Départ à la retraite : l’importance du pot de départ.

Départ à la retraite : l’importance du pot de départ.

Bopire un coupDernièrement je discutais avec un directeur de la fonction publique et nous échangions sur les « pinces fesses ». Vous savez toutes ces réunions où chacun vient uniquement pour se montrer. Le genre de réunion où le directeur, à moins que ce soit le chef de service fait un discours insipide sur le travail d’un collaborateur dont tout le monde se fout. c’est une fausse fête, en somme !

Et pourtant cette personne me disais avoir été impressionnée par l’impact de ce type de réunion sur la personne concernée.

Nous avons de plus en plus de personnes qui vont partir à la retraite après 65 ans dans les temps qui vont venir. Et oui, les règles changent et pour partir avec une retraite « correcte », il va être nécessaire pour certains de partir après avoir ajouté quelques années de travail.

Une personne devait partir à la retraite après de nombreuses années de travail dans le même service, une secrétaire dont personne ne parle, et  une secrétaire particulièrement efficace, somme toute ! Cette personne, à l’âge de 67 ans décide de partir à la retraite. Elle échangeât avec le manager, en question, en lui disant : « Maintenant, je fatigue vraiment, le matin quand il s’agit de se lever chaque jour très tôt pour prendre les transports en commun. Le problème n’est pas de se lever, un jour mais CHAQUE JOUR… Je n’arrive plus à récupérer »

Alors le directeur décide de faire un « vrai » discours d’au revoir. Un véritable travail de fond sur le fond de la mission d’une secrétaire. Il sera présent à ce « pince fesses » et simplement pour lui faire plaisir car il pense que cette personne est vraiment quelqu’un de « BIEN » (je ne suis pas sûr que ce soit le bon mot, mais c’est le mot invoqué, lors de notre échange ?)

Et là, le directeur, à vécu un évènement très fort. TOUTES LES PERSONNES invitées étaient là pour faire la fête et la personne qui partait à la retraite à dit la phrase suivante : » Je ne savais pas que mon travail avait autant d’importance pour vous. »

Effectivement TOUT LE MONDE, était là, sauf une personne, qui s’est excusée… Et la secrétaire est partie « HEUREUSE »… « Mon travail était important !!!! J’ai eu un rôle dans cette vie ! Je me sens importante… Je pars à la retraite heureuse ! »

Et pourtant elle s’angoissait avant ce moment …. Vous y aviez pensé avant de refuser d’aller à ce pot de départ ? Maslow nous a montré l’importance de la réalisation de soi dans la pyramide des besoins. Et en voici un exemple direct. Alors pour le prochain, pot de départ ? Qu’allez -vous faire ? Quelle sera votre influence sur le bonheur de vos collègues ?

 

Le coach, le WEB et moi et moi et moi ….

Le coach, le WEB et moi et moi et moi ….

MasterClassJe lance une nouvelle activité, en tout cas nouvelle pour moi.

Je mets mes compétences techniques sur le WEB, mon expérience des réseaux sociaux et du blogging. Ma passion du coaching au service de votre activité de coach.

Au-delà de la formation, ou simplement du coaching, je vais jusqu’à faire pour vous…

Vous êtes coach ? Vous voulez vivre du coaching ? Vous avez une idée ? Mais… Vous ne savez pas comment créer votre blog ? Animer un réseau social ? Animer une communauté ?

Vous cherchez un community manager, mais… Ils ne connaissent pas votre métier !

Moi OUI !

  1. Je suis business coach et je peux travailler avec vous pour vérifier au coeur du coaching « Qu’est-ce que vous voulez vraiment ?« 
  2. Je suis blogueur depuis 2000 et j’anime des blogs pour mon compte personnel ou professionnel depuis, et avec un certain bonheur.  Vous les avez peut-être lus un jour ?
    1. http://carnicelli.eu
    2. http://nolimit-coaching.fr
    3. http://nolimit-academy.fr
  3. Je suis présent sur tous les réseaux sociaux avec des communautés de plus de 8000 personnes et qui vivent ! Vous pouvez me trouver sur Viadeo, LinkedIn, Facebook, Google +
  4. Je suis présent sur Twitter avec des comtes agrégats et des comptes à alimentation directe
  5. Je modère des forums depuis plus longtemps encore. 🙂

Vous voulez mieux me connaître ?
http://www.carnicelli.fr et vous trouverez un site qui vous renvoie vers l’ensemble de ma présence sur le WEB ou essayez de taper « Pierre Carnicelli » sur Google pour voir ?

