Numéro masqué et autres joyeusetés.

Numéro masqué et autres joyeusetés.

6a00d834209e6353ef0163005f19a9970dCe matin, je vous écris pour partager avec vous un moment de rire, sur le principe « partage ta joie et elle augmente » (Voir l’article précédent sur le sujet).

Mon téléphone portable est un lieu de rencontre. C’est un outil des plus utiles pour parler avec ceux que j’aime. Il a la particularité de m’afficher le numéro de l’appelant. Mais je recevais régulièrement des appels de personnes qui voulaient me vendre des « fenêtres » de tout poil pour voir le monde à travers des carreaux plus propres. Cela m’indisposait au plus au point alors, je me suis mis à ne plus répondre aux numéros masqués. Et… Mon répondeur lui recevait les « messages vides » et en plus m’envoyait un SMS pour me dire…. « Un numéro inconnu vous a appelé et n’a pas laissé de message ». Très intéressant comme message non ?

Je me suis dis donc et si je filtrais les appels anonymes. Et j’ai activé un programme qui me permet

  • De filtrer les SPAMS identifiés comme tel sans autre forme de procès
  • De filtrer les numéro masqué et de les envoyer vers un répondeur, non enregistreur où je précise que « mon téléphone n’accepte pas les numéros masqués et donc si vous voulez me joindre, démasquez votre numéro ou appelez d’un autre poste non masqué. »

Et la semaine dernière j’ai reçu un message d’un numéro que je ne connaissais pas. la personne me disait : « Je m’appelle XXXX, et je vous ai appelé avec un numéro masqué. Mon numéro de portable est le YYYYYYY. Vous pouvez me joindre dès que possible ? »

LOOOOOOOLLLLL…. Voilà ce que j’appelle quelqu’un de précis. Croyez-vous que je vais le rappeler ? Et la marmotte met le papier alu….

Belle journée à vous.

Où est le dossier sur les unités bénéficiaires ?

Où est le dossier sur les unités bénéficiaires ?

Handicap-tousComme certains le savent, je suis engagé dans la lutte contre l’exclusion des personnes handicapées. je suis moi-même RQTH (Reconnaissance de la qualité de Travailleur Handicapé) et je suis membre du CA de l’UPTIH (http://www.uptih.fr) qui est une association de travailleurs indépendants handicapé.

Depuis plusieurs années, nous revendiquons la possibilité pour les entreprises dont le chef d’entreprise est handicapé, de pouvoir ouvrir l’accès aux UB (unités bénéficiaires). Voir en fin d’article (Rappel les UB)….

Cette année était une année charnière pour la loi de 2005… Et nous avons vu repoussé les diverses dates limites pour l’accessibilité. C’est pour ma part une honte!

C’est « faites ce que je dis, mais pas ce que je fais ! »

Nous étions en négociations avec l’ancienne Ministre Madame Carlotti, et lors de notre dernière réunion la déléguée ministérielle, nous indiquait : « Nous revenons vers vous très vite »… Et depuis … Silence !

Pourquoi ? le ministre a changé… la déléguée à l’emploi aussi?? En tout cas son téléphone est aux abonnés absents et tout semble enterré…Où en est le dossier ? Le nouveau ministre de tutelle est Marisol Touraine … Où en êtes-vous Madame le ministre ? Le dossier est-il passé SOUS la pile ?

Vive les changements de gouvernement qui permettent d’enterrer les dossiers !

Rappel sur les UB :
En France, les entreprises et les fonctions publiques de 20 salariés et plus sont tenues par la loi du 11 février 2005, d’employer des personnes handicapées à hauteur de 6% de la totalité de leurs effectifs. Par personne handicapée manquante (on parle d’Unité Bénéficiaire – UB), la structure se voit dans l’obligation de contribuer à un fonds (AGEFIPH pour le privé et FIPHFP pour le public). Plusieurs solutions sont offertes aux entreprises et à la fonction publique pour répondre à cette obligation d’emploi : l’emploi direct bien évidemment, le recours à des stagiaires handicapés ou encore le recours au secteur protégé.
Faire appel à un travailleur indépendant handicapé ne fait pas partie des recours possibles pour que les entreprises et les fonctions publiques répondent à leur obligation d’emploi. Pourtant, au même titre que le salariat, l’intérim, et les entreprises du secteur protégé, le recours au travail indépendant favorise l’insertion professionnelle des personnes handicapées.
Valoriser la prestation d’un travailleur indépendant handicapé (TIH) en Unités Bénéficiaires c’est offrir la possibilité, pour une petite structure, de répondre à ses obligations d’emploi de personnel handicapé en ayant recours aux services d’un comptable un peu différent, d’un juriste, d’un avocat, d’un formateur, d’un animateur… dont l’une des particularités est d’être handicapé. Ce sont des prestations de conseils, des services de maintenance informatique et tout ce dont le monde professionnel a besoin que proposent les TIH, qui sont plusieurs dizaines de milliers en France.
Forte de ses expériences au travers de ses adhérents, l’Union Professionnelle des Travailleurs Indépendants Handicapés est un acteur majeur pouvant contribuer à la rédaction d’un amendement à la loi du 11 février 2005, n’oubliant personne sur le chemin engageant de l’intégration professionnelle. En 2012 a été formalisée par la présidence de l’UPTIH, une ébauche de proposition de loi portant sur les Unités Bénéficiaires. Cette ébauche inclue une proposition de définition du TIH ainsi qu’une réflexion sur les modalités de valorisation des prestations des TIH en Unités Bénéficiaires (UB). 

