Les naufragés du développement personnel.

Les naufragés du développement personnel.

ile-deserteLe développement personnel mal compris, mal vécu, est dangereux. Il est même très dangereux ! Je l’affirme, je confirme et je signe.  combien de personnes en déroute j’ai rencontré dans mon passé professionnel.Aujourd’hui, combien je rencontre de personnes qui sont « perdues » qui se sentent seules, abandonnées incomprises. Et pourtant, combien de travail « sur elles » ont-elles fait ?

Je les appelle, aujourd’hui, les naufragés du développement personnel. Ces personnes ont suivi une formation de coach, ou autour d’un outil comme la PNL, l’analyse transactionnelle, le communication non-violente, et j’en passe et des meilleures. Si vous regardez de près leurs CV, ce sont des personnes qui ont passé ces dernière années à apprendre à se développer.

Mais autour de ces formations malheureusement, il y a beaucoup de pièges. Je ne veux pas dire que les formateurs ne sont pas bons. Oh non ! Ils sont bons ! Techniquement certains sont même meilleurs que moi dans des domaines où je me considère comme techniquement au top. Je ne remets pas en cause leur technicité, ni leur bienveillance, ni d’ailleurs leurs compétences pédagogiques. Je remets simplement en cause leur spécialisation !

Pourquoi ? Parce que le développement personnel n’est pas une fin en soit ! Parce que la PNL n’est qu’un outil, et si vous avez un bon outil et même le meilleur outil qui soit. Si vous ne savez pas ce que vous voulez en faire, vous n’en ferez rien.

Vous pouvez avoir une table à dessin, le meilleur papier, des crayons de qualité, et en plus savoir dessiner si vous n’avez pas d’idées, vous n’aurez pas de résultat.

La grande question est « Pour quoi faire ? ». Une autre question est « A quoi ça sert le développement personnel ? » On pourrait même se poser la question « à qui ça sert ? »

Souvent la réponse que je reçois est « Pour être soi-même ! » ou bien »Pour s’affirmer » ou « Pour avoir confiance en moi ou d’augmenter mon estime de moi (on ne sait pas trop en fait) » Et hop c’est parti pour un naufrage annoncé ! Pourquoi ? Parce que pratiquement l’ensemble des objectifs annoncés ne sont pas des raisons suffisantes pour faire un travail de développement personnel. Et donc les solutions proposées correspondent à la demande et termine par une série de « règles de bases » à suivre pour arriver à ce résultat et hop nous voilà parti dans une démarche où l’arbitraire côtoie la logique simpliste.

Exemple de règles qui, mal comprises envoient le pauvre cherchant dans le mur :

  • Il faut être égoïste : Impact sur la vie de la personne  : Je me retrouve seul !
  • Il faut éliminer les gens négatifs : impact sur la vie de la personne : Je me retrouve seul !
  • Il faut penser positif : impact sur la vie de la personne : Je déprime, je suis nul car je n’y arrive pas…
  • La loi d’attraction c’est facile : impact sur la vie de la personne : Je suis un gros Naze, car je n’y arrive pas

Et si on regardait un peu ce qui se passe dans la démarche du développement personnel ?

  • D’un coté il y a Sarthe avec « l’enfer c’est les autres » et les accros du développement personnel qui deviennent progressivement ou tendance vers un solipsisme bon teint.
  • Et de l’autre coté un penchant naturel à se laisser porter par la culture et la société, en tendant vers le paradigme suivant : « Le paradis c’est les autres » et effectivement les études de psychologie positive tendent à montrer que le bonheur est toujours lié à une bonne interaction avec son réseau relationnel.

