Oser… Ce n’est pas si facile !

Oser… Ce n’est pas si facile !

pierre vole

Oser ! C’est une injonction, à la mode, sur tous les réseaux sociaux et que tiennent à promouvoir tous les coachs ! Et moi aussi d’ailleurs…

Cela à quelque chose de gênant, voire de culpabilisant pour celui qui n’ose pas oser !Aussi je me suis penché sur cela en regardant les choses sous l’angle de ACT. Vous connaissez la thérapie d’acceptation et d’engagement que je pratique.

Oser, tout d’abord c’est quoi ? C’est prendre son courage à deux mains pour faire quelque chose qu’on n’a pas encore fait parce qu’on se l’interdit. Oser c’est braver l’interdit, explicite ou non, qui nous barre la route. C’est franchir la limite imposée par soi-même ou par les autres, la loi, les usages, nos croyances, nos peurs… Et j’en passe.

Bon, alors à quoi ça sert d’oser ? Par exemple pour aller vers ses valeurs et vivre une vie pleine de sens. Ou bien pour faire face à la souffrance et sortir de celle-ci.

Comment cette souffrance se manifeste-t-elle ? Par une douleur persistante… par une dépression continue, par exemple. Ça fait mal hein ? Vous ne voulez plus souffrir ? Ou ne plus avoir mal ? C’est là que le bat blesse !

La confusion qui existe entre la douleur subie et la souffrance choisie… Et sans jouer sur les mots, et les maux… ce n’est pas parce que j’ai mal que cela n’a pas de sens…

Avoir mal c’est naturel ! Je suis vivant donc je vais avoir mal… Tout le temps ? NON ! Bien sûr, mais je vais rencontrer la douleur. Vous connaissez une famille qui n’a jamais rencontré le deuil ? La douleur fait partie intégrante des expériences de la vie. J’ai mal au coeur quand je quitte ma famille pour aller vivre ma vie… Et cela a du sens pour moi !

La où cela est terrible c’est quand cette douleur ne veut rien dire ! Alors on peut parler de souffrance…

J’aime bien la définition de l’entrepreneur… Entreprendre c’est comme de sauter d’une falaise et construire son avion en tombant… Mais que ça fait peur de sauter ! Et puis quelquefois l’avion n’est pas suffisamment construit et c’est le choc avec la réalité !

On s’écrase au sol ! Et on se relève groggy… Entreprendre demande d’avoir la pleine conscience de là où nous sommes ! Avant de sauter, je suis conscient … Pourquoi je saute ? En quoi est-ce important pour moi ? Ça a du sens ? Le jeu en vaut la chandelle ? Et pourtant certains ne sautent toujours pas ! Ils n’osent pas…

Dans la carte heuristique suivante, j’ai résumé pourquoi on n’ose pas oser !

Vert = bien-être
Orange = douleur, inconfort
Rouge = grande douleur
Vous remarquerez que des 2 coté il y a du rouge ! ceux qui veulent sortir de leur souffrance sans douleur en seront pour leurs frais… Mais remarquez comment à gauche le rouge s’installe à long terme, alors qu’à droite le vert s’installe à long terme…

Long terme ? C’est certainement là qu’est le piège du 21e siècle ! Car nous sommes sous le signe de la vitesse non ? J’ai écrit un article sur le Tempstalitarisme… (Totalitarisme du temps) que je vous invite à relire… Et si nous commencions par ROAR comme je l’ai déjà dit ? Et maintenant, place au schéma qui vous parera mieux qu’un grand discours…

 

Stratégies ACT

 

Quand être aidant ne nous aide vraiment pas…

Quand être aidant ne nous aide vraiment pas…

6a00d834209e6353ef013484b876dc970cVous êtes fort ? Vous êtes brillant ? Vous avez une position bien établie ? Vous vous croyez indépendant ? Et vous fréquentez des personnes qui vous admirent ? Vous vous croyez invulnérable ? Vous êtes dits « résilients » par ceux qui n’arrivent pas à sortir de leur trou ? Alors vous pouvez vous retrouver en danger de manipulation à l’insu de votre plein gré, comme c’est souvent le cas de la manipulation, d’ailleurs…

Je vais vous raconter une histoire vraie, mais je vais où je vais changer les noms des acteurs… C’est une histoire que j’ai vécue… Où que j’aurais pu vivre…

J’étais un étudiant brillant, avec des succès féminins innombrables, ou en tout cas que je n’ai pas compté en ce temps-là…