https://www.facebook.com/rqthub

Quand se faire coacher ? Et même quand on est soi-même un coach ?

Quand se faire coacher ? Et même quand on est soi-même un coach ?

6a00d834209e6353ef011168946918970cDans un document que j’ai vraiment apprécié d’un collègue coach qui s’est plutôt spécialisé dans l’accompagnement au retour à l’emploi et au repositionnement.

Une des résistances indiquées à l’achat d’un accompagnement en coaching est « Je pense être aussi efficace par moi-même » et il conclut par « Se faire coacher impose d’avoir l’humilité de demander de l’aide »

Et bien si je souscris à son analyse, je rajouterai quelques exemples pour éclairer cela. Et comme « charité bien ordonnée commence par soi-même ». je vais encore une fois, prendre un exemple personnel.

Je suis coach ! Et certain disent même que je suis un BON coach et cela me ravit. Pour ceux qui me connaissent, vous savez que j’ai un excès de poids, depuis quelques années. Bien-sûr, je suis passé par des hauts (autour de 115 Kg) et des bas (autour de 70 kg en sortant d’une opération importante (colectomie totale) ).

Alors j’ai voulu stabiliser mon poids en stabilisant ma vie depuis 2004. J’ai commencer par arrêter de fumer et mon poids, lui, a continué à grimper joyeusement. En 2009, j’ai commencé un régime avec un site http://savoir-maigrir.aujourdhui.com/ et la belle photo de Jean-Michel Cohen. Il se présente comme un « coach » sur son site. Et…  Je me suis retrouvé seul devant un site web.

Coaching ? Vous appelez cela coaching ? Moi j’appelle cela un site de « truc et astuces et de recettes pour maigrir ». Ah oui ! Pour maigrir ? J’ai maigri… Pendant 2 mois puis mon bel enthousiasme s’est émoussé et, petit à petit, j’ai arrêté ces interminables listes de courses qui me coûtaient très cher, et qui me faisaient passer un temps fou, à faire les courses ! Et où est le coach ? Des forums … Impersonnels… Seul…. Et j’ai repris mon poids (et plus si affinités) !

J’ai ensuite testé le régime dit « DUKAN » et là … J’ai fondu comme neige au soleil pendant 2 mois … Puis … Seul…. J’ai repris du poids allègrement !

Alors n’écoutant que mon courage, j’ai pris de grandes résolutions… Je vais aller voir une diététicienne… Puis … J’ai abandonné… Encore seul …

Et mes outils de coaching alors ? Comment se coacher pour cela ? Je sais que la volonté ne suffit pas ! J’ai payé pour voir en m’arrêtant de fumer… Et j’ai réussi!

Comment ? Je me suis fait aider! Et ça marche dans la durée : « J’ai arrêté de fumer depuis le 2 novembre 2004. » Merci à l’hypnose et mes amis coach Valérie Pascal, à ma formatrice en hypnose Monique Ruty, et à mon médecin, mon pharmacien et tous mes amis qui mont soutenu tous activement. Et j’ai réussi …

Et je continue. Aujourd’hui je suis un « fumeur abstinent » et je n’ai pas la prétention d’être « non fumeur »

Et j’ai surtout compris que je ne peux pas réussir « seul » !

Ben oui… L’humilité passe souvent par l’apprentissage de l’humilité. Alors quoi ? Je vais rester obèse ? NON !

J’ai décidé de ne pas rester seul et j’ai choisi une méthode pour apprendre à manger selon mes besoins et en restant dans la bonheur et dans la joie. Et … ne pas rester seul devant mon frigo, LOL…

Alors je me suis rapproché de WeightWatchers et là j’ai vu qu’il y a avait plusieurs options… L’option internet seul ou l’option avec réunions… LOL ! Je vous ai dit ce que je pense des options « seul » et bien « internet seul » c’est SEUL ! Et il n’en est pas question…. J’ai été à la première réunion et je me suis retrouvé, le seul « homme » de la réunion… Il n’y aurait que des femmes obèses ? Ou il n’y aurait que des femmes qui seraient assez humble pour accepter d’être aider ?

