chemin se construit en marchant : La leçon du jour « savoir capituler »

Circuit ViarmesJe viens de passer le Week-end à « m’entraîner » pour ce voyage qui se précise maintenant que le sac à dos est prêt. Je peux réellement marcher avec le poids prévu (8 kg avec deux litres d’eau compris soit un sac de 6 kg au total sans l’eau. J’ai payé la première fois (en 2005) pour le savoir que le poids sur notre dos est réellement un frein dans notre voyage, comme dans la vie ! Le chemin c’est réellement la vie .

Ce n’est pas nous qui faisons le chemin mais le chemin que nous faisons qui nous fait. Etonnant non ?

Le chemin m’apprend chaque fois quelque chose de nouveau. Ce week-end il m’a rappelé que la vie c’est l’erreur et que l’erreur nous construit comme je l’avais écrit dans un article précédent où je parlais du risque. Ici je vais vous parler d’humilité.

Lors que j’ai vu le plan de ce chemin sur le topoguide de la Fédération Française de randonnée, je me suis dis… « Facile ! »

  • 16 km ce n’est pas long
  • En plus c’est plat
  • et c’est à l’abri des arbres

Mais comme le savent tous les PNListes : » La carte n’est pas le territoire »

Avez-vous entendu parler des chemins tellement pleins d’eau que vous avez l’impression d’être dans un marécage ? La veille je l’avais vécu et sans aucune indication du topoguide alors je m’attendais un peu à tout sauf … Je ne savais pas que couper à travers champ cela veut dire des herbes hautes presque sous les bras.. Ou des champs avec une moissonneuse batteuse poussiéreuse … lieuse.. etc.. Et surtout poussiéreuse !!! Je ne savais pas que les orties étaient « géantes » et agressives ! Et je ne savais pas que même si on suit les traces jaunes des sentiers de PR… attention un PR peut en cacher un autre…

Et voilà pourquoi le chemin nous apprend l’humilité !

Attention rien ne ressemble plus à une marque jaune qu’une autre marque jaune ! Il est bon de savoir l’heure et de savoir la direction où l’on va ! sinon on fait : « UN GROS DETOUR »

Tiens donc, regardez la carte, nous avons fait 22KM au lieu des 16 prévus initialement … Notre carte elle ressemble à « un poulpe ».

Une première erreur au point 6 et au lieu d’aller directement vers le point 11 nous avons continué vers l’est et comme si cela ne suffisait pas nous avons à ce moment accéléré ! Tout cela en se fiant à des marques jaunes mais d’un autre PR (chemin de petite randonnée) qui croisait le nôtre (PR11). Ensuite au point 18 nous avons pris le GR1 (Grande randonnée)  à « l’envers ! » au lieu de suivre notre carte, nous avons suivi du monde qui passait par là ! LOL

Cela nous servira de leçon ? peut-être :

  • Leçon 1 : Quand tu ne sais pas où aller arrêtes-toi et regarde ta carte et la boussole !
  • Leçon 2 : Ne te fies pas aveuglement aux balisages, tu ne sais pas pour qui ils sont fait.
  • Leçon 3 : Tu n’es pas un mouton alors n’agit pas comme un mouton. ne suis pas les autres aveuglément ! Ils vont peut-être ailleurs que toi ! 😉
  • leçon 4 : La plus importante quand tu voyages reste humble, savoir faire demi-tour est souvent une marque de sagesse.

Et vous dans votre vie ? Savez-vous capituler ?

Buen Camino ! Ultreïa !