Et si je le faisais pour vous ?

Pour que vous puissiez vous centrer sur votre métier de base ? Ne plus être esclave de l’informatique et du temps qui passe.
Cette activité fait le lien entre

  • mon passé d’informaticien et de spécialiste des réseaux,
  • mon présent de business coach,
  • et mon avenir pour mettre toutes ces compétences à votre service en adaptant mon travail à ma situation de TIH (travailleur indépendant handicapé)

Vous voulez en savoir plus ? Le mode opératoire ? Les tarifs ?  Contactez-moi à pierre@carnicelli.fr ou téléphonez-moi au +33 675 25 34 42

Les effets du travail en équipe sur la motivation individuelle

Les effets du travail en équipe sur la motivation individuelle

tircorde-webComme nous pouvons le lire dans le Cerveau et Psycho de janvier 2014, il existe un phénomène que l’on appelle « paresse sociale« . Dans une équipe la performance collective n’est pas réellement proportionnelle au nombre de personnes impliquées.

Des expérience avec des tireurs à la corde montrent que la perte sociale est de 25% pour 4 personnes qui tirent par rapport à une seule personne. Cela va plus loin puisque si 8 personnes tirent c’est comme seulement 4 tiraient ! Cela fait 50% de perte. C’est énorme c’est comme si chacun d’eux ne travaillait plus qu’à 50% de ses capacités.

Quatre théories expliquent cette paresse sociale :

  • Théorie de l’impact social (Latane) : La paresse va dépendre du nombre de source et de cibles. Si je suis la seule source et que mon équipe est la cible, alors la demande va être divisée par le nombre de cibles. Il faut donc augmenter le nombre de sources pour diminuer l’impact du nombre de cibles.
  • Théorie du besoin d’auto-évaluation : Lorsque la production collective englobe toutes les productions individuelles. Plus d’auto-évaluation possible et donc paresse sociale.
  • Théorie de la perception d’auto-efficacité : Est-ce ma production est réellement indispensable ? A quoi je sers vraiment dans le groupe ? Si je ne peux pas répondre : je sers à quelques chose, je deviens paresseux.
  • Théorie de l’assortiment de l’effort : C’est une théorie de l’équité de l’effort. Si tu me regardes je bosse. Si je pense que tu ne bosses pas je ralentis. cela est réciproque et donc produit un nivellement par le bas.

Bon c’est bien gentil ça mais que faire ? Six pistes de recherche pour améliorer la performance sont possibles :

  1. Créer de l’implication : Pour contrer l’effet de la théorie de l’auto-efficacité
  2. Responsabiliser les individus : Faire prendre conscience chacun que le groupe va être pénalisé dans son ensemble si la performance individuelle est insuffisante. Cela contre la théorie de l’impact social, et assortiment de l’effort.
  3. Remanier les groupes : Cela permet de contrer la théorie de l’assortiment de l’effort, et la théorie de l’auto-efficacité.
  4. Identifier les porteurs de valeurs : Pour contrer l’impact social et augmenter le nombre de sources de cette théorie.
  5. Entourer les narcissiques : Pour contrer l’auto-efficacité et éviter le découragement de ces équipiers.
  6. Prendre en compte le contexte culturel : Quel est l’impact le plus fort selon la culture ?

Cela va rejoindre la travail autour de la motivation 3.0 telle que décrite par Daniel Pink dans son livre « La vérité sur ce qui nous motive ». Ce modèle s’appuie sur 3 piliers essentiels qui sont : La finalité, l’autonomie et la maitrise.

  • La finalité : Je sais vers où je vais et pour quoi faire
  • L’autonomie : je suis responsable de mes actes et je vois ce que je fais et comment je le fais.
  • La maitrise : J’apprends de mes erreurs et je ne confonds pas l’erreur et la faute. Je suis dans une stratégie d’apprentissage. (Je reviendrai sur ce point dans un prochain article). Donc je m’autorise à être autonome.

Cela va rejoindre l’approche de l’appreciative inquiry qui est une méthode positive, participative, et contributive et très facile à mettre en oeuvre.

Alors comment faire ? Parce tout ça c’est bien mais de la théorie à la pratique, il y a un pas que …Bouuhhh… Ce n’est pas facile d’être un manager hein ?

Et si vous regardiez du coté du coaching ? Parce que le manger lui sait gérer la complexité. Mais là ce n’est pas seulement ça qu’il faut. C’est aussi accompagner les changements de paradigmes de l’équipe. Et oui, c’est le travail du coach.

