Le monde a changé ! Vous avez compris ?

Le monde a changé ! Vous avez compris ?

Certains n’ont pas compris que le monde a vraiment changé !

Et effectivement, quand j’étais plus jeune. (Ça y est je parle comme un vieux ?) ….Bla-Bla…

  • Je jouais à la dinette avec, mes copains et copines, et nous utilisions, de la boue et de l’herbe, pour mettre dans les assiettes. Certains d’entre-nous en mangeaient, d’ailleurs…
  • Je jouais sur une balançoire où le sol, était aussi dur que tu béton (de la terre battue). Lorsque l’on tombait, il arrivait qu’on se casse un bras, d’ailleurs.
  • Je faisais « la guerre des boutons » avec un lance-pierre fabriqué avec une fourche bois, un morceau de pneu, et un bout de cuir pris dans une vielle godasse.
  • Je « chassais » les oiseaux avec un arc et des flèches que j’avais moi-même fabriqués. Je vous garantis que les oiseaux ne risquaient rien, mais moi je faisais de la route !
  • Nous avions des cabanes dans les arbres à 4 mètres de haut et un réseau de passerelles nous permettait de passer d’arbre en arbre.
  • Je marchais pieds nus pour éviter d’abimer mes espadrilles et je marchais dans les bouses de vaches pour faire une semelle qui protège de la chaleur du goudron l’été. Ça fonctionne, mais ça pue ! LOL
  • Je fabriquais un cerf-volant avec du roseau trouvé près d’un étang, du papier journal, de la ficelle à poulet, et de la farine et de l’eau pour faire la colle.
  • J’élevais des vers de terre, dans du carton mouillé que je trouvais dans la décharge, et que je revendais au magasin de pêche, pour acheter des mistral gagnant… ou autre roudoudou…
  • Je faisais des glissoires dans la rue, avec mes bottes en caoutchouc et du carton, je passais la journée à descendre en glissant dans la rue gelée et j’avais les doigts qui piquaient quand je rentrais au chaud…
  • Nous faisons des batailles de boules de neige dans la cour de récré.
  • Je jouais à l’élastique sur le goudron de la cour… Nous jouions au football avec une boule de papier recouverte avec du scotch…

Puis j’ai eu des enfants… J’ai appris à avoir peur pour eux, mais je les ai laissé faire des cabanes dans les arbres, jouer avec la terre, et le chien… Courir dans les bois. Quelques os cassés plus loin… J’ai vu les mentalités changer… « Vous êtes inconséquent ! » Me disait-on, « c’est dangereux ! »  Et les enfants ne pouvaient même plus aller dans la cour quand il avait de la neige… Les balançoires se sont sécurisées et les vaccins sont devenus une véritable sécurité… À tel point que la génération suivante veut tellement supprimer le risque qu’ils ne se font même plus vacciner, car il y a des produits dangereux dans le vaccin… Ben oui…. !

La vie c’est dangereux ! La vraie vie c’est le risque… Plus de risque et plus de vie ! On chipote sur tout, on préfère l’artificiel, complètement maitrisé, au naturel qui pue ! Et c’est vrai, que la durée de vie a augmenté… Mais si on regarde la longévité des arbres … Nous en sommes loin ! Alors quoi ? Devenir des arbres ?

Le coronavirus, nous renvoie à l’incertitude de la vie et cela nous l’avions, une peu oublié… Dans les années 80, le sida nous a envoyé un coup de semonce, puis Ebola, puis la grippe H1N1 (et la H5N1 qui nous guette), puis le SRAS, puis le MERS… et enfin arrive le COVID-19… Et c’est le B….

Moi, l’humain de 2020, je veux des certitudes ! Je suis dans MON monde de certitudes, et j’ai un avis bien arrêté sur TOUT ! J’ai raison et les autres qui ne sont pas de mon avis ont tort ! D’ailleurs je m’appuie sur des avis scientifiques, qui n’ont pour certains qu’une vague ressemble avec la science, car j’ai perdu le contact avec la réalité !

Le danger ? Je n’en veux pas… Je limite la vitesse ! Je mets une ceinture de sécurité. Je mets un casque pour faire du vélo, et de la trottinette.