J’ai rencontré une fille, plus jeune que moi, et qui était belle, attirante et gentille. Elle était une de mes admiratrices. Elle était timide, réservée et très douce. Un jour où je travaillais, comme extra pour une soirée de l’armée… Eh oui, j’ai commencé à travailler très jeune pour pouvoir me payer mes études et surtout ma moto, et mes soirées… Donc ce soir là, elle était présente et restait sagement assise sur sa chaise en me regardant de temps en temps. Je finis par remarquer ses regards et à la fin de la soirée, je m’assis près d’elle pour échanger. Elle me fit beaucoup d’impressions de bien être, car elle me montrait à chaque échange son admiration… Nous sortîmes fumer une cigarette ensemble… Et elle se laissa embrasser. Un baiser d’abord timide, puis tendre et voluptueux…

La semaine suivante, elle me proposa de venir ranger mes affaires, et faire mon repassage, gracieusement… Car un certain laisser-aller me pourrissait la vie à cette époque… Et… Ce qui devait arriver… Nous eûmes une relation sexuelle… C’était super…

Ce fut super sur tous les plans pendant quelques mois, puis insensiblement… Elle me parla de SES problèmes… Sa mère, et son père avec un divorce difficile… Et je m’impliquais émotionnellement et dans ma vie… Je m’occupais de SES problèmes de manière de plus en plus pressante… Au point de prendre de la distance avec mon environnement, mes amis, ma famille… J’envisageais de partir avec elle. Je l’aidais à retourner chez son père… À 300 km de chez moi… Je pris un appartement pour me rapprocher d’elle… Je continuais mes études… Mais je n’y avais plus les réussites que j’ai connues… Tout commençait à se déliter autour de moi…

C’est alors qu’elle prit de la distance avec moi… Elle avait mal pendant nos rapports, ne prenait pas de plaisir… Elle n’avait plus envie de moi… Je souffrais, mais je persistais… Je continuais… À prendre soin d’elle, mais chaque jour était une souffrance, je ne lui plais plus ? Que faire pour lui plaire ? Que faire pour qu’elle retrouve le plaisir ?

Cette période fut très éprouvante pour moi au point que j’envisageais même de lui dire d’aller avec un autre que moi pour découvrir autre chose…

Un jour je décidais de continuer ma vie et partis sur Paris, seul… Pour continuer mes études, et préparer SA venue… C’est là qu’elle me quitta pour un autre… Quand elle vit que je n’étais plus sous SA coupe… Elle eut une aventure avec un autre… Elle me dit qu’avec lui au moins c’était bien ! J’ai beaucoup souffert… J’ai mis plus d’un an à m’en remettre…

Je ne pense toujours pas qu’elle était mal intentionnée… Elle avait besoin d’aide et avait vu que je pouvais l’aider… Alors elle m’a manipulé…

3 phases :

  1. Admiration et comblement de tous mes désirs. (Créer l’attachement)
  2. Focalisation sur ses problèmes personnels pour obtenir de l’aide. (Le retournement des rôles)
  3. Prise de distance pour maintenir le lien de dépendance. (La souffrance, voire la dépendance affective)

Et cela de manière consciente ou inconsciente ! Et ça marche !

Combien de personnes, est-ce que je rencontre qui sont dans ce modèle ? Hommes ou femmes…

Comment vivez-vous votre couple ? Si votre état émotionnel vous semble toujours négatif, ne pensez-vous pas qu’il a un danger pour vous ? L’amour peut-être une belle histoire, ou une vraie galère quand les jeux psychologiques s’en mêlent…

Vous croyez que vous allez aider l’autre à se réaliser ? Et si vous le laissiez le faire par lui même… Sans devancer ses désirs ? Vous connaissez le triangle de Karpman ? La victime révèle le sauveteur en nous… Ne prêtons pas le flanc au persécuteur…

Il est nécessaire d’écouter des émotions pour cela… Où en êtes-vous de la compréhension de vos émotions ?
 

Les trois piliers de la Thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT)

Les trois piliers de la Thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT)

cof

ACT s’appuie sur l’hexaflex que je vous ai présenté dans les précédents articles sur ce sujet. Aujourd’hui je vais plutôt revenir sur le triflexe qui est plus facile d’accès (peut-être… va savoir ?)…

Pour résumer, la thérapie s’appuie sur 3 piliers :

  • La conscience : C’est notre capacité à observer l’instant présent à travers nos 5 sens (Visuel-Auditif-Kinesthésique-Olfactif-Gustatif), et observer les pensées et émotions que nous ressentons ici et maintenant. Elle répond à la question qu’est-ce que je peux observer ?
  • L’ouverture : C’est notre capacité à pouvoir envisager une autre manière de faire ou de voir les choses. La curiosité que nous avons, de découvrir de nouvelles choses. Notre capacité à accepter ce qui est, sans lutter. Et aussi cette capacité de pouvoir remettre en cause ce que nous pensons, sans remettre en cause qui nous sommes, dans ce contexte.
  • L’engagement : C’est notre capacité à aller jusqu’au bout de ce que nous avons décidé de faire. On y retrouve une grande part de notre motivation « à faire les choses ».

