Les élèves de No Limit Academy à la rencontre des orphelins

Les élèves de No Limit Academy à la rencontre des orphelins

IMG_3592Chaque formation de coach commence maintenant par une appreciative inquiry. L’objectif est de « devenir un excellent coach toujours en lien avec ses valeurs et focalisé sur l’action ». Chaque promotion est différente, et chaque promotion innove par les projets qui sont lancés.

La promotion de Rabat se distingue cette fois par son inventivité et par son engament auprès des orphelins leur projet s’intitule :
« Programme de coaching pour les orphelins »
Comme chaque fois Les masters de l’école ainsi que l’équipe pédagogique est « ressource » et apporte sont support inconditionnel !
Le projet est reparti en 2 phases :

  1. Phase pilote :
    • Initiation de l’action en 3 orphelinats ;
    • Les coachs (pour cette phase) sont les bébés et masters coach bénévoles du réseau « NO LIMIT ACADEMY INTERNATIONAL »
  2. Phase Généralisation du projet :
    • Elargissement du nombre des orphelinats accompagnés
    • Faire adhérer de nouveaux coachs à l’initiative

Alors Iman ? Si tu nous en disais plus sur l’état d’avancement du projet ?

L’évènement du 18/04 au sein de l’association « MOWASSATE » sur Rabat, fait partie de la phase pilote du projet.

Il s’agit d’une première prise de contact avec les orphelins, afin de se familiariser ensemble avant d’entamer les actions de coaching directes ou de groupe.  L’évènement s’est déroulé l’après-midi du samedi 18/04, en présence de plus de 60 orphelins de 13 ans à 21 ans.

Le programme était riche, consistant et émouvant…Le déroulement était en alternance entre le thème, l’animation et les jeux. Le thème était bien ciblé et a porté sur le coaching scolaire et le coaching de vie. L’animation était agréable et a générée une ambiance très conviviale.

La présence, le support, la participation et surtout le PARTAGE DU BONHEUR des coachs du NO LIMIT ACADEMY INTERNATIONAL lors de cet événement réussi, a marqué en nous (les coachs) ainsi que pour les orphelins un ancrage de joie et de bonheur.

Nous (les coachs du NO LIMIT ACADEMY INTERNATIONAL promotion Rabat 1 – 2015 & les responsables de l’association), avons vécu une après-midi inoubliable, nous retrouvons devant ces enfants et adultes pleins d’énergie, de questions et surtout d’espoir….

On rappelle, que cet événement n’est que le début, ça ne fait que commencer… et surtout, ça va s’accélérer 🙂

Pierre et Bouchra l’équipe de Rabat  vous souhaite de faire le plein de bonheur et d’aller de réussites en réussites pour vos projets de coachs !
(A suivre… Pour le développement de magnifique projet avec les coachs de No Limit Academy)
Vous pouvez trouver quelques photos de la manifestation ici : 

Et si nous vivions au présent ?

Et si nous vivions au présent ?

Triflexe ACTLe passé n’existe plus, le futur n’existe pas encore, la seule chose que je sais c’est vivre au présent. Pourtant quand je vis au présent mon esprit me leurre souvent en m’envoyant vivre dans le futur, en prévoyant ce que j’ai à vivre dans les prochaines minutes, voire dans les prochaines années. Et quand mon esprit se prend à rester focalisé sur un événement désagréable du passé, il se bloque et moi, là dedans, qu’est-ce que je deviens ?

Dans un précédent post, j’ai abordé la notion de valeurs et la différence entre ces valeurs, et les objectifs. Et donc vous savez que les valeurs se vivent « au présent », mais, comment y vivre au présent ? Pas facile hein ?

Certains vous parleront de la méditation de pleine conscience, que j’aime pratiquer, moi aussi. Mais dès que l’on dit le mot «méditation» d’autres y voient « Tu planes à 5000 mec ! Elle est bonne hein ? » Dès que l’on parle de méditation , certains entendent les mots comme «baba cool», et même Katmandou… Et après les tremblements de terre de ces derniers jours, je ne suis pas sûr que cela soit de bon goût que de plaisanter sur ce sujet. Plus de 4000 morts… Voilà un événement grave qui hélas, est déjà dans notre passé et notre présent actuel est « Aider les survivants ! »

Je vous propose aujourd’hui quelques exercices quotidiens qui permettent de vivre « un peu » au présent… On y va ?