Je veux être protégé contre tout ce qui pourrait me faire tomber malade… J’active mon système émotionnel, « Prévention de la menace » en permanence. Je veux vivre des sensations fortes, mais « en sécurité »

Une petite parenthèse. Vous connaissez nos 3 systèmes émotionnels  ? Peut-être. Je vous fais un rapide résumé dans le schéma ci-dessous.

Les systèmes émotionnels

La société de consommation actuelle tend à nous pousser à développer notre système « menace » et notre « système ressource ». C’est un couple qui nous pilote que vous pouvez retrouver dans un article précédent sur ACT. Dans le 3e cercle, nous voyons le terme « sécurité » apparaitre, qui représente la sécurité par rapport au lien affectif, et ,non la sécurité en général.

Qu’avons-nous fait ? 

Le système menace a pris toute la place ! La motivation elle-même disparait si elle n’est pas soutenue par des artifices commerciaux.

L’état des lieux ?

Nous sommes en état de sidération, en comprenant que l’avenir ne ressemblera plus au passé. Comme lorsque le sida est apparu, et que j’ai dû commencer à mettre des préservatifs… Combien de personnes de mon âge ne supportent pas le préservatif ?

Qu’est-ce qui va changer ?

  • Si un traitement ou vaccin arrive rapidement et qu’il fonctionne plutôt bien… Rien ne changera ! Car progressivement nous reviendrons à nos vieilles habitudes…. C’est le principe de l’inertie d’un système qui est difficile à changer, de direction ou de vitesse…. Et progressivement les gens vont perdent les habitudes de « gestes barrières » et vont se féliciter de l’intelligence humaine, et vont continuer dans un monde aseptisé où l’on veut éliminer l’incertitude.
  • Dans tous les autres cas : L’incertitude devra être intégrée comme un facteur du vivant, au risque de voir arriver une société hygiéniste et autoritaire. Une société jugeante et moralisatrice… Observez la manière dont déjà cette société a eu du mal à sortir de la stigmatisation des comportements face à la maladie. S’il est comme cela, c’est parce que son comportement l’a amené là où il est… (exemple : sida ou drogues diverses). La société va vouloir contrôler tous les comportements (Big Brother is watching you). Traçage, flicage et dénonciations sont au programme. Déjà nous en voyons les prémices, dans les discours politiques et pourtant nous ne savons pas du tout de quoi demain sera fait.

Alors quoi ?

Je ne suis pas grand clair, mais je peux affirmer déjà que ce qui peut nous sauver, de la faillite de tous les systèmes sociaux actuels des démocraties occidentales. C’est la volonté commune d’activer notre système  émotionnel « Affiliation » pour établir des relations « secure » et permettre l’émergence, de la compassion.

Nous avons une vie actuellement, qui est basée sur un nombre grandissant d’illusions. C’est la course à la consommation, et à la certitude. Nous voyons bien que l’être humain veut éviter la douleur. Et c’est cette stratégie qui provoque sa plus grande souffrance sans qu’il le sache. Pour laisser de la place à notre système émotionnel « affiliation »… Nous devons faire des choix qui engagent nos vies, vers ce qui est vraiment important pour nous… Et j’en reviens encore à « nos valeurs ».

Matrice ACT

Passer à la droite de la matrice ACT… C’est regarder ce qui est important pour nous avant de poser une action… Ralentir-Observer-Accepter ce qui est puis faire un choix vers une action engagée vers nos valeurs.

C’est aussi, tenir compte de tous ceux qui vont rester sur la touche, en plus de ceux qui y sont déjà avec le système élitiste actuel, piloté par le gain immédiat. Vous avez pensé vous aux émeutes qui vont venir si on ne change rien ? Le système précédent a promis le bonheur par l’avoir et bien entendu ça ne marche pas, mais personne ne le dit. Même ceux qui ont des tunes, peuvent, et sont malheureux ! Car la douleur est inhérente à la nature même de la vie ! Nous tellement attaché à la vie… Je vais citer le Dalaï-lama (une fois n’est pas coutume, pour moi) :

« Si nous n’arrivons pas à comprendre que la nature de l’existence se caractérise par la souffrance, notre attachement à la vie [que nous avons] augmente. Si nous cultivons notre prise de conscience de la nature misérable de la vie, nous surmontons notre attachement cette dernière. »
(J’ai ajouté entre crochets des mots qui rendent plus « aimable » sa phrase pour les Occidentaux, car certains seraient désespérés…)

