Un pas vers la souplesse psychologique c’est un pas vers le bonheur.

Un pas vers la souplesse psychologique c’est un pas vers le bonheur.

Bus ACTComme je vous l’indiquais dans un précédent article (Loi d’attraction VS pleine conscience et ACT) l’acceptation passe par la défusion cognitive. Je commencerai cet article par un petit rappel tout d’abord.

La défusion d’avec mes pensées, c’est  ne pas leur donner plus de place que ce qu’elles sont. En effet mes pensées ne sont une simple formulation de mon esprit conscient de cette même perception de ma croyance sur ma situation présente, passé ou futur. Cela va même sur la projection sur les intentions des autres à travers ce même filtre de mes croyances.

Facile ? Non pas vraiment si vous avez déjà essayé de la faire, vous vous en êtes aperçu n’est-ce pas ?

En effet, certaines de nos pensées agissent un peu comme des hameçons, ou des prédateurs qui nous happent au passage. Et nous n’arrivons plus à nous en échapper.

Tout d’abord pourquoi ne pas fusionner avec nos pensées ? Simplement parce que lorsque nous fusionnons avec celles-ci nous empêchons l’émergence de solutions alternatives en cas de problème.

Tant qu’il n’y a pas de problème, tout va bien et nos pensées sont avec nous un peu comme des passagers d’un bus dont nous serions le chauffeur. Là où le bât blesse, c’est quand un problème survient et qu’une de nos pensées veut nous faire changer de route. Vous imaginez ? Un passager du bus qui veut faire un « détournement de bus » ? Pourquoi pas sur Cuba, par exemple ?

Et alors ? Nous ressassons sans cesse cette pensée qui nous « pourrit » la vie… Nous n’agissons que trop rarement pour aller vers nos valeurs dans ce cas et nous agissons, seulement pour « éviter » de souffrir. Et nous essayons de contrôler nos émotions et nos pensée et …Ça ne marche pas ! 😉 Vous avez essayé ?

Bon, restons sérieux. Et pourtant combien de nos pensées nous détournent de poser des actions vers nos valeurs comme je l’indiquais dans mon article sur les valeurs.

Alors dans votre bus comment faites-vous pour que les passagers restent assis sagement à leurs places ?

Je vais vous indiquer quelques méthodes (d’après Russ Harris)

Méthode pragmatique

  • Si vous continuez avec cette pensée, y adhérez, et la laissez vous contrôler, où cela vous mène-t-il?
  • Comment vous y prenez-vous pour y adhérer?
  • Pouvez-vous la laisser aller même si votre esprit vous raconte que ça ne va pas marcher?

Méthode méditative:

Laissez vos pensées aller et venir comme: des nuages qui passent, des voitures qui circulent devant votre maison, des feuilles sur une rivière, etc.

Votre esprit est comme:

  • une machine à ne pas se faire tuer
  • une machine à mots
  • radio catastrophe
  • un vendeur très doué
  • le plus grand conteur du monde
  • un dictateur fasciste
  • une usine à jugements

Les classiques :

  • J’ai la pensée que…
  • La dire avec une voix comique.
  • La chanter.
  • La dire très lentement.
  • La répéter rapidement sans cesse.
  • Écrire les pensées sur des fiches.
  • La métaphore des passagers du bus.
  • Remercier votre esprit pour cette pensée.
  • Qui parle actuellement: vous ou votre esprit?
  • Quel âge a cette histoire?

Et bien d’autres…. mais les lire ne sert que si vous les testez… Qu’est-ce qui marche pour vous ? Comment faites-vous pour défusionner d’avec vos pensées ?

Voulez-vous vous entrainer avec moi ? Facile ! Venez le 5 et 6 octobre à St Prix ou les 17et 18 octobre à Rabat … On va tester ensemble 🙂

Pour en savoir plus, cliquez ici

Et si vous êtes loin de ces villes … Aimeriez-vous que nous organisions un groupe de travail en visioconférences interactives ? Si vous êtes intéressés par la création d’un groupe, écrivez-moi à pierre@carnicelli.fr. Et nous organiserons ensemble ce groupe de travail. J’ai déjà un protocole d’apprentissage extrêmement facile à mettre en ouvre par ce moyen en groupe de 6. Ça vous tente ?

Et vous sortiez du trou ?

