La tête, le coeur, le corps qui fait quoi ?

La tête, le coeur, le corps qui fait quoi ?

6a00d834209e6353ef0168ebf54e29970cLa plupart des gens que je connais font une séparation entre la tête (la raison), le coeur (les émotions) et le corps (l’action) et quelquefois cela m’arrive aussi d’ailleurs. 😉

La question que je me posais, avec ma tête 🙂 était la suivante : « Quel est la fonction de chacune des partie, car dans mon métier nous rencontrons tous types d’individus chacun différents du voisin. Chacun unique et riche d’un vécu et de ses stratégies propres, ou en tout cas qu’il imagine avoir propres. (Est-ce vraiment les siennes ?)

Une confusion généralisée est : « Un projet doit être pensé. La raison prime sur les émotions ! »

Qu’est-ce que penser un projet ? Quel est le but que je poursuis en lançant ce projet ? Est-ce que je veux me marier ou non ? Est-ce que je veux être informaticien ou simplement jouer aux jeux vidéos ? Etre médecin ou aider les autres à grandir ?

Qu’est-ce qui me motive et qui me permet de faire un choix vers un projet ?

Eh bien comme l’écrit Antonio Damasio (Spinoza avait raison)… c’est le coeur qui décide et non la tête !

Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point… (Blaise Pascal)

Quand vous vous posez une question sur votre avenir, par exemple : « Je ne sais pas si je veux être professeur… » ou « Je ne sais pas… si j’aime Marie… »

Faites l’exercice suivant :

Dites à haute voix (important !!!!) :  » Je suis professeur » ou « J’aime Marie » et sentez en vous passer les émotions… Cette phrase sonne juste ou non, en vous ?  Vous sentez-vous en accord corporel avec cette phrase….

Dites cette phrase à haute voix et pas seulement dans votre tête, c’est vraiment important.

Faites cela pour chaque projet que vous avez… Vérifiez que vous êtes fidèle à vous même.

  • On ne se motive pas par la tête mais par le coeur
  • On ne se prépare pas bien par le coeur mais par la tête
  • Le coeur motive, la tête prépare et planifie puis le corps agit…

A chacun son job 🙂

Et pour finir en beauté écoutez les paroles de Grand Corps Malade

Bien à vous

Ouverture et/ou focalisation où mettre le curseur ?

Ouverture et/ou focalisation où mettre le curseur ?

6a00d834209e6353ef016305e7f923970dDans un article précédent, intitulé « La vertu de la frustration« , je parlais de l’échelle émotionnelle en 7 niveaux. Le septème niveau s’appelle l’interactivité, lisez l’article si vous voulez en savoir plus ;).

Si maintenant je prends mon article sur Cromwell je parle de la focalisation sur un objectif.

Or la grande vertu de l’objectif est de nous focaliser vers un point donné de notre histoire à venir et finalement son corollaire est « la focalisation permet de ne pas être distrait par ce qui nous entoure » et donc… Plus d’interactivité. Nous perdons une partie de ce qui fait notre richesse…

Avoir un objectif peut-être indispensable pour atteindre notre objectif et être ouvert à notre environnement et aux autres peut aussi être indispensable. je vous donne un exemple : la recherche de l’âme soeur (si cela existe…).

Méthode par l’objectif :

  • Définir à quoi elle ressemble pour être sur de la reconnaître en entrant dans une pièce si elle est là.

Mais cela part du principe de tout est sous mon contrôle, que tout est immanent. Or l’amour est pour partie seulement immanent. Nous ne tombons pas amoureux simplement parce que nous le voulons, il reste une partie transcendante à l’amour… et donc.. Il est possible que l’âme soeur ne ressemble pas du tout à ce que l’on a espéreré…

Et alors ? On se plante !!!! L’objectif  à tout prix n’est pas la solution !

Méthode par l’ouverture d’esprit (inteactivité)

  • Rester ouvert à toutes les personnes rencontrées sans chercher à percevoir réellement l’ame soeur, se laisser porter par la vague de l’opportunisme.