1) Prenez une activité du matin. Une activité qui fait partie de vos rituels habituels. Par exemple se brosser les dents, ou prendre sa douche, ou se raser…Voyons le brossage de dents :

Pendant cette activité, observez ce qui arrive avec « ouverture » un peu comme si vous observiez cette activité comme un scientifique. La manière dont vous attrapez votre brosse. La couleur de votre brosse, la longueur des poils de la brosse. La sensation du contact contre vos gencives. La chaleur de la brosse, et/ou de l’eau. Le goût que cela a. Les bruits que provoquent le frottement de la brosse, et les bruits extérieurs, les odeurs spécifiques de la salle de bain à ce moment-là, et les autres odeurs. En d’autres termes, balayez complètement vos 5 sens… Et en même temps si possible. Et observez les pensées qui passent dans votre champ de conscience à ce moment, observez-les comme si c’était des voitures qui passent devant vous… Notez ces pensées, et revenez sur votre observation des 5 sens… la lumière de la pièce et les détails du lavabo… Sa couleur, les tâches qui s’y trouvent… Et observez les pensées qui passent… Et revenez à votre brossage de dents…

2) Prenez une activité agréable. Par exemple pendant les câlins avec un être cher. Engagez-vous pleinement dans ce que vous faites ! Savourez chaque moment.Quand votre attention vagabondera… Dès que vous le réalisez, notez ce qui vous a distrait, et engagez-vous à nouveau dans ce que vous êtes en train de faire.

Ce ne sont que 2 pistes, mais vous en trouverez d’autres je suis sûr. Vous pouvez m’en donner d’autres ?

Ces exercices sont des exercices de pleine conscience, c’est facile non ? C’est très facile d’intégrer la pleine conscience dans notre vie de tous les jours. Alors vous attendez quoi ? Dans la thérapie ACT (acceptation/engagement) on passe par ces exercices de pleine conscience.

La souplesse psychologie s’appuie sur 3 piliers :

  • Être présent
  • S’ouvrir
  • Faire ce qui importe

Cela vous semble évident ? Alors, pourquoi ne pas le mettre en application au quotidien ?

Vous voulez apprendre à l’utiliser pour accompagner les autres ? Formez-vous 😉 et suivez ce lien

Formation de coach : « mais jusqu’où s’arrêteront-ils ? »

Formation de coach : « mais jusqu’où s’arrêteront-ils ? »

plongéeDepuis 2006 où j’ai créé l’école de coaching, No Limit Academy International, je me pose cette question: « Mais jusqu’où iront les marchands de formation de coach ? »… La plongée des prix vers le fond… la plongée de la durée vers l’instantané… Où s’arrêtera la course vers le fond…

Quand j’ai créé cette formation je la vendais 3500 € HT soit avec la TVA à 19,6% un montant de 4186 € TTC. Je n’étais pas parmi les plus chers plutôt même dans la tranche inférieure des prix. Aussi ai-je pu toucher du doigt que ce n’est pas parce que votre formation est bonne que vous la vendrez mieux. Mais il faut avoir un prix assez élevé pour vendre sa formation, car plus le prix est bas plus le client devint méfiant. Étonnant non ?

Alors j’ai fait évoluer la formation de coach, en y intégrant l’Appreciative Inquiry, puis d’autres techniques de la psychologie positive et j’en suis aujourd’hui à intégrer l’ACT, bien sûr sans perte de contenu. C’est-à-dire que la formation se « densifie ». J’avais même à une époque, intégré un module spécifique de vente du business coaching, et vendu la formation au même prix avec 4 séminaires en salle au lieu de 3, en y ajoutant 3 mois de formations… ce fut une erreur ! En effet les clients actuels veulent « tout et tout de suite » … Une formation de 9 mois ? NON !

J’ai donc fait machine arrière et je suis revenu à la formation de base sur 6 mois et la formation master sur 18 mois. Maintenant j’accompagne mes élèves à la suite de leur formation sur le terrain pour la vente. Cela est mieux perçu.

Aujourd’hui les formations de coach intègrent :

  • Les basiques de la relation de coaching
  • Les émotions
  • TIPI en situation
  • La psychologie positive en entreprise
    • l’appreciative inquiry
    • ACT
  • Le coaching d’équipe
  • Le team-building

Et bien d’autres choses (voir le programme sur le site de l’école) et le prix : 3500 € HT …. C’est comme le prix des allumettes, cela ne change pas ! Mais la TVA est passée à 20% aussi le prix à augmenté pour les particuliers, il est passé à 4200 € TTC soit une augmentation de 14€ en en 8 ans ! Et encore seulement à cause de la TVA. Avec donc 200heures de formation… des exercices en présentiel, un accompagnement et un suivi individualisé… Des visioconférences… Sans compter que maintenant nous avons cette formation en France et au Maroc pour le même prix ! Pourtant le nombre de stagiaires n’excède jamais les 16 stagiaires + les masters qui sont gratuits… Alors la rentabilité du système est faible ! Mais quand on aime, on ne compte pas, alors …

Mais ce matin je viens de voir une formation de PNL/Coaching à 65 € TTC… Et encore c’est une formation en ligne. Devenez coach/PNL vite fait ! Comment est-ce possible ?