Je vous raconterai la suite …

Pour l’instant je sais que je vais investir pour mon bien-être… Je suis obèse depuis plus de 20 ans… je pense que l’investissement minimum sera de 10% du temps passé avec des mauvaises habitudes alimentaires, pour changer mes habitudes réellement… Donc 2 ans ! Cela fait un investissement prévisible de 40€ X 24 mois = 960 € …  Plus le podomêtre et le calculateur (la balance je l’ai… 🙂 = 1000 €

Finalement le bien-être à 1000 € sur 2 ans ?  Ou la galère de solitude Cohen à 696 € sur 2 ans ou rien à investir sauf sa santé avec Dukan.. J’ai choisi. Ce n’est pas une question de tarif mais d’adéquation entre investissement et résultats espérés. Et le coaching c’est ça !

Mon espoir est passer de « obèse » à « en forme ! » et cela a un prix.

A vous maintenant. Imaginons que vous vous fassiez coacher pour vous même ? Une fois la barre de l’humilité passée 😉

Combien seriez-vous prêt à investir sur 3 mois, pour atteindre votre objectif ? Avec un coach individuel ?

  • 1000 € ?
  • 1800 € ?
  • Plus ?
  • Ou nettement moins ?

Comparez avec les investissement pour maigrir en coaching collectif…. Là je vous parle de coaching individuel… Avec le coach rien que pour vous une fois par semaine et un link-coaching (c’est à dire des coups de fils « coaching flash »… Ben voilà à 1800 € sur 3 mois, je peux vous accompagner !

 Bien entendu la plupart des objectifs ne nécessitent pas 3 mois et loin s’en faut. Alors ? C’est facile non de se faire du bien ?

 
 
 
 
 

La vie en société. Ce n’est pas toujours facile. Est-ce simple ?

La vie en société. Ce n’est pas toujours facile. Est-ce simple ?

6a00d834209e6353ef01538e6e3077970bUne réponse à coup de serpe est : « Non ! Ce n’est pas simple ! » et pourtant cela pourrait le devenir.

Alors pourquoi cette question aujourd’hui ? Une de mes stagiaires (coach en formation), m’a envoyé un message du type : « Bonjour Pierre, supposons que je sois tout le temps dérangée, par les gens qui mangent en faisant du bruit. Comment peut on contrôler notre gêne sans vexer les autres ?« 

Et cela m’a interpellé car moi aussi je suis gêné par les gens qui mangent avec moi, la bouche ouverte, et, font ostensiblement du bruit en mangeant. Et cela m’a renvoyé à d’autres gênes que j’ai rencontré depuis que je suis fumeur abstinent (depuis le 2 novembre 2004). En effet, j’ai retrouvé le sens de l’odorat et je suis gêné par certaines odeurs corporelles, ou les odeurs de tabac froid sur les vêtements.

Or les personnes concernées ne sont pas forcement conscientes de cela et pourtant je peux pour certaines, les aimer vraiment très fort, voire que cela touche des proches comme mes fils dans certains cas. Alors quoi ? Je coupe le contact ? Je fais quoi ?

Dans le cas qui nous intéresse ici (celui de ma stagiaire) :

  1. Quels sont les usages au Maroc ? ici en France les usages sont “manger la bouche fermée en présence des autres est un signe de respect de l’espace sonore et visuel de mes voisins.”
  2. Peut-être qu’un simple retour aux basiques permet de régler le problème ? Pour les jeunes et les enfants, cela s’appelle « éduquer”
  3. Pour les autres, on peut, lui poser des questions comme :
    • Imagine que ton comportement indispose ton voisin alors que tu ne le fais pas exprès, accepterais-tu de revoir ce comportement pour garder de bonnes relations avec lui ?” *
    • Est-il indispensable pour toi de mâcher la bouche ouverte, ou simplement, tu n’y penses pas ?
    • Peux-tu arrêter de mâcher la bouche ouverte car cela me dérange beaucoup ?
    • Cela me mettrait dans le confort si tu acceptais de manger la bouche fermée car cela me dégoûte.
* C’est souvent par cette question que je vais commencer. Elle est suivie par la 4 ème.

Bien entendu si cela ne me gêne pas, ou que ce comportement est exceptionnel, cas d’un rhume par exemple, je ne dis rien, et je prends sur moi. Sinon je le dis.