Là, nous allons rencontrer, beaucoup de personnes, faire des essais, se blesser aux épines nombreuses des roses que nous allons cueillir et finalement avec toute les chances de ne pas rencontrer celle que nous ne recherchons pas….

Et alors ? On se plante !!!!

Alors quoi ? Où est la solution ? 

  • Certainement dans un mixage entre les deux méthodes… De l’objectif avec de l’ouverture d’esprit et d’opportunisme. Comme le tir à l’arc… Je vise et… je lâche la corde ! Ce n’est pas pour rien que Cupidon est un archer ! 😉

Par exemple :

Je définit l’âme soeur au plus prês de ce que je souhaite et… je m’empresse de faire confiance à mon inconscient en me focalisant sur … les autres et l’interactivté… Je reste à l’écoute de la vie et de ses opportunités… Enfin je lâche prise quoi !

Facile ? Houlàlà … Peut-être pas mais j’ai une idée…

Et si vous me racontriez votre plus grande réussite dans la vie ? Et si nous entrions ensemble dans cette recherche par la méthode appréciative (Appreciative Inquiry) ? Pour voir la beauté à l’extérieur il faut être sûr que la beauté existe… Regardez en vous… C’est beau hein ?

C’est un début maintenant  en route ! Vous voulez en savoir plus ? Contactez un coach de l’équipe No Limit Coaching… Je suis sûr que lui il saura ! 🙂

Bien à vous

 

Le mythe de l’excellence ou rien. Alors ce sera plutôt NOS réussites !

Le mythe de l’excellence ou rien. Alors ce sera plutôt NOS réussites !

6a00d834209e6353ef016305c014e8970dJe suis coach professionnel comme certains parmi vous le savent, et j’accompagne des chefs d’entreprise. Il y a quelques année j’ai co-écrit un livre sur le coaching parental et souvent les parents viennent me contacter pour que je coache leurs magnifique bambin !

Moi : Pour quoi faire ?

Le papa (ou la maman) : « Ben mon brave monsieur, nous aimons notre enfant et nous devons le préparer à la compétition acharnée qu’il va rencontrer dans la vie, plus tard ! Il faut qu’il soit le meilleur …à l’école, en sport… enfin partout !…. »

(Fin de citation)

Et qu’est-ce l’on observe chez les enfants ? … Une hausse de l’anxiété que les parents leur transmette… Combien de fois ai-je rencontré ces parents ? Au moins une fois par mois par des demandes internet ou téléphone…

Et qu’est-ce que cela donne au bout du compte ? On laisse croire à nos enfants que tous les coups sont permis ! Il n’y a pas de limites pourvu que tu sois sur le podium… On leur fait confondre leurs besoins et les moyens. Ils ont besoin de bonheur, oui mais et s’imaginent que le bonheur c’est d’être sur le podium… Que le bonheur est au pris de la victoire et de l’excellence !

En effet même l’esprit olympique a disparu… Ce que l’on voit ce sont des nations qui s’affronte dans des guerres de médailles, et des athlètes qui ne concourent que pour la médaille qui restera dans les annales….

Mais l’excellence n’est pas donnée à tous, et combien de personnes se lancent dans une compétition qu’il perdront finalement… Peut-être au pied du podium… simplement par que l’excellence n’est pas pour eux dans ce domaine… Est-ce grave ?

Est-ce que, parce qu’il ne sont pas excellent en mathématiques, ils sont des vauriens pour autant ? NON !!!!

Et pourtant ce mythe de l’excellence fini par leur pourrir la vie au point qu’il font un « burn-out » ou une dépression nerveuse… Cela peut aller jusqu’au suicide et pourtant ils sont (ou étaient) magnifiques !