Alors quoi ? Les autres c’est quoi ? Et si la voie était au milieu ? Au milieu entre le moi d’abord et les autres d’abord… Et si le développement personnel était un truc genre : « Me permettre de vivre, le bonheur au quotidien, avec et sans les autres. »
Et si la solution n’était pas simple ? Mais une solution comme si souvent dans ce monde « complexe »… Mais notre temps où nous sommes si pressé est-il propice à l’émergence de solutions complexes ?
Et si on commençait par « ralentir et observer » et si nos DVC (Directions de vie choisies) étaient vraiment les nôtres ? Si nous commencions par nous approprier notre réflexion, au lieu de vivre notre vie par procuration ?
Un simple axiome peut nous y aider : « Il n’y a pas le feu au lac ! »
 

2016 l’année du départ ? Pour où ? Formation de coach gratuite ça vous tente ?

2016 l’année du départ ? Pour où ? Formation de coach gratuite ça vous tente ?

6a00d834209e6353ef01538e6e3017970bEn 2012 j’écrivais un article sur le passage où je vous offrais un poème que j’aime beaucoup de William Blake, l’année dernière je vous invitais à revenir au présent, juste avant la tuerie de Charlie. Qui nous a remis le nez dans l’actualité.

Avez-vous remarqué comme les feux de voitures sont passés au second plan de l’information cette année ? Étonnant non ? En 2012 1167 voitures brulées,  plus de 1067 voitures brulées, en 2015 une baisse de 12% avec encore plus 960 voitures brulées… Et cette année ? Les journalistes ont perdu le fil ? (* une remarque du 2 janvier voir plus bas)

Les attentats de l’année 2015 ont focalisé l’attention sur « la sécurité », mais… D’abord les terroristes ! Attention aux terroristes… Vigipirate est à son maximum en France, Belgique, Allemagne… On veut changer la constitution comme si c’était la chose la plus importante qui va tout changer… Comme si c’était un bouclier contre « les terroristes ».

Un vocabulaire de guerre s’est mis en place un peu partout. Dans tous les discours mis en avant, et le président de la République lui aussi, y va, de son couplet. Il est d’ailleurs, toujours aussi vague, dans l’expression  sur la déchéance de la nationalité, pour les bi-nationaux, puis pour les terroristes, et puis pour qui en fait ? Quelle farce !

Les terroristes s’en foutent de la nationalité ! Vous croyez que cela va nous protéger contre l’intégrisme assassin ? NON !!!! Et tout le monde est d’accord, mais « c’est pour le symbole » comme si ce symbole pouvait tout changer à lui seul. Que nenni !

Quand on écoute les sociologues, on découvre un tout autre discours. Il est nécessaire de permettre à chacun et surtout les jeunes de pouvoir comprendre le monde qui les entoure. Et pour cela il faut les « former » ou les « éduquer ». Je suis enfin d’accord avec quelqu’un ! OUF, je me sentais seul…

Alors on fait quoi ? On se sort les doigts du cul ? On avance ! On pose des actions ? Oui, mais quoi ? Et si chacun à son niveau faisait quelque chose ? Je reconnais là l’histoire du colibri… Vous savez celle que met en avant l’association autour de Pierre Rabhi. Moi un colibri ? LOOOL

6a00d834209e6353ef015434746a3b970cJe propose d’aller rencontrer et former les jeunes à une méthode d’apprentissage : « Le coaching » et ses dérivés.

  • L’accompagnement pour apprendre à chercher SES propres solutions au lieu d’attendre les solutions qui viennent seulement des l’extérieur.
  • Comprendre la différence entre zone d’influence et zone de contrainte, savoir sur quoi j’agis dans les niveaux logiques, comprendre les étapes d’un deuil, savoir vivre ses deuils.
  • Comprendre le changement avec Hudson…
  • Et comprendre comment nous codons l’information avec notre vocabulaire. L’importance de ce vocabulaire et pourquoi un vocabulaire riche est important ? Et comment le travailler ?
  • Enfin toutes les choses qui permettent d’apprendre à vivre ses émotions et sortir de la violence pour construire un monde à notre image.

Ben si ! Je peux le faire… En 2014, j’avais proposé dans le cadre de l’Association Pour le Coaching Social une formation de coach à 1 euro par jour sur 2 ans ( soit 700 €).