Et vous sortiez du trou ?

trouJe vais vous raconter une métaphore que nous utilisons en ACT pour aider nos coachés à comprendre où ils se trouvent dans la résolution de leurs problèmes. C’est la métaphore du trou et de la pelle d’après Schoeendorff B, voir sur le site : http://contextualscience.org/

« Imaginez que la vie c’est comme ça : on vous bande les yeux, on vous met en bandoulière un sac contenant un outil et on vous dit «Va, mon fils, c’est ta vie». Vous apprenez à faire votre chemin, à reconnaître le bruit de la rivière pour éviter de vous mouiller les pieds, à mettre les bras devant vous pour repérer les arbres avant de vous taper la tête contre eux. Ce qu’on ne vous a pas dit c’est que, çà et là, il y a des trous dans le terrain. De la même manière que certains gagnent des millions à la loterie, il est bien possible que l’un ou l’autre chanceux fasse toute la route en évitant par simple hasard les trous qu’il ne peut pas voir. Mais tôt ou tard la plupart d’entre nous font l’expérience de la chute dans un trou et c’est ce qui vous arrive. Que faites-vous alors. Vous enlevez le bandeau ? Pourquoi pas. Vous déballez l’outil ? C’est l’occasion de réaliser que c’est une pelle. Que faites-vous à ce moment-là ? »

Et c’est là que tout commence !

Certains de mes clients me donnent des solutions extrêmement intelligentes avec leurs pelles. Comme de creuser en diagonale… Faire des marches… et j’en passe et des meilleures et nous explorons ensemble les solutions intelligentes qu’ils ont mises en places dans leurs vies pour régler leurs problèmes.

Et quand ils s’aperçoivent que cela n’a pas marché puisqu’ils sont avec moi, alors souvent ils me demandent « Et votre solution ? »… Et je leur réponds : « Moi aussi j’ai une pelle, comme vous ». Peut-être que je sais m’en servir depuis plus longtemps, ou peut-être pas d’ailleurs.  Voulez-vous que je descende avec vous dans le trou pour creuser ? »

C’est l’occasion de vérifier ensemble que ce n’est pas de ça qu’ils ont besoin !

Car moi aussi je sais rater une marche, pour moi aussi la terre est friable et s’écroule quand je creuse. Et si on changeait de paradigme ? Et si on changeait de méthode ? Si on innovait ?

Et si nous essayions avec une échelle par exemple pour sortir du trou ? OK d’accord, mais pour attraper l’échelle il est nécessaire d’abord de lâcher la pelle ! Vous savez faire ?

Cela commence par ralentir, observer, et ensuite choisir de poser des actions engagées vers ses valeurs.

Le rôle des valeurs dans ma vie.

Le rôle des valeurs dans ma vie.

cibleDepuis quelque temps je vous parle de ACT et j’ai abordé la différence entre les objectifs et les valeurs. Puis j’ai abordé les objectifs dits « de l’homme mort » dans un autre article. Aujourd’hui j’aimerai explorer avec vous ces fameuses valeurs.

Bien sûr mes valeurs, sont « les miennes » et vos valeurs vous appartiennent. La vraie question est « Savez-vous ce qui est vraiment important pour vous ? »

Qu’est-ce que vous voulez vivre dans les différents domaines de votre vie, pour aller vers le bonheur ?

Pour commencer, il est important de garder à l’esprit que valeurs et sentiments sont deux choses différentes. « Vouloir avoir confiance en soi », ou « se sentir heureux » ne sont pas des valeurs, mais des sentiments. Les valeurs influencent ce que vous voulez vivre et non ce que vous voulez ressentir. Car il existe des moyens « artificiels » et efficaces sur le court terme pour ressentir des émotions. Ces moyens vont de la respiration contrôlée ou le sport contrôlé ou … D’autres moyens qui tous nous amènent vers le contrôle et il se trouve que le contrôle fonctionne sur de courtes périodes, mais rarement dans la durée, comme je l’indique dans un article précédent sur le désespoir créatif.

Les questions à se poser (Référence Russ Harris – Le piège du bonheur – Éditions de l’homme) :

« Si je me sentais heureux, détendu, sûr de moi, aimé, respecté, admiré, en sécurité, qu’est-ce que je ferais différemment ?
Comment agirais-je différemment ?
Qu’est-ce que je changerais dans mon comportement avec les autres et avec moi-même ?
Quelles sont les choses que je ferais davantage et celles que je ferais moins ? »

On creuse un peu ?