Posture + Outils + une stratégie = manager-coach = une équipe motivée et performante.

Les formations de manager-coach c’est quoi ? 

Je suis Charlie et après ?

Je suis Charlie et après ?

JeSuisCharlie

Hier en rentrant de la « grande promenade républicaine »,j’étais encore sous le choc de cette grande journée et j’ai commis ces quelques lignes :

« Je suis fier d’être Français ce soir. Nous étions des milliers : Des blancs, des noirs, des jaunes, des Beurs, des athées, des catholiques, des musulmans, enfin des…. Français et surtout des citoyens dans toute notre diversité. Nous avons tous défendu la laïcité et le bien vivre ensemble contre l’obscurantisme, le terrorisme, la peur. Nous avons défendu la liberté de pensée contre la pensée contrainte. Nous avons défendu ce qui fonde notre nation. Et Whaouuu ce que je suis rassuré… J’ai vu des parents avec leurs enfants, des religieux en aube, des musulmans en Djellaba qui marchaient cote à cote et la main dans la main, des personnes en fauteuils roulants à coté de personnes avec leurs deux jambes valides. J’ai vu une marée humaine qui voulait manifester son espoir de vivre ensemble tous ensemble, et debout et libres ! Bravo à nous. Oui ce soir je suis fatigué car j’ai marché avec mon genou gonflé (épanchement de synovie)  car j’ai fait du sur place pendant 3 heures… J’ai eu du mal à sortir de République puis de marcher dans les rues de Paris, pour finir à St Lazare et reprendre le train vers chez moi fatigué … J’étais fatigué et heureux…. Oui aujourd’hui j’ai rencontré l’esprit de la France, j’ai ri et j’ai pleuré. J’ai chanté la Marseillaise et j’ai tapé dans mes mains. Messieurs les terroristes, vous avez voulu réduire au silence quelques dessinateurs parce qu’il avaient fait des dessins qui ne vous plaisaient pas ? Vous avez en fait réveillé un pays tout entier qui refuse la dictature d’une religion quelle qu’elle soit. En 1905 les Français ont voté la séparation de l’église et de l’état. Messieurs les terroristes, nous ne nous tairons pas. Je suis Charlie. ‪#‎JeSuisCharlie‬ »

Puis j’ai écouté l’émission sur France Inter, une émission qui prolongeait la magie de la journée. Je me sentais bien, et, ce matin je suis revenu devant mon écran, avec la radio (France Inter) En arrière plan. Et j’ai ressenti un sentiment de vide. Il est loin ce moment magique de partage. Seul devant mon écran ! Et j’ai vu défiler les remarques et affirmations des personnes sur internet… Et j’ai vu passer une vidéo d’un de mes contact Facebook du nord de l’Afrique, qui partageait une vidéo en Arabe, d’un blogueur du Caire. Donc je ne comprends rien à cette vidéo, enfin pas tout à fait car il y a des sous-titre en Français, en Anglais… Et tandis que je lis le contenu de la vidéo, mon regard est attiré par le sous-titre en dessous de la vidéo, un sous-titre en arabe lui aussi… Alors, j’appuie sur traduire et là, je lis en Français : « Aucun avis ne pourraient être écrit sur cette vidéo. Si notre Seigneur beyhebak. Vidéo verra inshallah.« 

Qu’est-ce à dire ? Je n’ai pas le droit d’avoir un avis sur cette vidéo ? Et un de mes proches publie cela ? Mais ce proche est-il si proche ? Je vois le fossé ! Je vois mon proche s’éloigner…

C’est quoi ce bordel, j’ai l’impression qu’un voile tombe. Je ne veux pas me laisser emporter par l’émotion. Cette personne peut penser ce qu’elle veut, mais tu te rends compte, Pierre ? Elle publie une vidéo sur laquelle elle t’enlève le droit de donner un avis….

Bien-sûr je suis tellement choqué que j’arrête de visionner le contenu de cette merde ! Comment nommer autrement une vidéo de ce type ? Un document nauséabond, qui rappelle ce qui a tué, les dessinateurs de Charlie Hebdo.

Bon il y a du boulot ! Ce n’est pas le moment de lâcher quoi que ce soit, Pierre, La défense de la liberté, passe par la laïcité pour vivre ensemble. Tous ensemble, debout… Or la personne que je connais, vis dans un pays qui n’accorde pas la liberté d’expression à ses ressortissants. Un sentiment de compassion, m’envahit. Pas facile pour cette personne de sortir du système qui la baillone.

