Le plaisir d’apprendre : Activité autotélique ?

Le plaisir d’apprendre : Activité autotélique ?

6a00d834209e6353ef0177449ce22d970dDrôle de titre ne trouvez-vous pas ? Qu’est-ce qu’une activité autotélique ?

C’est une activité qui se suffit à elle-même. Et l’apprentissage se suffit-elle à elle-même ?

Je viens d’en faire hier l’expérience en apprenant à utiliser mon flash en mode asservi puis apprendre à utiliser ma machine à coude pour faire du surfilage (arrêt de bout de tissu coupé pour éviter que cela s’effiloche) et pour faire les ourlet d’un jean noir que je viens d’acheter.

C’est magique, je n’ai pas vu le temps passer pendant que j’apprenais.

Comment utiliser le mode sans fil du flash, rechercher la documentation sur internet car ma documentation est…(je ne sais pas où !)…

Puis lire et faire … faire et vérifier, tester toutes les positions du flash, puis avec et sans télécommande en testant chaque valeur de la balance des blancs en mode automatique non !!!! En mode manuel… Vérifier la priorité à l’ouverture puis priorité à la vitesse avec est sans auto-focus… avec un mini-pied et sans …

Pour c’était vraiment pied et je n’ai pas vu le temps passer….

6a00d834209e6353ef017c31bf3a71970bPuis apprendre à utiliser la machine à coudre (la nouvelle que je n’avais pas encore touché pour faire un ourlet … Apprendre à enfiler avec le système (génial) qui mets le fils dans l’aiguille (presque) seul… Vérifier avec un vieux drap, les mode de tension… changer le pied… la longueur du pas et la largeur…. faire une boutonnière simplement pour le plaisir de savoir le faire…

et enfin couper mon pantalon à la bonne longueur, et surfiler puis faire mon ourlet…. Le premier avec avec cette machine…

Et cela m’a renvoyé à l’époque où j’apprenais les mathématiques au lycée… L’éqpoque où nous nous retrouvions pour échanger, philosopher, projeter nos apprentissage dans notre monde .Où même en discothèque nous parlions des mathématiques… de la physique… et filles 😉

Puis j’ai revu la perte d’intérêt pour ces sujets en arrivant vers les classes préparatoires… La lente descente de la motivation à faire et pratiquer dans ce domaine où j’excellais pourtant… La finalité avait changé… Seule la réussite aux concours comptait et cela … Ne comptais pas pour moi… Seul la joie d’apprendre comptait, la joie du partage… La source de la motivation par la finalité avait disparue…

J’ai retrouvé cela sur la route, en marchant vers Saint-Jacques de Compostelle… Arriver finalement était moins important que les gens que je rencontrais sur la route, les paysages que je regardais, les cailloux du chemin… Aller à Saint-Jacques de Compostelle finalement c’est mettre un pied devant l’autre et rencontrer les autres et soi-même au bout du compte… Et cette activité se suffit bien à elle-même….

Et si nous transmettions cela à nos enfants… L’effort est plus important que le résultat. Le plaisir est dans l’échec autant que dans la réussite… Et si je n’arrive pas à faire un ourlet aujourd’hui… Quelqu’un le fera pour moi… Et demain je saurai si j’apprends…. le temps est notre allier et il se contracte quand nous sommes dans le flow (voir la définition en lien avec les activités autotéliques).

Je reviendrai sur ce sujet…. L’apprentissage est voie royale vers la construction de soi… Et le but de la construction de soi c’est quoi ? Pensez-vous qu’un jour vous aurez fini ? Que vous serez un homme fini ? Non ? Bien sûr !

Alors apprenons chaque jour davantage… Simplement pour vivre !

Bien à vous

 
 

La cigarette m’a volé un ami.

La cigarette m’a volé un ami.

6a00d834209e6353ef017744910b14970dJe viens d’accompagner vers sa dernière demeure un ami. Il est mort d’un cancer du poumon. Il est mort et je suis triste… Triste et en colère !

Tout d’abord cela me pose un certain nombre de questions auxquels je n’aurais pas forcement la réponse mais que je dois envisager d’abord.

  • Fumait-il ? OUI !
  • Avait-il décidé d’arrêter de fumer?  NON !
  • Voulait-il mourir ? Il refusait d’en parler !

Voilà tout est dit, et je reste avec ma tristesse, mais il y a aussi la colère !

La tristesse et la colère sont deux émotions. Le mot émotion vient du latin « e movere » qui signifie, mettre en mouvement… Une émotion est un signal que me transmet une partie de moi pour m’indiquer qu’un changement est nécessaire.

Pas facile d’interpréter la suite, hein ? Un changement, oui, mais lequel ?

La tristesse c’est relativement simple et très complexe. cela veut dire qu’il y a un deuil à faire. Bon, OK, cela je le présentais un peu avec le décès de mon ami, car un deuil est un ajustement psychologique qui tend à stabiliser son état émotionnel suite à une perte.

Mais que vient faire cette colère alors ? La colère est une émotion qui nous indique qu’une de nos valeurs a été violé par quelque chose ou quelqu’un…

Qui a violé quoi ?