Nous allons explorer ensemble plusieurs domaines de vie (la liste est non exhaustive) :

  1. Les relations
    • Quelles relations est-ce que je veux vivre ?
    • Quels comportements je veux avoir ?
    • Quelles qualités est-ce que je veux développer ?
    • Comment est-ce que je veux traiter les autres
    • Qu’est-ce que je veux faire avec les autres ? Et avec qui ?
  2. Le travail et les études
    • Quelles qualités je veux apporter à mon travail (ou mes études)
    • Comment je veux interagir avec mes collègues
    • Quelles relations je veux avoir dans ce milieu ?
    • Quelles sont les compétences que je veux développer ?
  3. La croissance personnelle et la santé
    • Qu’est-ce je veux faire ou refaire comme activités ?
    • Avec quels groupes de gens je veux agir ?
    • Qu’est-ce que je veux changer dans mon style de vie ?
  4. Les loisirs
    • Qu’est-ce que je veux avoir comme loisirs ?
    • Qu’est-ce que je veux faire pour me détendre dans mes loisirs ?
    • Qu’est-ce que j’aimerais faire plus souvent ?

Bien sûr je n’ai pas balayé ici toutes les questions à balayer, mais déjà si vous commencez par ça … Il y a du boulot non ?

Vous voulez aller plus loin ? Appelez-moi 🙂

Ou inscrivez-vous au prochaines sessions à Paris ou à Rabat (Voir le site de No Limit Academy International).

Quand investir sur ses salariés permet de participer à ses obligations Agefiph.

Quand investir sur ses salariés permet de participer à ses obligations Agefiph.

Developpement durableVous êtes chef d’entreprise ? Vous connaissez l’AGEFIPH ? Et les règles légales autour du handicap, et vos obligations dans ce domaine, vous connaissez ?

Un petit éclaircissement pour vous donc :

Depuis la loi de 1987 renforcée par la loi de 2005, l’entreprise de plus de 20 salariés doit intégrer des salariés à autour de 6% du nombre de salariés. Et si elles ne remplissent pas leurs obligations, elles doivent verser à AGEFIPH, sauf les administrations qui versent à FIPHFP, une contribution.

Exemple : Une entreprise de 20 salariés doit embaucher 1 salarié handicapé, une entreprise de 50 doit embaucher 3 salariés et une entreprise de 100 salariés doit embaucher 6 salariés handicapés.

Sinon ? La contribution est d’un montant variable en fonction de l’effort consenti par l’entreprise pendant les 3 années précédentes. Par exemple pour une entreprise de 100 salariés qui ne fait rien la contribution AGEFIPH est de 85770€ calcul effectué sur le site AGEFIPH (simulateur de contribution) et pour une entreprise de 20 salariés 14295€

Alors, comment faire et par où commencer ? ?

Tout d’abord le mieux c’est de mettre en place une politique handicap et passer un accord collectif et/ou embaucher des travailleurs en situation de handicap, et je peux vous aider à déterminer votre politique « handicap » et/ou vous aider à sensibiliser vos cadres à ces obligations, car manager une équipe dans un secteur « non protégé » avec une ou des personnes en situation de handicap, peut effrayer certains cadres.

Vous avez aussi la possibilité de faire appel au secteur protégé pour certaines prestations. et ces contrats signés avec des ESAT et des Entreprises adaptées sont comptabilisés au titre de l’obligation d’emploi prévue par la loi du 11 février 2005. Ils permettent de diminuer le montant de la contribution due par l’entreprise à l’Agefiph à hauteur de 50% maximum. Et depuis la loi Macron dont les décrets d’application arrivent le mois prochain (octobre 2015), les contrats passés avec lesTIH (Travailleurs indépendants handicapés) peuvent aussi être comptabilisés au même titre.

Cela veut dire qu’à partir du mois d’octobre vous pouvez faire appel à moi à ce titre et votre coaching ou le coaching de vos salariés, voire le Team-building organisé par mes soins viendra en déduction du montant de votre contribution AGEFIPH.

Exemple : Coaching de dirigeant (ou de cadre)

  • Pour une entreprise de 100 salariés, vous avez une déduction maximum de : 42885€ soit environ 14 coachings de 3000€ (3 mois de coaching) !
  • Pour une entreprise de 20 salariés, vous savez une déduction de 71147€ soit plus de 2 coachings de 3000€ (3 mois de coaching) !

Schéma_du_développement_durable.Vous voulez organiser un Team-Building pour votre entreprise ?