C’est édifiant, non ? Tous les humains souffrent ! C’est normal de souffrir quand un parent décède, mais c’est inévitable ! Vous connaissez l’histoire des graines de moutarde ? (Voir à la fin de l’article)

Alors ? Dans ce Nouveau Monde ? Aujourd’hui plus d’embrassades, et de poignets de main… Et demain ? Et si nous avions le temps ? Et si nous n’étions pas pressés par la construction collective de nos sociétés ? Comment agirions-nous ? Hier le gouvernement français, et notre président en tête, nous envoyaient pour des élections « à marche forcée » et nous avons payé avec plus de 20000 morts! Demain, ce même gouvernement veut nous envoyer à marche forcée vers la reprise des écoles… Qui va payer la note ?

  • Personnellement quand j’ai évalué la situation, je n’ai pas été voter ! Pourquoi ? Parce que je ne suis pas pressé… J’aurais pu garder Enjalbert comme maire pendant encore un an, pourquoi pas ?
  • Le 11, mais certains de mes patients me demandent si j’ouvre mon cabinet. Et je réponds, mon cabinet n’est pas fermé, mais je ne reçois qu’en téléconsultation. Et ça marche bien ! Et pour ceux qui n’ont pas d’ordinateur ? Ça fonctionne aussi avec le smartphone. Et pour ceux qui n’ont ni ordinateur ni smartphone, et qui donc ne peuvent pas lire mon article. Je crois qu’il est urgent de mettre à disposition des « cabines de téléconsultation » dans nos villes et nos campagnes ! Ça existe déjà, il suffit d’investir. Mais pour cela il faudrait que nous prenions conscience que c’est l’affiliation et donc la solidarité qui prime… Ce n’est pas encore ça… Personnellement donc, je ne recevrais pas de patients en cabinet avant , le mois d’octobre… J’ai expliqué dans un précédent article pourquoi je ne veux pas me retrouver à l’hôpital quand il sera très chargé… Dès que l’hôpital peut me recevoir, j’irais volontairement au contact avec le virus, à moins qu’avant un vaccin ou un traitement fonctionne bien… Pourquoi pas ?

Peur ? Moi ? Oui, bien sûr, j’ai peur de souffrir ! J’ai déjà expliqué cela dans mes articles précédents… Je vais reprendre la phrase de Valéria dans Conan le Barbare (j’ai des références moi Mossieur !) :

« Crois-tu qu’on vive éternellement ? »

Alors je choisis de vivre, ici et maintenant… Je m’engage dans cette nouvelle existence avec réalisme et en regardant tout le travail à faire… Un beau chantier, ma foi !

Pleine conscience et compassion.

On y va, vers ce nouveau monde ? Et comme promis voici l’histoire des graines de moutarde pour finir ce long post du dimanche au soleil. 🙂


Histoire des graines de moutarde :

Kisagotami, perdit son seul enfant alors il n’avait que quelques années. Elle était incapable d’assumer son décès, folle de chagrin, elle passait de maison en maison, demandant qu’on le soigne. Finalement quelqu’un eut le cœur et la bonne idée de lui conseiller d’aller demander de l’aide au Bouddha, si bien qu’elle alla le voir et lui demanda de ramener son enfant à la vie.

Il ne refusa pas. Il ne lui fit pas de sermon, il savait que c’était inutile, vu son chagrin.  En fait, il ne répondit pas du tout à sa question. Il dit seulement : « Apporte-moi quelques graines de moutarde, mais apporte-les moi d’une maison où personne n’est mort. » Elle partit, allant d’une maison à l’autre. Partout où elle allait, les gens voulaient bien lui donner des graines de moutarde. Mais quand elle posait la question : « Est-ce que quelqu’un est mort dans cette maison ? » ils répondaient :« Ne nous rappelez notre chagrin, les morts sont nombreux, mais les vivants sont peu nombreux. » Dans chaque maison elle apprit la même leçon : la mort va vers tous. Finalement, elle laissa le corps de son enfant dans la jungle, revint au Bouddha, et s’assit calmement à ses pieds. Elle ne dit plus rien pendant longtemps. Et elle dit enfin : « Donne-moi un refuge », et elle devint nonne.

 
 
 
 
 
 
 

Prends soin de toi … et les autres prendront soin de toi.

