Pourquoi un coach doit travailler avec ACT

Pourquoi un coach doit travailler avec ACT

nezrougeSouvent j’échange avec des coachs sur l’utilité de ACT dans notre profession. Pour éviter de se perdre dans les méandres techniques de l’explication de ce qu’est ACT,  mais je me bornerai à énumérer quelques-uns des avantages de l’utilisation de ACT dans le cadre du coaching.

L’efficacité de ACT est fondée sur des preuves .

La technique est doit être progressive et crédible, et donc les interventions avec celle-ci doivent se révéler efficaces. Les accompagnements avec ACT devraient avoir atteint l’effet désiré, et même au-delà des techniques alternatives. Plus de 100 ECR (essais contrôlés randomisés) montrent maintenant des résultats conformes d’ACT, avec la plupart des autres techniques au cours des 7 dernières années.

Basée sur la théorie.

ACT est basé sur une théorie claire qui tente d’expliquer quelque chose de fondamental : comment le langage et la pensée influencent le comportement humain.

En raison de cette base théorique, ACT est clair sur la raison pour laquelle les changements se produisent, à savoir les mécanismes de changement. Lorsque vous utilisez ACT, les coachs savent que cela fonctionne et pourquoi cela fonctionne. En séances, cela permet au coach de devenir plus précis, puisque les coachs d’ACT peuvent se concentrer exclusivement sur les principes actifs de changement de comportement.

Libératrice.

Dans ACT la pratique est profondément personnelle parce qu’il met les gens en contact avec les choses vraiment importantes. L’objectif est d’accroître la flexibilité psychologique, c’est à dire, la possibilité de choisir son comportement, même lorsqu’on éprouve des pensées et des émotions difficiles.

Pour certaines personnes, qui se dirigent, vers leurs valeurs, la douleur générée est immense. Mais en améliorant la flexibilité, ils peuvent se libérer, et poser quand même les actions nécessaires… et le monde s’ouvre devant eux.

Universalité.

ACT est une thérapie, mais c’est pas seulement une thérapie. Les ECR s’appliquent à presque tous les domaines auxquels vous pouvez penser; de l’arrêt du tabac, à la douleur chronique, à la performance en milieu de travail. En favorisant la flexibilité psychologique, ACT permet aux gens de choisir leur comportement vers leurs valeurs, élargir les choix des personnes dans la vie. Ceci est donc une compétence de vie fondamentale qui s’applique également à la santé et ainsi que dans les salles de réunion .

Pleine conscience.

Oui, ceci est une autre application de la pleine conscience à la mode, et les avantages pour ACT sont l’immédiateté et la vitalité d’être pleinement dans l’instant présent. En même temps, ACT est plus que la simple pleine conscience; il est la pleine conscience avec but. Il utilise la pleine conscience comme un appel à l’action, pour les gens à sortir de leur esprit et dans leur vie, plutôt que d’un état final désirable en soi. Ceci est la pleine conscience utilisée comme un sabre laser, pour aider à traiter le danger de la vie réelle.

Pratique et pragmatique.

ACT a de fortes racines du comportementalisme, ce qui signifie que les séances de coaching sont principalement sur le changement de comportement concret et pratique. ACT a une composante cognitive bien sûr, mais il n’y a pas état d’ esprit « droit » à atteindre, rien « bon » à penser. Le comportement n’est pas jugé comme « bon » ou « mauvais », mais pragmatiquement est évalué pour sa « faisabilité », à savoir si une action donnée fonctionne sur le long terme.

Cohérence.

En raison des racines théoriques de l’ACT, les coachs travaillent à un modèle unique, cohérent et testable du comportement humain. Cela permet aux coachs de se développer et de se doter d’un modèle de flexibilité psychologique, ce qui donne de la cohérence aux sessions. Cela contraste avec d’ autres approches qui ressemblent plus à un ensemble de techniques.

La PNL est un bon exemple, car il emprunte un certain nombre d’outils et de techniques et les relie à une théorie fondée sur la langue. Cependant, ce modèle n’a pas résisté à l’examen, et est donc pseudoscience hasardeuse.

Dernier point et non des moindres.

Dans la formation ACT vous apprend à ne pas croire ce que les livres de texte ACT vous disent, ou ce que Steve Hayes vous dit, ou même ce que votre esprit vous dit. Vous apprendrez à faire confiance à votre propre expérience sur ce qui fonctionne .