  • Il vous suffit de calculer les UB (unités bénéficiaires) pour connaitre le montant maximum. Ou de prendre contact avec moi et je vous le calcule. 🙂

Alors ? Vous êtes chef d’entreprise ? Vous voulez que je vous aide à mettre en place une politique handicap, ou vous vous développer votre performance durable ? Et si nous en parlions… Finalement cela ne vous coutera pas si cher, non ?

Et si vous faisiez votre premier par vers la mise en place d’une véritable participation de votre entreprise au développement durable ? Parlons-en…

Une approche éléphantesque de la procrastination.

Une approche éléphantesque de la procrastination.

Une bien belle visite à faire

Une bien belle visite à faire

Connaissez-vous des gens qui remettent à plus tard ce qu’elles ont à faire maintenant ? Oui ? Certainement ! D’ailleurs peut-être que vous-même… NON pas vous ! Je suis sûr que vous connaissez des gens qui… Mais pas vous, n’est-ce pas ?

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous raconter une histoire qui pourra vous aider. En tout cas moi, elle m’a aidé. Ah !? Oui ? Moi aussi je procrastine… Ça m’arrive. Car «remettre à plus tard» c’est ce que l’on appelle « procrastiner ». Alors voilà mon histoire….

Il était une fois… C’est bien connu toutes les histoires commencent par cette phrase… Il était une fois un homme qui ne voulait ressentir que des émotions positives dans sa vie. Et il avait testé bien des recettes pour arriver à cela. Il avait lu des livres, bien intentionnés, qui lui expliquaient comment réussir dans sa vie. Il suffit de ressentir du positif, pour que ce qui t’arrive soit positif ! Facile non ? Oui, c’est facile pour toute personne qui n’a pas acquis le langage… Mais voilà pour ceux qui ont acquis le langage il y a un piège ! Et c’est un piège mortel : « Ce piège s’appelle la TCR » (Théorie des cadres relationnels) qui explique pourquoi ce n’est pas simplement impossible de vivre cela… C’est simplement une manière infaillible de terminer « dans le mur » !

Avez-vous essayé ? Penser positif, quand il vous arrive un évènement tragique dans la vie… Vous vous cassez simplement un ongle et… C’est la spirale du malheur qui s’abat sur vous, telle une tornade ! Certains appellent cela, «la loi de Murphy»… «La loi de la tartine…» Oui ! C’est vrai un être vivant qui vit pleinement sa vie va expérimenter obligatoirement « le premier échec » et là… S’il essaye de s’en éloigner… C’est la spirale qui commence… Plus il essaye de s’en éloigner et plus il s’en rapproche !

Je vous propose un exercice simple pour le vérifier :

  • Pensez à un éléphant bleu
  • N’y pensez plus
  • Mettez-vous dos au mur dans une pièce et avancez d’un pas vers le mur opposé
  • Chaque fois que vous pensez à un éléphant, quelque chose qui s’y rapproche comme de «animal»,»trompe», «grande taille», «bleu», «Curacao», «Drapeau Français».. etc… Faites un pas en arrière…

Il y a peu de chance que vous atteignez un jour le mur d’en face…Essayez ! (Puis revenez lire la suite…)

Essayez d’éloigner les problèmes de nous ne fonctionne pas et pourtant … Quand quelque chose nous gêne, nous trouvons toujours quelque chose à faire pour remplacer ce qui nous gêne… Nous reportons à demain.. Voire plus loin.

Une bien belle visite à faire

Une bien belle visite à faire

Alors, pensez à nouveau à un éléphant … C’est gros, hein ? Par la pensée, éloignez-le … envoyez-le vers l’horizon… Il est loin ? Il vous semble petit ? Mais rationnellement, vous savez que l’éléphant n’est pas petit… Il n’a pas changé de taille… Il est seulement loin.

Voilà pourquoi la procrastination ne sert à rien ! Éloigner un éléphant ne change pas sa taille ! Votre problème reste entier. Et maintenant savez-vous comment on mange un éléphant ?

Non ? Petits morceaux, par petits morceaux… Et si vous changiez de méthode ? Et si vouloir contrôler ses émotions, où les éviter, ne résolvait rien ? Et si au lieu d’être la solution c’était là que se trouvait une partie du problème ?

Vous avez essayé des méthodes pour éviter vos émotions ? Pour les contrôler ? Et sur le long terme, ça ne marche pas ? C’est normal… 🙂  Et si vous essayez ACT ? Contactez-moi, on en parle !

Je lance une formation à Paris et Rabat bientôt… Si vous êtes coach, venez ? Ou bien, peut-être que vous préférez envoyer votre éléphant vers l’horizon…. 😉