Résultat : Un seul inscrit en France et une multitude de candidatures au Maroc. Mais je ne vis pas au Maroc. Alors le projet est tombé à l’eau. Dommage non ?

Réponses obtenues auprès des jeunes :

  • Il y a une arnaque derrière, c’est trop beau pour que ce soit vrai. Où il est le loup ?
  • Ce n’est pas possible c’est trop long. Tu te rends compte 2 ans !
  • C’est trop cher ! Ce sont nos parents qui payent.

Eh bien cette année je recommence, mais cette fois-ci

  • C’est gratuit : l’inscription se fait sur dossier et entretien.
  • Cette formation est réservée aux jeunes de 15 à 25 ans qui vivent en France. Pour les mineurs, l’autorisation écrite des parents sera nécessaire.
  • Cela ne dure que 6 mois.
  • Les formateurs sont des coachs professionnels. L’équipe est en cours de création. Il y aura moi c’est sûr. 😉
  • Le lieu d’accueil sera en fonction du nombre d’inscrits et des moyens de l’association. Ce sera à Paris ou en région parisienne.
  • Le nombre max de la première session est fixé à 20.

Alors c’est quoi le programme ?

  • Une vraie formation de coach personnel.
  • Une formation de 6 mois autour de 3 séminaires en salle
  • avec une visioconférence par semaine (ou par téléphone pour ceux qui ne sont pas équipés d’autre chose).
  • À la sortie ? Un certificat de coach personnel.

Dans les jours qui viennent, un formulaire d’inscription sera en ligne. Et en attendant, vous pouvez m’écrire à pcarnicelli@coaching-social.org si vous voulez faire partie de l’équipe de formateurs, ou si vous voulez vous inscrire à cette formation.
Et en attendant la suite :

BONNE ANNEE !


*  Remarque du 2 janvier : J’ai entendu sur France Inter ce matin… 830 voitures brulées environ… Bon OK ! Je reconnais que certains journalistes n’ont pas complètement perdu le fil… 😉
 

Age, handicap et emploi : un tiercé gagnant !

Age, handicap et emploi : un tiercé gagnant !

Handicap-tousSavez qu’un Français sur cinq de plus de cinquante ans présente une incapacité ? (Source Cidem) Savez-vous aussi que l’écart se creuse entre espérance de vie et espérance de vie en bonne santé ? (Source Science et vie N°1180 – janvier 2016)

Qu’est-ce que cela sous-entend ? Et bien que nous serons touchés par le handicap lié à l’âge avant retraite pour beaucoup d’entre nous. Vous êtes prêt ?

Qu’est-ce que le handicap ?  La loi n°2005-102 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a, dans son article 114 défini la notion de handicap :
« Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. »

Ce qui veut dire que beaucoup de personnes ne savent pas faire la différence entre handicap et invalidité. Que beaucoup de personnes ne se pensent pas en situation de handicap, car pour elles : « Être handicapé c’est être malade »

J’ai même lu un truc genre « la connerie ce n’est pas un handicap » alors que ces personnes sont souvent réellement des handicapés. Ce peut prêter à sourire jusqu’au moment où votre vieille maman qui a du mal à tenir debout en raison de la fatigue musculaire liée à l’immobilisme de sa vie  n’arrive plus à faire les courses parce que faire la queue à la caisse c’est trop difficile.

Et là vous lui dites … Et pourquoi ne ferais-tu pas faire une carte de priorité et elle vous répond… je ne suis pas handicapée, je suis vieille !