Je pratique cela aussi avec les odeurs dérangeantes, d’ailleurs.  J’ai dit aux femmes qui me côtoient “Pas de bise quand vous avez fumé, merci, car cela me retourne l’estomac, alors, si vous ne voulez pas que je vomisse sur vos épaules, avant de m’embrasser, pensez-y ».

Pour les odeurs corporelles, il en est de même, si je ne peux pas éviter d’être proche (en terme de distance) de quelqu’un je lui dit gentiment, mais je le dis. Et si les personnes se vexent alors, je romps les relations (proches, et repas) avec elles.

Bien-sûr je travaille sur ma concentration pour éviter la gêne, comme je l’ai dis précédemment. Je prends sur moi dans certains cas.

Pour cela j’utilise un concept simple :

« La concentration c’est ce qui me distrait de tout ce qui peut me distraire« 

  • Je vais choisir une variable (quelque chose que je peux changer) externe, sur laquelle je vais focaliser mon attention. Par exemple : « Je vais observer attentivement la disposition de mes aliments dans l’assiette, leur couleur, leur position par rapport au centre, leur forme, etc… »
  • Ja vais aussi choisir une variable interne, comme les sensations que je ressens dans ma bouche au contact des aliments, leur texture, les goûts que je ressens… Leur chaleur, etc…

Pendant je suis focalisé sur ces variables, je ne pense plus à mon interlocuteur qui mange la bouche ouverte et je ne le regarde plus ! Et cela va fonctionner.

Le problème c’est mon comportement va sembler un peu autistique à mes autres interlocuteurs, au bout d’un moment 😉

Le plus simple n’est-il pas simplement de communiquer en indiquant mes propres besoins à mes interlocuteurs ? 

Donc maintenant, je vais répondre à la question initiale, la vie en société n’est pas toujours simple, et cela peut le devenir en apprenant à communiquer, et exprimer nos besoins. Et finalement c’est simple.

COMMUNIQUONS !!!!

Il faut savoir …. ou pas ?

Ce matin je reprends le clavier, après ce long week-end de Pâques et ce lundi où j’ai pu assister à un concert de l’ensemble Les violons de France à la Madeleine (voir l’extrait sur Youtube)

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=7yvb-f3t-54]
 

Une bien belle musique qui correspond à l’humeur du moment. Aujourd’hui je suis en plein deuil. Or cette musique me renvois à l’époque où naissait Létitia, Jérémy, Ange et Valentin qui sont tous nés sur cette belle Musique de Vivaldi. (La 4 saisons). Un deuil souvent en appelle un autre. Et j’en ai vécu des deuils. Vous aussi ? Tant mieux ! Chaque deuils nous permet de passer à l’étape suivante même si le deuil est lourd ! Et même surtout si il est lourd. Après un deuil vécu et traversé, si vous sortez de ce deuil « par le haut » et que vous surviviez, alors vous sortez du deuil plus grand, plus fort, et avec une plus grande capacité au bonheur. (Voir les travaux de Martin Seligman)

J’écoutais ce matin une chanson d’Aznavour, « Il faut savoir » où, il dit :  » Il faut savoir cacher sa peine, sous le masque de tous les jours ». Et je constate comme c’est difficile de savoir faire cela. Et la question, en corollaire, c’est « pourquoi faire ? »

Oui pourquoi cacher sa peine ? Je n’ai pas le droit d’être triste alors que je vis un deuil ? Nous vivons dans un monde où « IL FAUT MONTRER UNE JOIE DE FACADE ». Il suffit de regarder toutes ces pages « Facebook » où tout le monde nous explique qu’il est le plus heureux …. Et ceux qui par malheur ne le sont pas… Leurs amis réagissent instantanément en leur disant « Mais il faut garder la tête haute » !

C’est bizarre ça … D’un coté sur France Inter ce matin dans « le Grand Bazar » on nous expliquait que les Français sont le peuple le plus pessimiste du monde et d’un autre coté … Il faut savoir …..

Ben moi quand je suis triste, je le dis… Et vous savez pourquoi ? Quand j’étais gamin j’ai lu une phrase qui a changé ma vie :

« Partage ta peine, elle diminue ! Partage ta joie, elle augmente ! »

Alors, voilà je suis triste car je clôture une belle aventure, qui a durée 6 ans avec mes amis de Casablanca. Bien-sûr je continue avec mes amis de Tanger et mes relations avec mes amis marocains ne sont pas closes. Seule la formation de coach de Casablanca s’arrête et c’est pour cela que je suis triste.  Demain, sera un autre jour ! La formation de coach continue à Paris et c’est magnifique car je vais pouvoir maintenant travailler pleinement avec le groupe « Business coaching de No Limit Coaching » et cela me remplit d’espoir, sans effacer ma peine. Je n’oublie pas le passé, je tourne simplement la page.