J’ai perdu un de mes cousins proches dans ces conditions… La course à l’excellence permanente à eu raison de lui… Et pourtant moi je l’aimais…Il avait des enfants… Et il s’est pendu… C’était il y a quelques années… Repose en paix, je t’aime toujours et tu es toujours vivant dans mon cœur avec toutes les qualités que tu avais et que tu ne voyais pas. Car tu étais simplement  aveuglé par le mythe de l’excellence que les autres t’ont fait miroité et que tu à pris à ton compte.

Une introjection est la capacité d’intégrer dans notre moi des images ou des objets ou autre chose qui vient de l’extérieur (voir la notion de surmoi…)…

Alors si vous aussi vous êtes aveuglé par le mythe de l’excellence, comment le savoir ? C’est assez simple… Si vous pensez qu’il est évident que pour être heureux vous devez être excellent…  😉 Facile de se faire piéger, hein ? C’est la confusion entre le besoin et le moyen.

Allez je vous donne une explication : Certains écrivent « Imparfaits, libres et heureux »… (Voir Christophe André) CQFD… Donc on peut être heureux sans être parfait.. sans être premier… sans compétition… Et il y a bien confusion entre le besoin et le moyen !!! LOL

Donc si vous aussi vous voulez charger vos enfants de tout le poids de votre aveuglement… Essayez d’abord cela :

Apprenez à valoriser vos succès, aussi petits soit-ils, ou gros, cela n’a pas d’importance. L’important c’est qu’il valent gros, pour vous car ce sont les vôtres !Et personne n’a le droit de vous les enlever, ni le mérite qui y est associé. C’est terrible de voir comment cette méthode peut changer votre vie !

C’est pour cela que j’ai adopté la méthode de « l’appreciative inquiry » dans chacun de mes coaching individuel ou collectif. C’est pour cela que j’ai mis en place cette méthode dans ma vie. C’est pour cela que je refuse les comparaisons inutiles entre les mérites respectifs de mes relations professionnelles…

Cette méthode commence par « Racontez-moi une histoire que vous avez vécu et que vous considérez comme une réussite… etc… »

Essayez la c’est l’adopter… Et la meilleure façon de l’apprendre c’est de la pratiquer, car les exemples vivants sont d’un autre pouvoir comme dirait le comte à don Diègue… dans le Cid de Corneille…. Il continue par : « Un prince dans un livre apprend mal son devoir. » Et pour finir cette question : « Apprend-on la vie à l’école ? »

Un jour on peut essayer ensemble si vous voulez ?

 

Demandez : Vous permettez à l’autre d’accepter

Demandez : Vous permettez à l’autre d’accepter

6a00d834209e6353ef0163051f706c970d

J’ai remarqué que certaines personnes n’osent pas demander. Et cela peut aller très loin.

  • Ne pas demander sa route et tourner pendant des heures
  • Ne pas demander un café ou à manger, même en payant, et rester avec l’idée que « j’aimerai bien manger maintenant »…ne pas demander l’heure et courir pour rien à un RDV

Avez-vous remarqué que lorsque vous ne demandez pas les autres ne refusent jamais ? La clé est peut-être dans la peur du refus ?

Et alors avez-vous remarqué que si vous ne demandez pas ils ne peuvent pas accepter ? Etonnant non ?

Combien de fois restons nous devant ce que nous voulons, sans oser demander, par peur d’un refus et à ce rythme là, nous de demandons plus rien à personne, même pas à la vie !

Demander quelque chose à la vie c’est oser !

Si vous demandez à l’autre vous lui donner le droit de dire « non », mais aussi le droit de dire  « OUI » !

Si vous ne le faites pas… Alors… Rien ne se passe. Et vous demandiez à la vie ce que vous voulez vraiment ? Que croyez-vous qu’il arriverait ?

  • Soit la vie ne vous donne rien… Et vous n’avez rien perdu… Puisque vous ne l’aviez pas…
  • Soit la vie vous donne ce que vous attendez et … VOTRE vie peut changer…

De quoi avez-vous peur ? Du changement de votre vie ?

OSEZ !  😉