Voici donc mon expérience …

  • Avant ACT j’étais un assez bon coach. J’établissais de bonnes relations, j’étais sensible, courageux et comme ancien consultant, j’avais une grande expérience.
  • Mais après ACT, tout est devenu différent. Quand mon esprit me dit que tout va mal, que je suis incompétent, que je suis un psychologue merdique, un coach bon à rien, je peux répondre avec compassion pour moi-même au lieu de réagir. Et ce petit espace de paix me permet plus d’options pour répondre à mon client que j’avais avant. Peut-être que je vais partager mon expérience et l’acceptation du modèle, peut-être que je vais choisir de se recentrer sur l’alliance de travail, ou peut-être que je vais vous reconnecter à ce qui est important pour vous, et nouveau à être au service d’un autre être humain. En conséquence, je me sens comme si j’étais plus résolu en tant que coach,  Cela fait une plus grande différence, pour aider les personnes. Je fais du bon travail dans des systèmes souvent mauvais. Et ce n’est pas une mauvaise façon de passer mon temps sur la terre.

Mais, bien sûr, ne croyez pas ce que je vous dis non plus….

Puis-je contrôler mes pensées ?

Puis-je contrôler mes pensées ?

LapinDrôle de question ce matin, ne trouvez-vous pas ? Et pourtant c’est une question que je viens de lire dans le numéro de Science et Vie de ce mois-ci dont je vous fais une copie plus bas sur ce post.

Dans cet article il est dit, en résumé, que : « NON ! » mon cerveau produit des pensées même quand je suis dans le coma. Mon cerveau produit des pensées en permanence. Il n’est pas possible de ne pas penser… Dommage, pour l’image d’Épinal du moine ZEN qui y arrive … Eh bien, non ! Il n’y arrive pas même avec de l’entrainement. C’est fait et vérifié…

En plus il n’est pas possible de choisir réellement ses pensées. Vous savez pourquoi ? Parce que vous n’êtes pas un lapin ! Voilà pourquoi, la photo en tête de ce post. Écoutez plutôt cette histoire…

Imaginez que vous êtes un lapin… Vous pouvez le faire ?

IMG_20170321_090941.jpgLe matin vous sortez de votre terrier et vous regardez autour du vous. Il y a du soleil ce matin. Les abeilles ont déjà commencé leur travail journalier et sont en train de butiner, les fleurs du champ autour de vous. La rosée est sur les plantes et brille au soleil rasant… le champ des possibles est complètement ouvert… Vous pouvez choisir de manger une herbe tendre, ou de creuser pour déterrer une racine… Ou choisir de gambader parmi les fleurs et effrayer les abeilles… Vous choisissez de manger quelques brins d’herbe. Quand apparait une tâche orange dans votre champ de vision.

C’est un renard ! Le champ des possibles se referme. Le terrier, la distance qui vous sépare du terrier, le renard, courir vers le terrier ! OUF !

La nuit se passe. Le lendemain matin… Vous sortez de votre terrier et vous regardez autour du vous. Il y a du soleil ce matin. Les abeilles ont déjà commencé leur travail journalier et sont en train de butiner, les fleurs du champ autour de vous. La rosée est sur les plantes et brille au soleil rasant… le champ des possibles est complètement ouvert… Vous pouvez choisir de manger une herbe tendre, ou de creuser pour déterrer une racine… Ou choisir de gambader parmi les fleurs et effrayer les abeilles… Vous choisissez de courir parmi les fleurs cette fois-ci.

Fin de l’histoire ! Eh oui… Vous n’êtes pas un lapin… Vous avez compris ? Vous vous avez pensé à quoi ? Franchement ? Bien sûr, au renard ! Fini l’ouverture du champ des possibles ! Vous êtes humain. Votre avantage ? Vous savez parler, et lire. 😉

Et vous êtes soumis à la théorie des cadres relationnels… Et hip fini le champ des possibles ouvert ! Il reste fermé à cause de la fenêtre sur le passé… Cette histoire de renard ! Il suffit d’une fois. Voilà pourquoi, certains restent avec des idées récurrentes, qui les empêchent d’avoir une vie normale, suite à un traumatisme… C’est ce que l’on appelle syndrome post-traumatique. Finalement voilà comment le contrôle, ou plutôt le fantasme du contrôle devint le problème. Le stimulus arrive que l’on veuille celui-ci ou non… Il faut passer par une phase d’acceptation… mais savez-vous accepter vos pensées et vos émotions ?