Eh oui… Elle est en situation de handicap, mais elle refuse la terminologie… Elle ne comprend pas que le handicap n’est pas une maladie, mais la conséquence d’un état de santé… la conséquence sur sa vie de tous les jours… Et être vieux n’est pas un handicap par contre ne plus pouvoir tenir debout à la caisse du supermarché est un handicap…

Combien de fois en entreprise j’entends que des personnes dites valides se plaignent de la position de leur fauteuil parce que j’ai eu un accident quand j’étais jeune… je ne suis pas malade, mais… Dans cette position je souffre…  Bilan … des arrêts de travail.. Un absentéisme accru.. Et quelquefois une perte de travail… Dommage non ?

Une reconnaissance de travailleur handicapé n’est pas un handicap en soi ! C’est au contraire la possibilité d’être accompagné par la société pour équilibrer les chances…

Voilà pourquoi lorsque j’interviens en entreprise pour faire des « sensibilisations au handicap » pour les équipes… ce n’est pas du temps perdu ! Ni de l’argent perdu d’ailleurs ! Et ces prestations sont… en partie prises en charge par les Agefiph… (Voir les applications de la loi Macron)

Les objectifs comme moyens d’augmenter notre vitalité.

Les objectifs comme moyens d’augmenter notre vitalité.

 boussoleDans mes articles précédents, et depuis plus d’un an, j’ai échangé avec vous sur les objectifs dits « autoconcordants » puis du rôle des valeurs dans notre vie.

Derrière le mot, il y l’objet et il y a nos souvenirs, et nos pensées auxquelles nous tenons ! Mais pourquoi y tenons-nous ? Ce n’est pas le sujet de mon article d’aujourd’hui, et il y a certainement là un sujet de réflexion. Pour nous permettre de sortir de la définition du mot « valeur » je vais aujourd’hui changer de vocabulaire pour nous permettre de comprendre avec plus de faciliter de quoi je parle.

Je vais parler ici des « directions de vie choisies » l’ensemble de nos directions de vie choisies sont notre boussole personnelle pour aller vers notre vie, notre vitalité ouverte, plutôt que de survivre dans une vie « étriquée ».

Pour identifier ces directions de vie, nous pouvons nous poser un certain nombre de questions.

  1. Si aujourd’hui je ne souffrais pas. Est-ce que ce que je fais, actuellement, resterait important à faire pour moi ?
  2. Est-ce que je peux faire cela par moi-même ? Est-ce que mes actions peuvent me permettre de m’orienter vers cela?
  3. Si personne ne sait jamais que j’ai fait cela, est-ce que je le ferai quand même ?
  4. Est-ce que je peux atteindre cela ou est-ce que je peux seulement espérer le vivre au quotidien sans jamais l’atteindre ?

Vous pouvez trouver quelques exemples dans l’article suivant.

Une direction de vie choisie se vit au quotidien en posant des objectifs qui eux sont atteignables chaque jour. C’est important pour vous ? Alors pourquoi ne l’incarnez-vous pas ? Et si vous le viviez au quotidien ? Et si vous en parliez ? Et si vous deveniez un militant de vos directions de vie ? Est-ce que cela changerait votre vie ?

Imaginez que le plus important pour vous soit que tout le monde soit habillé avec des chaussures rouges. Vous en porteriez, bien sûr ! Vous pourriez distribuer gratuitement des chaussures rouges, en faire de la publicité, organiser des conférences sur ce sujet, écrire des articles sur votre blog. Vous pourriez créer une association qui ferait du lobbying pour des réductions d’impôts soit donner à ceux qui portent les chaussures rouges. Faire voter des lois qui imposent le port des chaussures rouges. Vous pouvez trouver d’autres moyens pour cela ?

Si vous faisiez ces choses ou même seulement une partie de ces choses, chacun s’accordera pour penser que c’est important pour vous, non ?

Mais si vous ne faisiez rien ? Imaginez que vous ne portez jamais de chaussures rouges ? Vous n’en avez jamais parlé. Ni jamais engagé aucune action dans ce but. Si un de vos amis voulait, lors de votre enterrement, dire que pour vous l’important c’est « le port des chaussures rouges », croyez-vous qu’il serait cru ?