Take care ! Prends soin de toi… Autant d’expressions qui aujourd’hui ne sont plus simplement « prends soin de toi, seul dans ton coin… » Mais bien « prends soin de toi en prenant soin des autres.»

Hier j’ai fait mes courses dans deux lieux, que je ne nommerai pas, car je ne veux stigmatiser personne. Le premier est un drive, et le deuxième un magasin de proximité.

Lorsque je suis arrivé au drive, j’ai garé ma voiture à la borne… J’ai mis dans ma poche le flacon de gel hydroalcoolique. Je me suis mis les gants jetables, et j’ai mis mon masque tissu que ma femme m’a fait et cousu en suivant les préconisations de l’AFNOR. Piuis je suis sorti de la voiture et j’ai flashé mon code, puis ouvert le coffre de ma voiture et préparé les sacs à rendre… Puis j’ai attendu au soleil, comme un lézard… J’ai observé autour de moi… Il y avait dans les voitures et autour des voitures, à bonne distance de moi des personnes, environ 10 femmes et 10 hommes au total… Plus le personnel du drive qui s’activait comme s’activent de petites abeilles autour de la ruche… Le monsieur qui m’a apporté les courses en sachet, a, tout d’abord, flashé mon code, puis il a récupéré les sachets que je rapportais puis à mis les courses dans mon coffre et et reparti vers le bâtiment… Je suis resté à plus d’un mètre de lui tout au long de la manip….

Ensuite je suis rentré chez moi en au retour je suis passé dans un magasin de proximité… Où il y avait 2 caissières, 4 femmes et deux hommes clients et un salarié du magasin qui remettait les rayons en place… Les marques au sol… la distance de 1 mètre difficile à garder si je ne demande pas au monsieur qui fait les rayons de bouger… je ne peux pas passer… Mais il s’exécute de bonne grâce… Je paye avec ma carte sans contact… je prends mes courses et hop !

Et alors, en quoi tout cela est important ? Bien, j’y arrive… pendant cette heure j’ai croisé des clients et des salariés des entreprises.

J’ai constaté :

  • 92% des femmes clients (13/14) portaient un masque et des gants.
  • 100% des femmes salariées portaient masques et gants
  • 7% des hommes clients portaient un masque et des gants, et en fait… j’étais le seul 🙁
  • 0% des hommes salariés portaient un masque, 100% des hommes salariés portaient des gants !

En plus j’ai vu venant des hommes des regards et des petits sourires, que j’ai traduits comme « moqueurs », mais peut-être que je me trompe…

Et j’en ai conclu que tout cela manque d’information… et d’éducation à la vie en prenant soin des autres…

Les hommes salariés portent des gants (de travail) pour se protéger les mains contre des chocs et des produits nocifs… Les femmes, elles, portaient des gants de type « sanitaire » et jetable (fins), qui ne sont pas des gants pour se protéger soi, mais pour protéger les autres d’une contamination…

Là se pose une question essentielle :

« Pourquoi porter un masque en tissu et des gants fins jetables ?« 

Le réponse n’est pas si évidente que cela manifestement pour tout le monde.

Si la réponse est pour se protéger soi-même alors c’est nul ! Ça ne suffit pas ! On le sait tous, ou on l’a oublié ? Pour se protéger contre le COVID ? Il faut masque FFP2, surblouse, lunettes anti-projection, charlotte, surchaussures… et tout et tout… Plus tous les protocoles de sécurité qui vont avec…. C’est lourd et ce n’est pas envisageable pour une vie en société… C’est réservé aux soignants !

Donc la réponse est :

« Pour prendre soin des autres ! »

Messieurs, je ne porte pas un masque et des gants pour me protéger, mais pour vous protéger ! Je ne sais pas si le virus ne m’a pas touché et que je suis quelqu’un de particulièrement résistant… Je suis toujours essoufflé, je tousse régulièrement, j’ai des maux de tête régulièrement… Bien sûr que je fais un emphysème, que j’ai de l’hypertension, que je suis obèse… Et que tous ces symptômes peuvent venir de là… mais vous êtes prêts à parier là dessus ? À prendre le risque de m’embrasser, si je tousse devant vous ? Ah… là vous vous posez la question, hein ?

Voilà, pourquoi je porte des gants et un masque parce que je suis peut-être sans le savoir porteur du virus et que je veux prendre soin de vous !