Comment peut-on vendre à ce prix ce genre de formation ? On vous propose d’apprendre à faire des ancrages en ligne ! LOL… C’est un peu comme apprendre le vélo par correspondance… Comment peut-on aujourd’hui vendre des formations de coaching sans aucun exercice « en situation » ? Et à ce prix ?

Au secours ! Mais jusqu’où s’arrêteront ?

Qu’est-ce que le bonheur ?

Qu’est-ce que le bonheur ?

ciblePour beaucoup de gens dans notre société il y a une confusion dans la définition du bonheur. Certains vont même jusqu’à dire que la définition du bonheur est différente pour chacun d’entre nous. Cela met une petite claque à bien des études sur le bonheur, non ?

Comment peut-on dire que le pays où les gens sont le plus heureux est le Danemark, si les Danois disent eux-mêmes « je suis heureux » en tenant compte de paramètres différents des Français qui disent aussi « je suis heureux ». D’ailleurs moi-même quand je dis « je suis heureux » est-ce que je prends en compte les mêmes choses que vous ?

Quand je lis le premier paragraphe de Wikipedia, sur le bonheur, je vois quand même se dégager une tendance qui fait un peu consensus actuellement : « Le bonheur est un état durable de plénitude, de satisfaction ou de sérénité, état agréable et équilibré de l’esprit et du corps, d’où la souffrance, le stress, l’inquiétude et le trouble sont absents. Le bonheur n’est pas seulement un état passager de plaisir, de joie, il représente un état plus durable, un équilibre. »

Dan ce paragraphe je vois plusieurs aspects qui m’intéressent ici :

  • durable
  • plénitude
  • pas de souffrance
  • inquiétude absente

Est-ce que cela voudrait dire que je ne dois pas avoir des émotions désagréables pour être heureux ?

Dans notre société française actuelle (et certainement dans d’autres pas si lointaines) il existe une croyance, que dis-je ? Il existe un mythe selon lequel : « Pour être heureux, il faut supprimer les émotions négatives ».

Cette injonction, nous pouvons la lire sur les réseaux sociaux, auprès des adeptes du « secret » et de la loi d’attraction… (Vous savez ce que je pense de cela et j’ai déjà écrit sur le danger du secret.)

Je ne vais pas ici revenir sur le développement précédent, mais seulement rappeler que pour vivre. Simplement vivre il faut être capable de ressentir des émotions agréables et, désagréables ! Vouloir éliminer de sa vie les émotions désagréables, revient simplement à ne pas vouloir vivre. Or ne pas vouloir vivre, c’est quoi ?

Pour moi la définition du bonheur :

Le bonheur c’est de vivre une vie pleine de sens portée par mes valeurs.

Cela est un peu loin de cette définition alternative : « Le bonheur c’est de me sentir bien »…N’est-ce pas ? Car cela veut dire que pour moi, pour être heureux, il faut pouvoir vivre pleinement les émotions agréables et désagréables. Or tout ce qui a du sens apporte son lot de plaisirs et de souffrances. Pour vivre pleinement sa vie, et donc, être heureux, il est nécessaire de savoir face à ses émotions désagréables.

Faire face ne veut pas dire « éviter », ni « supprimer » et heureusement, car avez-vous essayé de le faire ? Dans un précédent article sur le désespoir créatif, j’explique les conséquences de ces tendances.
Alors que faire ?

  1. Connaître ses valeurs
  2. Défusionner d’avec ses pensées
  3. Être conscient de là où on est
  4. Poser des actions pour aller vers ses valeurs.

Nous avons abordé les valeurs dans des articles précédents. On verra dans un prochain article, comment commencer, à défusionner. On continue le voyage vers le bonheur ?
 
 
 
 
 

Je pars à la pêche

Je pars à la pêche

pêcheÇa y est ! Enfin… Je pars ! Mon épouse et moi sommes vraiment heureux, car je pars. Elle va rester encore quelque temps en région parisienne puis qui sait peut-être un jour me rejoindra-t-elle.

Je voulais vous dire que j’ai été très heureux ces dernières années d’échanger avec vous, mais ça y est je pars. Enfin la pêche au bord du trou dans la glace. La pêche sur mon rocher dans mon ile du bout du monde. Je vais aller rejoindre les tortues géantes qui se déplacent avec leur démarche de sénateur, et qui alignent des années de route au compteur. Bien sûr, je ne vivrai pas aussi vieux qu’elles, mais je pourrai les imiter. Fini la course, finis les embouteillages parisiens.

Bonjour, la méditation. Bonjour la pêche.

Je penserai à vous de temps en temps…. mais c’est fini vous ne pourrez plus me joindre au téléphone. C’est fini je ne viendrai plus écrire des articles pour vous… Maintenant je vais cuisiner mon poisson. C’est la bonne date non ?

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=stGUsmBboM4]