Ce n’est pas en pensant aux choses importantes qu’on les incarne, c’est en réalisant des actions que l’on rend les choses réellement importantes.

Nos directions de vie choisies (DVC) sont toujours parfaites ! Elles ne peuvent être améliorées par qui que ce soit. Si la direction est importante pour nous, elle est d’emblée parfaite et ne peut être améliorée d’aucune façon. C’est pourquoi elles sont et restent « personnelles ».

Si vous pouvez améliorer une DVC, c’est que ce n’est pas une DVC !
CQFD (ce qu’il fallait démontrer)

MatrixIncarnez vos DVC dans le moment présent. Choisissez des actions à poser pour aller vers vos DVC. Choisissez une action que vous n’auriez habituellement pas réalisée, et même si vous avez des émotions, des sentiments ou des pensées qui vous poussent à ne pas le faire.

  • Observez ce que vous avez ressenti, avant, pendant et après la réalisation de cette action.
  • Puis considérez une autre fois où vous n’aviez pas posé l’action en direction de vos DVC.

Considérez maintenant la différence dans votre vie entre ces deux fois. Pouvez distinguer l’action qui va dans le sens d’une vie qui s’élargit, de celle qui la fait se rétrécir ?
Alors que choisissez-vous ? La pilule rouge ou la bleue (comme dans Matrix) – voir article de référence

Coaching de vie ? Et pourquoi pas ?

Coaching de vie ? Et pourquoi pas ?

oiseauxComme vous le savez, enfin ceux qui ont l’habitude de lire mes articles, je suis business coach. C’est-à-dire que mon activité est essentiellement concentrée sur l’accompagnement des chefs d’entreprise et des équipes dans l’entreprise autour de l’implémentation stratégique. Par ailleurs, j’ai une activité de formateur et, pas n’importe quel formateur puisque je forme des coachs. Depuis le mois de septembre, ma formation de coach en France a beaucoup changé. Elle n’a pas changé dans le fond, bien sûr, mais dans la forme. Puisqu’elle passe par un accompagnement individuel de chaque coach par 3 coachs, qui sont aussi tour à tour, formateurs, et même mentors.  Chaque coach est accompagné par 3 mentors, dans son démarrage d’activités, pendant 6 à 9 mois, comme une nouvelle naissance, en somme ou un véritable envol !

Quel programme !

En plus, j’ai ajouté à mon arc une nouvelle corde depuis un an, avec l’ACT (voir site de référence en français). Et je commence à avoir maintenant des retours d’expérience. J’ai particulièrement utilisé cette méthode dans le cadre de l’accompagnement des personnes en situation de handicap. Et c’est vraiment très bon.

Bien sûr ce n’est pas magique. Ce n’est pas la technique qui « lave tout du sol au plafond » ! Pourquoi remplacer ce qui fonctionne? Si vous utilisez une technique très efficace pour vous ? Dans votre contexte ? Et que ça marche ? Alors, continuez, et bravo !

Si par contre cela ne fonctionne pas, que vous en avez marre de toujours taper dans le mur. Si vous avez tout essayé (ou presque) et que vous n’y arrivez pas alors pourquoi ne pas m’appeler ? Un échange au téléphone pour vérifier avec vous le bien-fondé de la démarche, puis nous verrons ensemble si cela vous convient.

Ça coute combien ? Le premier appel ne vous coûte rien ! Et ensuite ? Cela dépend de vos envies et de vos besoins. Si vous voulez des entretiens en tête à tête dans mon cabinet, ce n’est pas pareil que par téléphone ou par Webex (mieux que Skype). En tout état de cause, nous verrons ensemble, si le jeu en vaut la chandelle. Le prix d’une séance n’est pas vraiment important. l’important c’est le prix total à payer à la fin du processus, non ? Et cela dépend des moyens à mettre en oeuvre ensemble.

Pour l’exemple  : Vous avez un problème de confiance en vous ? D’affirmation de vous ? D’estime de vous ? Des problèmes de troubles sexuels ?