Alors quand votre employeur vous donne un masque à porter, ce n’est pas pour VOUS protéger, mais pour protéger vos collègues et vos clients, et en même temps cela vous protège par effet rebond… Si tous, nous nous y mettons, nous nous protégeons tous…

Alors pas de masque porter au menton, même si il faut chaud ! Je sais que c’est très désagréable de porter un masque pendant 8 heures, je l’ai fais régulièrement et je n’aime pas cela. Mais votre sécurité est à ce prix… Je suis prêt à prendre soin de vous, car vous m’êtes précieux (et précieuses).

Les femmes auraient-elles plus la culture du « prendre soin » ? On ne met pas en péril votre virilité, quand on vous donne un MASQUE ET DES GANTS…  On sait que vous êtes forts, et que vous n’avez pas peur de la maladie… mais certains, les plus faibles vont mourir parce que vous ne prendrez pas soin d’eux… Je suis sûr que vous ne voulez pas les tuer, mais peut-être que vous pensez que ça ne sert à rien.

Personnellement, je pense qu’un jour, je vais rencontrer le virus. C’est inévitable. Mais je suis vieux (62), je suis handicapé, j’ai mon avenir derrière moi, bien qu’il me reste quelques années à vivre, peut-être. Et je suis amoureux de ma femme qui m’aime aussi (enfin je peux l’espérer). Je suis grand-père, et j’aime mes petits enfants qui m’aiment aussi (enfin je le crois). J’aime mes enfants qui me le rendent bien (toujours pareil… je peux le croire non ?). Si je meurs, ils vont être malheureux. Mais imaginez que j’arrive dans un service d’urgence en même temps qu’un jeune de 30 ans, voire de 20… Il n’y a qu’une place ? J’espère bien que c’est le jeune qu’on sauvera ! Et cela me semble normal… Et ça me gêne beaucoup que cela puisse arriver… Donc si je rencontre le virus il vaut mieux que les services d’urgence ne soient pas surchargés, n’est-ce pas ?

Est-ce que j’ai peur pour moi ? Un peu… Mais on va tous mourir ! Je ne suis pas immortel et tant mieux ! La vie n’aurait plus sens… Alors vous croyez toujours que ça ne sert à rien ? Et si cela me donnait juste une chance de pouvoir être soigné quand j’attraperai le COVID ? Et cela c’est inévitable, bien sûr…

Alors, mon conseil du jour :

« Prenez soin de vous en prenant soin des autres ! »

Vous avez un masque et des gants ? Mettez-les quand vous êtes au contact avec les autres… Pas pour vous seulement, mais pour notre plus grand bien commun :

« NOTRE AVENIR PASSE PAR LE PRENDRE SOIN (CARE) »

Un petit clin d’œil ?


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Formation de praticien ACT – 28-29-30 avril 2020

Comme vous le savez, j’ai organisé au mois de mars ma dernière formation ACT de l’année… Dernière ? Ce matin mon téléphone sonne et j’entends « Bonjour, Je m’appelle M… et je veux suivre la formation ACT avec vous. Vous faites bien cette formation en visioconférence ? »

Et là,… J’ai changé d’avis ! OK, OK… J’en fais encore une ! C’était vraiment une formation super, que celle du mois de mars… J’en ai gardé un souvenir magnifique !
Allez ! Hauts les coeurs ! Nous sommes confinés, alors ? Alors, formons-nous ! 😉
Comment c’est organisé ?

  1. Pas de présentiel, La formation a lieu uniquement en visioconférence, avec le formateur en ligne avec vous, et les exercices pratiques sont faits dans des salles de visioconférences spécialisées puisque nous pouvons le faire. Pour mes amis, du Maroc, c’est pareil.
  2. Puisque nous n’avons plus la contrainte de la limite d’accueil de la salle, il est encore possible de s’inscrire ! La salle était pleine avec 6 stagiaires…  Avec la visioconférence, je peux étendre le nombre de stagiaires à 12 sur cette formation (la technique permet 100, mais je reste convaincu que c’est trop de monde pour pouvoir répondre à toutes les questions… Peut-être que je me trompe… Mais j’assume ! 12 stagiaires max et donc si vous voulez vous inscrire suivez envoyez un email à pierre@carnicelli.fr. Je reviendrais vers vous, par réponse à votre email, pour vous expliquer le mode d’accès technique aux visioconférences.