Une de mes valeurs, (une chose importante pour moi) est la vie. C’est précieux et je pense que la vie ne doit pas être gaspillée en vain. Cela rejoins la valeur du mot sacré : c’est ce pourquoi je suis prêt à me sacrifier… (même étymologie)…

Alors quoi ? Fumer c’est mourir une fois sur deux. Statistiquement un fumeur sur deux va mourir des suites de la cigarette et pourtant mon ami fumait. Est-il conscient de ça ? Oui m’a-t-il dit un jour et pourtant il fumait… Voulait-il mourir ? Il refusait d’en parler…. Le déni ! C’est la pire des choses que nous pouvons vivre.

Refuser de regarder la vérité en face c’est terrible, or je suis coach et une grande partie de mon métier c’est d’aider les gens à prendre conscience de leur situation et je n’ai rien pu faire… Pourquoi ? Parce qu’il ne m’a pas demandé de l’accompagner à cela !

J’aurai pu … Quoi ? Faire de l’ingérence dans sa vie alors que je cultive l’autonomie ? La contrainte ? Contre son avis ? NON ! Car cela va encore à l’encontre d’une de mes valeurs : la liberté et l’autonomie.

Pas facile la vie, pas facile la mort… Tout se tient dans ce paradoxe.

Le soir de sa crémation, j’étais chez lui et je voyais sur la terrasse tous les hommes qui fumaient ensemble… Sauf moi… Un d’entre-eux n’avait pas de feu pour allumer son bâton de mort (son clope) et un autre lui a dit : « Un homme sans feu est un homme sans queue »… Et je me suis aperçu que je n’avais pas de feu sur moi puisque je n’en ai pas besoin… Alors je me suis dit affectivement la cigarette a encore de beaux jours devant elle … Et les pompes funèbres aussi… Alors je suis entré dans la maison et j’ai pleuré en pensant à mon ami dans son four… Lui a avait du feu, mais plus de queue, et même plus rien d’autre que des cendres.

La cigarette m’a pris mon ami… Le cancer m’a touché en 91 et j’en ai réchappé, je ne fume plus… Mais j’ai fumé longtemps. Mais mes enfants pour la plupart fument… J’ai transmis la vie à mes enfants et en même temps je leur ai transmis la mort, que faire ? Leur dire ? Leur dire quoi ? Qu’ils vont mourir ? Cela est une évidence. Leur dire que je suis triste de les voir détruire leur vie à petit feu ?

Pierre (c’est moi) et si tu regardais ailleurs ? Mais je ne peux pas !!!  Je ne suis qu’un homme et j’ai déjà perdu un fils, et cela est insupportable, les parents ne devraient pas enterrer leurs enfants.

Et si nous décidions d’arrêter de fumer ? Qu’est-ce que je dis moi… Les buralistes vont être au chômage, alors Pierre réfléchit un peu l’économie est plus importante que la vie. C’est aberrant !

Je suis en colère contre mais cela ne suffira pas… Je suis en colère contre mon impuissance. Alors j’ai décidé d’accompagner gratuitement un fumeur qui veut s’arrêter de fumer, le coaching sera gratuit pour une personne…

Faire une action concrète… Ma colère s’éloigne … Jusqu’au prochain décès…

Pour ce cadeau si vous êtes en Région Parisienne écrivez-moi ou appelez-moi… Je n’offre cela qu’à une personne, je ne veut pas mettre au chômage tout le monde, mais je tiens à faire quelque chose pour mon ami…

Bien à vous

La cité des permutants… C’est pour bientôt ?

La cité des permutants… C’est pour bientôt ?

6a00d834209e6353ef017d3bce2eeb970cJ’ai lu il y a 10 ans un livre qui a laissé des trace dans ma vie : La cité des permutants de Creg Egan.
Dans ce livre l’être huamain àa russi à mémoriser son état à un instant T pour pouvoir faire vivre une copie numérisée de lui-même… Au début de ce livre une informatiqicnenne qui fait partie des héros de ce livre réussi à numériser une bactérie dans un univers simple : « Le Cosmoplexe » où elle fait vivre et se reprodure cette bactérie… Et c’est le début de l’aventure de la libératuon des copies par rapport aux originaux… Les copies fanaliement se libèrenyt de la contraite du support physique pour vivre une vivre dans un nunivers ou le temps de déroule en fonction des choix de chacun.

Au delà de l’implication philosophique de ce livre, j’ai été effaré à l’idée d’une modélisation où l’on pourrait « singer » la vie de manière parfaite sans la vie… Et cela pose la question de : « Qu’est-ce que la vie ? » Et je ne vais pas ici lancer un débat qui quoi que très intéressant est peut-être pas le débat principal de notre époque quoi que… Un virus est-il vivant ? LOL

Je viens de lire un article dans le dernier science et vie qui m’a renvoyé à ce livre : Une bactérie a été complètement modélisée dans un environnement informatique. La science rattrape la fiction encore une fois.

Alors avec l’arrivée des nano-machines les protèses plus sensibles que la main… Demain : L’homme qui valait trois milliard devriendrait une réalité ?

Et qui serait l’handicapé alors ?

Bien à vous