L’autocensure est plus forte que la censure explicite ! Depuis tout jeune, cette personne entend la phrase suivante : Tu n’as pas le droit, de remettre en cause, le contenu de ce livre car il est « sacré ». Et son corollaire, toute personne qui en parle commet un blasphème ce qui est interdit par la loi.  « Ite missa est ! » (La messe est dite…) … Tout est dit ! La religion lui a offert la fermeture éclair qui clos ses lèvres, avec l’injonction déguisée de clore les lèvres des autres.

Bien-sûr, la personne que je connais, n’est pas un terroriste ! Cette personne ne tuera personne mais avec ces idées véhiculées, ne sommes nous pas là au début de ce qui va permettre de fabriquer à partir d’une personne en état de faiblesse passager, un véritable tueur ?

Cela me renvoie à l’histoire de mon pays. Vous vous souvenez ? L’inquisition, puis la guerre entre les catholiques et les protestants… Puis les dragonnades de Louis XIV… Pour aller vers les têtes qui tombent et la terreur liées à la révolution Française, puis… arrive un jour la loi de séparation de l’église et de l’état (1905) mais petit à petit nous voyons revenir, le communautarisme autour d’une pseudo identité religieuse qui primerait sur l’identité de citoyen….

Nos principes sont « LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE »… Histoire et intelligence collective peuvent expliquer la situation actuelle où nous refusons l’amalgame entre le terrorisme et l’Islam. Nous sommes vivants et libre… Et si nous le restions ?

Voilà… Je remercie Gelluck pour cette planche du Chat qui résume ma pensée.

LeChat

Sidération puis action : Je suis Charlie

Sidération puis action : Je suis Charlie

CH-BaiserLa France est en deuil.
Certains de nos amis sont morts
Je suis Charlie… Je suis triste et je suis en colère.

Je ne fais pas l’amalgame entre ces tueurs et tous mes amis musulmans, chrétiens et juifs…

Je suis avant tout humain, un humain qui recherche dans la Laïcité le bien-vivre ensemble ! Bien vivre ensemble, c’est TOUS ensemble !

​Je pleure depuis avant-hier à 17:00 ​heure où j’ai appris la nouvelle de cet horrible attentat. J’en appelle à l’humanité de chacun, vivons ensemble…

​Tout le monde à le droit de vivre même ceux qui expriment des idées qui nous emmerdent !​ ​Ils maniaient un humour qui quelquefois ​m’a fait rire « jaune » quand ils se moquaient des handicapés ou de certaines religions. Mais tous ils maniaient le crayon, et le dessin. D’accord ou pas avec eux… Je les aimais. Et comme le disait avant-hier l’Imam de Drancy « On lutte contre le dessin par le dessin, par la haine ! »

J’aimais particulièrement, Cabu que je connaissais et avec qui j’ai partagé des moments de rire autour du feu le soir, en regardant ses dessins. ​Je suis triste et je suis en colère.

  • Oui je sais que la tristesse m’envoie le message suivant : « J’ai un deuil à faire ». Je vais le faire, car le deuil est un processus psychologique d’ajustement à une perte ou un arrachement. Ma jeunesse est morte, Récré A2 (émission de télé de mes jeunes enfants avec Cabu) est morte, et le professeur Choron doit se retourner dans sa tombe. Maintenant que Cabu, va lui foutre le bordel dans le paradis. Mais aujourd’hui je pleure.
  • Oui je sais la colère m’envoie le message suivant : »une de mes valeurs a été violée par quelque chose ou quelqu’un dans mon environnement »

Les valeurs fondamentales qui me dirigent ?

  • La liberté !
  • Le vivre ensemble, la Laïcité c’est-à-dire le refus du dogme et la liberté pour chacun de croire ou de ne pas croire à une vérité révélée de son choix.

Voilà les valeurs qui me construisent aujourd’hui et ces valeurs son bafouée par les terroristes et les intégristes de tout poil. Que ce soit ceux qui veulent m’empêcher de vivre, au nom de leur religion.

J’aime et j’accepte que chacun puisse être religieux. J’aime la religion chrétienne, j’aime l’islam, j’aime le Zen, j’aime le bouddhisme, j’aime toutes les religions qui aident les hommes à supporter leur vie pour aller vers un salut que toutes elles promettent. Ces religions donnent à chacun un sens à leur vie sur terre.