Avec ACT, qui est la thérapie d’acceptation et d’engagement, l’un des piliers est cette acceptation… Voici un article sur l’acceptation ! Bonne lecture…

 
 
 
 

La journée internationale des droits des femmes…

La journée internationale des droits des femmes…

En discutant avec certaines femmes qui ne viennent pas me voir faute de moyens, parce qu’elles sont « femmes au foyer », j’ai touché du doigt une réalité qui est souvent masquée par les bien-pensants.

Si elles sont femmes au foyer, c’est par choix personnel ! Vous y croyez vraiment ? Le choix personnel ? Vous oubliez le prix de la garde des enfants ? Le poids de la religion ? Le poids culturel ? Ajoutez les trois et vous obtenez le résultat de l’équation suivant : « Ça ne sert à rien de travailler pour la famille ! Si la femme va travailler, ce qu’elle gagne est perdu par les frais annexes…. » C’est tout dire !  mais c’est oublié une dimension essentielle pour les femmes concernées. Je m’explique.

Le mari est salarié, les prestations sociales arrivent sur le compte joint… Et là… Hop tout ça c’est capté par le mari qui va donner l’argent nécessaire pour faire les courses et pas plus ! Et alors ? La femme, elle a quoi, elle ? Ses yeux pour pleurer ! Et encore certaines femmes arrivent à faire des économies sans le dire à leur mari… Pour faire des cadeaux à leurs enfants… Ce n’est même pas pour elles !

Vous pensez que c’est Cosette et les Misérables ? Vous pensez que je rêve ? Et vous ? Vous rêvez des fois ? Eh bien je propose à ces femmes en difficulté une ouverture … D’aller voir un coach, par exemple…. Vous pensez qu’elles peuvent se payer un psy ou un coach pour s’en sortir ? Eh bien non ! Comme je vous le disais juste avant… L’argent qu’elles arrivent à garder c’est pour leurs enfants !

Vous en connaissez des « comme ça » ? Alors, dites-leur qu’elles peuvent m’appeler. Je leur offre un accompagnement à 1€ la séance pendant 5 séances.

Cette offre est réservée à ces femmes dont je vous ai parlé. Celles qui n’ont pas de revenus propres. Bien entendu je ne peux pas prendre toutes les femmes dans cette situation, en même temps, ce sera en fonction des places libres dans mon agenda. Cela permettra quand même d’accompagner 24 à 30 femmes par an… Qu’on se le dise… Envoyez-les-moi… Cette offre est uniquement sur le cabinet de Cergy. (Lundi-Mercredi-Mendredi). Pour prendre RV appelez-moi.

Quand je pense aux droits des femmes, je me demande toujours… Et qu’est-ce qui dépend de moi ? Ben voilà ! C’est fait…

 

Forum du bien-être à ST PRIX (95)

Forum du bien-être à ST PRIX (95)

Je vais participer au Forum du bien-être à ST PRIX, le 19 mars 2017 de 10:00 à 19:00. avec 15 autres praticiens de l’accompagnement et du bien-être je vous accueillerai le 19 mars, à la salle des fêtes de ST PRIX.

J’anime une conférence à 15:30 sur l’utilisation de la pleine conscience avec les thérapies comportementales et cognitives et en particulier avec la thérapie d’acceptation et d’engagement.

Et tout au long de la journée, je vous accueillerai sur mon stand où j’animerai des petits ateliers de développement personnel et de coaching. Vous voulez me rencontrer sur ce forum pour un entretien de coaching privé et gratuit ? Alors, inscrivez-vous en m’envoyant un mail où vous préciserez l’horaire que vous préférez. Je vous renverrai un email de confirmation avec l’heure retenue.

[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m14!1m8!1m3!1d10468.785851453538!2d2.2621698!3d49.0068472!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x0%3A0x1dcb0494bd3f6975!2sSalle+des+F%C3%AAtes+de+Saint-Prix!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1488873239291&w=600&h=450]

A dimanche !

La liste des participants ci-dessous :Liste des particpants

Liste des conférences :
Liste des conférences

Comment ACT peut aider contre l’incontinence ?

Comment ACT peut aider contre l’incontinence ?

Triflexe ACTUne patiente, que j’appellerai ici Lucie, par souci de confidentialité, est venue me voir pour des problèmes d’incontinence de type « incontinence par impériosité ». Ce type d’incontinence est également appelée « vessie hyperactive », elle est généralement caractérisée par une envie extrêmement pressante et soudaine d’uriner, si bien qu’il peut parfois être impossible de se retenir jusqu’aux toilettes.