En général 7 à 8 séances suffisent, mais il est possible que 5 suffisent… Pour 8 séances (1 heure) par Webex le coût total sera de 500 €* (sur 2 mois soit 250€/mois)…

Alors est-ce que le jeu en vaut la chandelle ?

IMPORTANT : Le tarif indiqué est à la date d’aujourd’hui (le 3 novembre 2015 et jusqu’au 31 décembre 2015) pour un particulier et TTC (TVA 20% comprise) pour tous les autres cas, me consulter.

Formation de coach : « mais jusqu’où s’arrêteront-ils ? »

Formation de coach : « mais jusqu’où s’arrêteront-ils ? »

plongéeDepuis 2006 où j’ai créé l’école de coaching, No Limit Academy International, je me pose cette question: « Mais jusqu’où iront les marchands de formation de coach ? »… La plongée des prix vers le fond… la plongée de la durée vers l’instantané… Où s’arrêtera la course vers le fond…

Quand j’ai créé cette formation je la vendais 3500 € HT soit avec la TVA à 19,6% un montant de 4186 € TTC. Je n’étais pas parmi les plus chers plutôt même dans la tranche inférieure des prix. Aussi ai-je pu toucher du doigt que ce n’est pas parce que votre formation est bonne que vous la vendrez mieux. Mais il faut avoir un prix assez élevé pour vendre sa formation, car plus le prix est bas plus le client devint méfiant. Étonnant non ?

Alors j’ai fait évoluer la formation de coach, en y intégrant l’Appreciative Inquiry, puis d’autres techniques de la psychologie positive et j’en suis aujourd’hui à intégrer l’ACT, bien sûr sans perte de contenu. C’est-à-dire que la formation se « densifie ». J’avais même à une époque, intégré un module spécifique de vente du business coaching, et vendu la formation au même prix avec 4 séminaires en salle au lieu de 3, en y ajoutant 3 mois de formations… ce fut une erreur ! En effet les clients actuels veulent « tout et tout de suite » … Une formation de 9 mois ? NON !

J’ai donc fait machine arrière et je suis revenu à la formation de base sur 6 mois et la formation master sur 18 mois. Maintenant j’accompagne mes élèves à la suite de leur formation sur le terrain pour la vente. Cela est mieux perçu.

Aujourd’hui les formations de coach intègrent :

  • Les basiques de la relation de coaching
  • Les émotions
  • TIPI en situation
  • La psychologie positive en entreprise
    • l’appreciative inquiry
    • ACT
  • Le coaching d’équipe
  • Le team-building

Et bien d’autres choses (voir le programme sur le site de l’école) et le prix : 3500 € HT …. C’est comme le prix des allumettes, cela ne change pas ! Mais la TVA est passée à 20% aussi le prix à augmenté pour les particuliers, il est passé à 4200 € TTC soit une augmentation de 14€ en en 8 ans ! Et encore seulement à cause de la TVA. Avec donc 200heures de formation… des exercices en présentiel, un accompagnement et un suivi individualisé… Des visioconférences… Sans compter que maintenant nous avons cette formation en France et au Maroc pour le même prix ! Pourtant le nombre de stagiaires n’excède jamais les 16 stagiaires + les masters qui sont gratuits… Alors la rentabilité du système est faible ! Mais quand on aime, on ne compte pas, alors …

Mais ce matin je viens de voir une formation de PNL/Coaching à 65 € TTC… Et encore c’est une formation en ligne. Devenez coach/PNL vite fait ! Comment est-ce possible ?

Comment peut-on vendre à ce prix ce genre de formation ? On vous propose d’apprendre à faire des ancrages en ligne ! LOL… C’est un peu comme apprendre le vélo par correspondance… Comment peut-on aujourd’hui vendre des formations de coaching sans aucun exercice « en situation » ? Et à ce prix ?

Au secours ! Mais jusqu’où s’arrêteront ?