Et j’ai le droit de me moquer de toutes les religions ! Car je vis dans un pays laïc où le délit de blasphème n’existe pas ! Je peux et j’ai le droit de blasphémer en France ! Et je suis un mécréant et un apostat, puisque j’ai abandonné, la religion catholique dans laquelle j’ai été élevé, et aujourd’hui je suis sans aucune religion ! Bien sûr quand je vais dans un pays autre, où la loi est différente, je respecte leurs lois où je n’y vais pas car je ne suis pas un activiste, révolutionnaire.

Dans certains pays je serai mort, et je suis Français. Quelle chance, hein ? Et aujourd’hui certains voudraient nous retirer cette liberté ? Qui voudrait nous retirer cela ? Les intégristes, les extrémistes de tout poil ! Et je n’aime pas l’intégrisme qui masque souvent un objectif mafieux. Le terrorisme qui veut que TOUS les hommes à la pensée unique. Les gens qui se drapent dans une religion pour se donner une respectabilité !

Les musulmans ne sont pas des terroristes ! Le terrorisme n’est pas l’Islam. Les catholiques ne sont pas des réactionnaires. Le fascisme n’est pas la religion Les Juifs ne sont pas des radins, banquiers qui dirigent le monde ! Arrêtons les amalgames.

Ne tombons pas dans leur piège. Ce n’est pas une guerre de civilisation, c’est une mascarade de gangsters qui veulent dominer le monde par la drogue et l’argent des enlèvements mafieux.

Ne soyons pas dupes. Aujourd’hui JE SUIS CHARLIE, je l’étais hier et je le resterai jusqu’à ma mort.

Vous, je vous aime et je serai dimanche à la manifestation républicaine. J’y serai avec mon épouse et avec mes amis. Mais j’y serai aussi avec tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté.

J’y ajouterai un message personnel :

« Comme nous n’avons pas été présentés, je ne sais où vous écrire, donc je le fais ici, en espérant qu’on vous fera suivre.

Madame Le Pen, si vous voulez participer au rassemblement de dimanche, je pense que personne n’y trouvera à redire. À part, bien sûr, les intolérants, mais comme la plupart sont dans vos rangs, rien à craindre.

Au cas où vous ne seriez pas bien reçue, je pense que nous serions nombreux à soutenir votre positionnement. Sauf si vous utilisez l’affaire pour vous faire mousser, bien sûr.  

Cela vaut d’ailleurs pour tout le monde.  Mesdames et messieurs les politiques, effacez-vous devant l’horreur, s’il vous plaît. »

La laïcité appartient à tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté et en ce qui me concerne :

J’ai pour principe la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même.
Je proclame haut et fort, le principe de laïcité, considéré pour ma part comme l’opposition à toutes les aliénations et notamment à toute influence dogmatique.
Je me réfère à la liberté absolue de conscience, c’est-à-dire le droit pour chaque humain de croire à une vérité révélée de son choix ou de ne pas croire.
Ma devise est : Liberté, égalité, Fraternité.

Et c’est pour cela que je défendrai les valeurs de liberté d’expression. Je rends hommage à tous les martyres morts pour cette liberté, tous les journalistes assassinés par les dictatures et le terrorisme. En particulier pour mes héros : (dans l’ordre alphabétique)

  • Frédéric Boisseau, 42 ans, agent de maintenance de la société Sodexo.
  • Frédéric Boisseau, 42 ans, agent de maintenance de la société Sodexo.
  • Franck Brinsolaro, 49 ans. Brigadier, était chargé de la protection de Charb.
  • Jean Cabut, dit « Cabu », 76 ans – Dessinateur
  • Elsa Cayat, 54 ans – Psychiatre et psychanalyste
  • Stéphane Charbonnier, dit « Charb », 47 ans – Dessinateur
  • Philippe Honoré, dit « Honoré », 73 ans – Dessinateur
  • Bernard Maris, « Oncle Bernard », 68 ans – Économiste
  • Ahmed Merabet, 42 ans, policier du commissariat du XIe arrondissement de Paris.
  • Mustapha Ourrad – Correcteur
  • Michel Renaud, il était invité du journal et participait à la conférence de rédaction.
  • Bernard Verlhac, dit « Tignous », 57 ans – Dessinateur
  • Georges Wolinski, dit « Wolinski », 80 ans – Dessinateur

Je terminerai pas la phrase de Charb : « Je préfère mourir debout, que de vivre à genoux«