Bien entendu je lui ai demandé ce qu’elle avait fait pour régler cela avant de venir me voir. Sa réponse était édifiante pour moi : « J’ai vu mon médecin, qui m’a prescrit des séances avec un kiné, à l’aide d’une sonde à biofeedback ».

  • Alors qu’avez-vous fait ?
  • Quand j’ai vu la sonde, à me mettre dans le vagin j’ai refusé de faire cet acte, que je trouve dégradant, et très désagréable, seulement à l’imaginer ! Vous vous rendez compte ? Non, bien sûr car vous êtes un homme.
  • Effectivement vous avez bien raison, je suis un homme et je ne peux pas imaginer ce que c’est que de se mettre une sonde dans le vagin. Par contre je peux très bien comprendre que cela provoque en vous des pensées, et des émotions que vous trouviez désagréables. Et il me vient à ce moment-là, immédiatement, la pensée que vous avez réellement le droit d’avoir ce type de pensées. Et je rajouterai à cela que beaucoup de femmes peuvent penser comme vous. Savez-vous que 1 femme sur 3 de plus de 18 ans rencontre un problème de fuite urinaire au moins une fois dans sa vie, et que plus de la moitié de celles-ci ne font pas appel à un professionnel de santé.
  • Ah ? Bon ! Alors je ne suis pas seule dans ce cas… Que me conseillez-vous ?
  • Vous avez déjà vu votre médecin traitant et ne pouvez pas suivre sa prescription. Voulez-vous réellement que je vous donne une prescription ? Et dans ce cas qu’attendez-vous de moi ?
  • Oui, bien sûr ! Vous avez raison… Mais ne pensez-vous pas que l’hypnose peut m’aider ?
  • Oui j’ai l’idée que l’hypnose peut vous aider, et en même temps l’idée que l’hypnose ne remplacera pas les exercices de reprise en main de votre corps et le travail de musculation à faire avec un Kiné, même si cela est désagréable.
  • Que voulez-vous dire ?
  • Pensez-vous qu’avec l’hypnose on peut remplacer complètement l’utilisation de ses muscles pour assumer les actes quotidiens de la vie ? Que va-t-il se passer si vous restez assise sur une chaise pendant les 10 prochaines années et que vous ne marchez que dans votre tête grâce à l’hypnose ?
  • Non, bien sûr ! Si je n’utilise pas mes muscles, ils vont fondre comme neige au soleil ! C’est sûr… Donc vous pensez que je dois faire les séances avec le kiné ?
  • Je vous rappelle, comme vous l’avez vous-même dit au début de notre entretien, que je ne suis pas à votre place. Et ce que j’en pense réellement c’est que vous êtes tout à fait capable de prendre vos décisions par vous même. La question à se poser pour aller plus loin est : « Pour quoi faire, est-ce que je veux régler ce problème ? Qu’est-ce qui est important pour moi dans cette affaire ? Est-ce que je peux faire des choses qui me semblent désagréables pour aller vers une vie pleine de sens pour moi ? Ou est-ce je préfère éviter les évènements désagréables, même si cela doit atrophier mes muscles, me mettre en dépendance à terme d’une couche urinaire ?
  • Ah oui… Bien sûr… (silence)… Bien sûr que je veux reprendre mon indépendance ! Bien sûr que je veux vivre une vie libre et pleine de sens ! je ne suis pas encore grabataire ! Je vais aller voir le kiné et faire ce qu’il y a à faire et si ça ne marche pas je reviens vous voir. D’accord ?
  • Cela vous convient ?
  • Oui ! C’est ce que je vais faire…

J’ai revu Lucie quelques mois plus tard. Elle a lu, mon blog… Elle voulait se faire accompagner pour un autre sujet… Et elle m’a dit la chose suivante :

« Le première fois que je vous ai rencontré, j’ai d’abord cru que vous ne vouliez pas m’accompagner, puis j’ai compris que j’éviter la souffrance et j’ai posé des actions engagées vers mes valeurs… En fait ce jour-là, vous avez utilisé ACT, non ? En tout cas ça a été efficace ! Aujourd’hui j’ai réglé mon problème d’incontinence. Et je voudrais bien maitriser cette technique, vous pouvez m’aider ? « 

D’après vous, qu’est-ce que j’ai fait ? Est-ce que je ne voulais pas aider Lucie ? Juste un rappel pour ceux qui me connaissent… Ici nous avons utilisé rapidement le triflexe ACT…

ETRE PRESENT – S’OUVRIR – FAIRE CE QUI IMPORTE