J’ai pris l’habitude de faire s’évaluer mes patients et clients sur ces trois critères pour nous permettre de vérifier sur quoi nous allons travailler ensuite ensemble. Pour faire cette évaluation, au début de ma pratique, je demandais au client : « Donnez-vous une note sur la perception, que vous avez de votre acquisition, sur ces 3 critères »

Et… Ce n’était pas facile pour eux de le faire dans la plupart des cas !

Puis j’ai vu un jour un jeu de tours de Hanoi, vous connaissez ? (Vous pouvez suivre le lien si vous voulez voir ce jeu). Et je me suis dit avec 3 jeux, je peux en faire 1 ! Et c’était parti… (Voir la photo en tête de l’article)

Par exemple :
cof

Ici nous allons nous appuyer sur l’ouverture d’esprit de la personne, sa curiosité naturelle pour aller vers de nouvelles expériences, envisager de nouvelles choses, pour avancer et développer l’engagement et la conscience.

Autre exemple :
cof

Ici nous avons affaire à une personne qui est prête à faire des choses et qui suit les règles… imposées… C’est typique du perfectionniste… qui s’épuise à faire et refaire les mêmes choses… Pour développer sa capacité d’ouverture, il est nécessaire qu’il élève sa conscience de ce qui ne marche pas… C’est la succession d’échecs qui va lui ouvrir les yeux et le thérapeute, doit travailler avec son patient sur l’autocompassion…

Ça vous donne des idées ? Tant mieux ! Passer par le corps court-circuite le mental… et permet l’espace d’un instant de toucher du doigt la réalité…

Un jeu peut faire avancer… Et moi … J’adore ça dans mon métier.
À bientôt.
 
 
 

Les trois piliers de la Thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT)

Mettez un tigre dans votre moteur pour une vie pleine de sens.

Zoo de beauvalAujourd’hui je vais aborder un moyen mnémotechnique très simple pour ne pas nous laisser emporter par nos habitudes et notre vie automatique.

Tout cela a commencé par une histoire avec ma femme, un peu comme pour Colombo, vous vous souvenez ? C’est une conversation qui a changé ma vie. Je vais vous la raconter en quelques lignes. Ce soir-là, en rentrant chez moi je n’avais en tête qu’une seule chose. Il fallait que je prépare ma valise pour partir à Rabat. Et donc en rentrant, tout naturellement, je fonçais dans ma chambre, récupérais ma valise et commençais à la remplir. À ce moment-là, j’entendis la petite voix de mon épouse. Vous connaissez mon épouse ? (OUI CHEF !) Elle est belle, hein ? (OUI CHEF !) Mais je m’égare là… C’est un extrait du film RRRR…. Vous connaissez ?

Non en fait je ne m’égare pas tant que ça vous verrez plus loin ! 😉

J’entendis donc la voix de mon épouse qui m’interpellait… « Mon amour ? Peux-tu répondre à une question qui me taraude en ce moment ? » « Bien-sûr ! » répondis-je en me retournant. « Bien voilà… ce n’est pas facile… Combien vas-tu gagner, d’argent, ce week-end à Rabat ? »…

Je restais interloqué. Puis je me repris, « heu… Environ 4000€ » Elle me répondit « Merci ! » Et s’éloigna… Quelques instants plus tard la revoilà… Elle me tendit un bout de papier … En regardant de plus près, c’était un chèque, de 4000€ … « Tu restes, ce week-end ? »

Cela m’a bouleversé… Elle voulait que je reste près d’elle… Je partais loin d’elle pourquoi ? Pour travailler… Mais je pouvais travailler en France aussi, non ? Pourquoi est-ce que je travaillais ? Pour être heureux ? Pour accéder au bonheur ? Ou pour survivre ?

Pourquoi est-ce que je l’avais épousé ? Pourquoi est-ce que j’étais en train de passer le plus clair de mon temps loin de ceux que j’aimais pour les rendre heureux… Alors que cela ne marchait pas… je gagnais de l’argent mais pourquoi faire ?

Ce jour-là, j’ai décidé de ralentir pour simplement prendre le temps d’observer et de choisir en fonction de ce qui est vraiment important pour moi.

Et depuis, j’ai découvert ACT (la thérapie d’acceptation et d’engagement…)

Alors ? Alors, j’ai mixé … ACT et RRRR (le film)… Cela a donné ROAR

  • R : Ralentir
  • O : Observer
  • A : Accepter le présent
  • R : Retrouver mes valeurs dans les actions engagées que je pose.

Et tout est dit….

ROAR et vous changez votre vie !

Voilà comment j’ai mis un tigre dans ma vie, pour rugir de plaisir… Et vous vous faites comment pour cela ?