 
Ah oui… Le prix ? 300€ pour les 3 jours… Vous voulez connaitre le plan de formation ? La durée et les horaires ? Suivez ce lien….

Groupe d’instruction à la MBCT spécial confinement.

Hier, Emmanuel Macron nous a annoncé que le confinement est prolongé dans l’état jusqu’au 11 mai 2020. Cel, je m’en doutais depuis longtemps, et j’ai même anticipé un déconfinement plus long pour moi. Pourquoi cela ?

Je suis une personne dite à risque. En effet, j’ai une BPCO, brocho-pneumopathie-chronique-obstructive, en stade II, c’est-à-dire qu’il ne me reste en capacité thoracique que l’équivalent de 50% de mes poumons. C’est comme si j’avais un seul poumon. Alors avec un poumon c’est comment ? Je vis ! Je marche, je dois faire de l’exercice, et je le fais. On appelle cela de la réhabilitation pulmonaire… Et ça marche ! Mais face au COVID-19 ? Va savoir Charles ?

Aussi je réaménage mes activités autour des consultations à distance, avec Doctolib et bien d’autres moyens.  Zoom, vient de mettre à notre disposition une nouvelle version qui corrige les failles de sécurité constatées, et je continue à utiliser ce moyen pour les groupes de soutiens à la méditation, que j’anime en ce moment gratuitement tous les lundis et jeudi à 19:30 et le samedi à 10:30  pour une durée de 30 à 45 minutes.

Suite à de nombreuses demandes, et avec l’annonce d’hier, j’ai décidé de lancer un groupe MBCT, Thérapie basée sur la pleine conscience pour la prévention de la rechute de la dépression, et qui est aussi efficace pour les troubles anxieux. Or beaucoup de mes patients, ex-dépressifs attendaient avec impatience, le groupe d’octobre (voir sur le site du cabinet) et me demandaient, s’il était possible d’envisager un cycle plus proche.

Or depuis l’année dernière, j’ai animé plusieurs cycles MBCT, en fait trois,  en télétravail, avec la visioconférence et ça marche ! Alors je me suis dis, pourquoi pas organiser pendant la période actuelle un groupe MBCT en visioconférence complètement.

Je sais animer ce genre de chose. Ça fonctionne bien !

Il suffit que les patients soient équipés d’une tablette, d’un smartphone, ou d’un PC ou un Mac… Avec une caméra et un microphone ou un casque (de préférence Bluetooth pour éviter le fil d’attache)… Et hop !

Alors voilà ! (J’aime bien cette expression…) :

  • Je l’aime
  • Elle m’aime
  • Nos parents sont d’accord

Alors que faire ? On se le demande hein ?

  • Un groupe MBCT, c’est 8 séances de 2:30 (19:30 à 22:00) chaque semaine… Et une journée un samedi entre 10:00 et 16:00…
  • Vous voulez en savoir plus sur les groupes MBCT ? Allez sur mon site : http://carnicelli.fr/MBCT
  • Vous voulez savoir si MBCT est pour vous ? Combien ça coute ? Et comment ça marche ? Ou vous inscrire si vous connaissez déjà comment ça marche. Alors, prenez RENDEZ-VOUS avec moi sur http://agenda.carnicelli.fr et choisissez le motif  :

Au cabinet : « Entretien MBCT (gratuit) par téléphone »

Ah, oui… Une dernière chose, c’est quand ? Et combien ça coute tout ça ?
Calendrier prévisionnel
Les mardis (de 19:30 à 22:00)

  • 28 avril
  • 5-12-19-26 mai
  • 2-9-16 juin

Et samedi 6 juin de 10:00 à 16:00
Prix : 400€ (tarif normal)  200€ spécial confinement
 

Changement de comportement, on garde le moral.

Depuis le 3 mars, je suis confiné volontaire, en raison de mon état de santé initial, et depuis cette date je ne reçois plus de clients (patients) à mon cabinet.

J’utilise depuis la téléconsultation, avec plus ou moins de bonheur. Pourquoi plus ou moins ? Parce que depuis le 3 mars mon activité est tombée à 10% de l’activité normale.

Avant le 3 mars, il était difficile de trouver un RENDEZ-VOUS à moins d’une semaine. Mon agenda Doctolib était plein à 10 jours environ. Depuis le 3 mars… Mon agenda est vide… Enfin pas tout à fait vide. Il y a environ 10 personnes par semaine. Beaucoup de mes patients on commencé par dire. On attendra la fin de l’alerte, puis ils ont commencé par essayer par téléphone et certains ont passé le pas vers la visioconférence (par Zoom)…

Depuis Doctolib a activé gratuitement la prise de RENDEZ-VOUS en visioconférence (ce qu’ils appellent téléconsultation) et certains patients nouveaux y viennent, et mes anciens patients, peut-être rassurés par Doctolib y viennent aussi… C’est Doctolib qui fait l’encaissement et me reverse le montant des consultations.

Bon OK c’est plus simple que par Zoom, car les personnes peuvent se connecter simplement avec leur navigateur WEB… mais pour moi, ce n’est pas plus simple, vraiment. Ça rempli mon agenda, aujourd’hui j’ai 6 consultations, par exemple, donc ça redémarre mais à quel prix ?

Visioconférence avec Zoom :

  • Les patients ont moins confiance sur la sécurité des entretiens, il fait qu’ils ME fassent confiance… je n’enregistre pas les séances ni ne les diffuse…
  • Pour le paiement :
    • Soit par virement, en général ça se passe bien sauf pour les clients nouveaux, où j’ai des impayés ! Donc je refuse ce type de paiement pour les clients nouveaux.
    • Soit par CB, mais là c’est les clients qui n’aiment pas donner leur CVC (vous savez le code derrière la carte)
    • Soit par Paylib sur mon téléphone… Génial, car pour moi c’est complètement gratuit et ça va vite…
  • Je peux adapter la bande passante de mon ADSL en passant par téléphone l’échange vocal alors que la vidéo passe par le WEB (c’est génial)

Visioconférence avec Doctolib :

  • Les patients ont confiance en un système compatible RGPD et recommandations de l’ARS
  • Pour le paiement :
    • Ils provisionnent le montant de la séance auprès de Doctolib, je n’ai pas à m’occuper de ça… C’est moi qui indique le paiement et c’est doctolib qui encaisse et me vire les sommes… J’ai un petit décalage de trésorerie sans frais actuellement (après la crise cela redeviendra payant comme service)
  • Je ne peux pas adapter la bande passante et mon ADSL ne suffit pas j’ai du compléter mon abonnement 4G+ en passant de 50G à 100G (de 79€ à 100€).
    Je ne suis pas sûr que cela suffise… On verra. J’ai du acheter un modem 4G+ performant avec antenne amplifiée pour avoir une meilleure bande passante (360€).

Alors ?

Je regrette vraiment que les prises de position politiciennes, de notre maire ne soient restées que politiciennes. Je me souviens d’une réunion en 2018 où le maire se gargarisait d’avoir fait changer la politique d’implantation d’Orange pour l’installation de la fibre optique à Saint-Prix. (Voir les articles du Parisien)

Il y a eu des promesses d’une mise en service début 2020 pour tous les Saint-Prissiens aved un début fin 2019… Aujoud’hui certains on la fibre, mais qu’en est-il pour les Saint-Prissiens ? Pour ma part, la fibre optique est dans ma rue ! Et j’ai pu discuter avec les agents d’Orange qui tiraient les fibres devant chez moi (5 Villa des grands clos…). Elle passe devant chez moi (à 3 mètres), mais ne s’arrête pas !

Et moi aujourd’hui je paye cher pour permettre à mes patients de garder le contact… Alors qu’il suffirait de me connecter…. En période de crise, croyez-vous qu’il faille agir avec des procédures différentes ? Pour ma part je crois que les priorités doivent changer en fonction du but recherché… Et si on câblait de manière préférentielle les professionnels en télétravail dont les services sont liés aux métiers de santé, de sécurité publique et sociale en période de confinement ? parce que je ne vous ai pas tout dit sur ce qui passe sur mon réseau… Mon épouse aussi est en télétravail…Et le secteur social est aussi une priorité… Nous sommes 2 à ramer en ce moment… Et on rame dans le sable… C’est très fatigant…

Je garde le moral. Je fais du sport tous les jours. Je pratique ma méditation tous les jours. Et je dors très bien et vous ?